Congrès international de Kabbale

Nous vous invitons à venir participer à notre congrès annuel de Kabbale qui se tiendra du 19 au 21 février au parc des expositions de Tel-Aviv.

 

 

Pour vous inscrire pour le congrès un et/ou trois jours cliquez ici 

Pour vous inscrire aux soirées:

1ère soirée: Découvrez la Kabbale, cliquez ici (en hébreu)

2ème soirée:  La place des femmes dans la société, cliquez ici (en hébreu)

3ème soirée:  Un monde solidaire, cliquez ici (en hébreu)

Les horaires sont identiques chaque jour: (heures d’Israël)

 

Accueil 08:00-09:30
Cours 09:30-12:00
Déjeuner/pause 12:00-13:30
Cours 13:30-15:15
Pause 15:15-16:00
Cours 16:00-17:30
Dîner/Pause 17:30-18:30
Accueil 18:30-19:30
Soirée à thème/cours 19:30-21:30

Le congrès sera également retransmis en direct et en français sur kab.tv/live

 

 

 

Mes sites de Kabbale

En plus de ce blog, je vous invite à aller sur mes autres sites en français:

Michaellaitman.com/fr

Ma page Facebook: Michael Laitman-français

Académie de Kabbale :  Pour les nouveaux étudiants

Youtube 

Télévision de Kabbale en français où sont retransmis en direct mes cours quotidiens de 2h à 5h  du matin, heure de Paris

Site de Kabbale

Bibliothèque de Kabbale: Textes authentiques de Kabbale du Baal HaSoulam et du Rabash

Archives: Tous les programmes en plus de 10 langues sont archivés, et peuvent être téléchargés ou visionnés gratuitement en audio et/ou vidéo. Choisissez le signe FR

Comment l’esprit et la sensation peuvent-ils exister sans un corps ?

Question : Comment l’esprit et la sensation peuvent-ils exister sans un corps physique ? Que ressentira la sensation ? Où est né l’esprit et où réside-t-il ?

Réponse : La sensation n’est pas un corps. Notre corps est juste une substance qui semble exister. Certains mouvements et modifications se reflètent en lui et nous nous sentons vivants.

En réalité, nous existons dans la pensée du Créateur. Rien n’existe en dehors de cette pensée. L’univers entier, tout ce qui existe, n’est qu’une pensée.

Parlez aux astronomes, demandez aux astrophysiciens, et ils diront la même chose. En travaillant avec des corps célestes, ils ressentent qu’il s’agit d’un plan, d’une pensée.

La science de la Kabbale dit la même chose : la matière n’existe pas, nous la ressentons comme une conséquence de la perception de la pensée.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 07/10/2018

En quoi le désir de recevoir est-il différent de l’égoïsme ?

Question : Quelle est la différence entre le désir de recevoir et l’égoïsme ?

Réponse : Le désir de recevoir est un désir naturel, et l’égoïsme fait référence au plaisir qui est aux dépens d’un autre. Par exemple, si un lion affamé attaque un mouton et le tue pour qu’il mange, cela s’appelle le désir.

Une personne veut humilier les autres, en tirer profit, gagner à leurs dépens. Elle n’apprécie pas le processus de réception lui-même, mais le fait qu’à travers cela elle domine les autres. Ceci est l’égoïsme.

En d’autres termes, il y a un désir naturel de satiété, d’être rempli et il y a un désir égoïste. Si je veux simplement recevoir du plaisir, alors c’est une nécessité fondamentale pour mon existence. Si, cependant, je désire recevoir quelque chose spécifiquement aux dépens des autres, contre eux, afin de m’élever plus haut qu’eux, alors c’est de l’égoïsme.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 16/09/2018

La peur de la réincarnation

Question : Je n’ai pas peur de mourir, mais j’ai peur de renaître. Quelle est l’intention du Créateur ici ?

Réponse : Vous avez peur de naître de nouveau parce que vous savez ce que vous devez encore traverser : la naissance, la crèche, la maternelle, l’école, les maladies, les vaccinations, les problèmes, les insultes, etc.

On dit que les hommes sages se sont assis et ont réfléchi : « Qui est le plus heureux : quelqu’un qui est né ou celui qui va naître ? » Et ils ont décidé que celui qui va naître est plus heureux. Mais si vous êtes né, alors remplissez votre mission et ne renaissez plus jamais.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 02/09/2018

Vers une origine unique

Question : Auparavant, les gens croyaient en une multitude de divinités, nous en sommes maintenant au monothéisme et c’est toujours pareil, même avec la compréhension de l’existence d’une force supérieure, chacun prie toujours pour soi. Il semble y avoir deux forces : le bien et le mal ?

Réponse : Le problème est que nous ne les attribuons pas à une seule force, étant issues de la même source, une racine singulière.

Ce serait beaucoup plus facile pour nous si seulement nous comprenions que cela provient d’une source unique. Nous pourrions alors discerner : comment puis-je me changer pour être connecté à la racine et non à la force positive ou négative ? Je ne trouverai jamais la paix entre elles.

Je ne peux pas appartenir à la ligne droite ou celle de gauche, à un parti ou à un mouvement quelconque, à rien du tout ! Nous voyons que le communisme a échoué, de même que le capitalisme, le fascisme et le féodalisme, sans parler de la démocratie. Les lignes droite et gauche existent uniquement dans le but de forcer une personne à atteindre la ligne médiane et à y trouver le Créateur. Ces deux lignes de direction viennent de Lui, et c’est seulement de cette manière qu’une personne les liera et construira ainsi le Créateur en elle-même.

De ces deux lignes, bonne et mauvaise, de la compréhension et de l’incompréhension, de la prise de conscience et de la confusion, etc., je dois construire l’image du Créateur qui existe en dehors de moi.

Je ne connais pas le Créateur, mais je peux construire Son image afin qu’Il soit en moi en complète adhésion. Cela devient donc mon image, mon état final.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/10/2018

Saint-Valentin : L’amour rime-t-il encore avec toujours ?

Mon article sur la Saint-Valentin

L’amour a toujours fait couler beaucoup d’encre depuis la nuit des temps, dans la poésie, la littérature, la musique, au cinéma. C’est un sentiment qui est en soi inexplicable, dont les émotions sont parfois la cause de nombreux tourments.

A l’approche du 14 février, date que la société s’est choisie pour fêter les amoureux, Internet est déjà en ébullition. Notre société de consommation regorge d’idées pour offrir le cadeau parfait.

De leur côté, les célibataires ne se sentent pas concernés, ils ne peuvent qu’être indifférents ou exaspérés par les publicités incessantes.

Nous savons que le célibat n’est pas toujours un choix, certains n’ont pas encore trouvé l’âme sœur, alors que d’autres ont choisi le célibat comme mode de vie et l’assument.

Ce phénomène est en relative expansion depuis une cinquantaine d’années et  s’explique par l’évolution des mœurs. Les gens pensent constamment à eux et à leur épanouissement personnel et de moins en moins à leur vie familiale, qui semblerait ne pas être un mode de vie qui leur convienne.

L’image contient peut-être : plein air et nature

Cette affirmation du moi est importante, mais il semblerait que les gens confondent parfois l’envie d’être aimé et l’amour de l’autre. Aimer c’est partager, faire des concessions, faire face ensemble à des problèmes, à des crises. Aimer c’est s’inquiéter de l’autre plus que de soi-même. C’est un travail quotidien, une certaine responsabilité, qui au début d’une relation est assez facile, puisque vous êtes amoureux, mais qui face à la réalité quotidienne, se complique.

Si par le passé cette réalité quotidienne nous forçait à surmonter les problèmes de couple au nom de la cohésion familiale, des enfants et de la pression de la société, aujourd’hui les parents ne ressentent plus le même besoin de rester ensemble et parfois, ce sont même les enfants qui leur demandent de divorcer, car ils ne supportent plus l’ambiance à la maison.

Le secret d’une relation qui dure est d’avoir une vision commune du futur, un but commun et de se soutenir pour y arriver. Ce but a longtemps été le désir commun de fonder une famille, mais de nos jours avec l’évolution de l’individualité et du besoin de développement personnel, ce désir de construire un foyer n’est plus suffisant.

Il faut ajouter un sens plus profond à la relation avec l’autre. C’est ce que nos sages ont appelé : « Un homme et une femme, la Présence Divine entre eux. »

Le divin, c’est la compréhension de la nature humaine dans ses aspects les plus profonds et les plus sublimes, mais aussi de ses failles et de comment les corriger.

Cette compréhension profonde de soi et de l’autre est l’outil qui permet de vivre une relation saine avec votre partenaire, dans laquelle chacun pense tout d’abord à l’intérêt de l’autre et à son bien-être.

C’est la raison pour laquelle sans un processus personnel pour réapprendre à aimer, il va être de plus en plus difficile au 21ème siècle de vivre ensemble.

 

Je veux rencontrer le Créateur !

Question : Existe-t-il une différence entre le fait qu’une personne ressente le mal et comprenne que cela vient du Créateur et le fait qu’elle ressente simplement le mal sans blâmer le Créateur ?

Réponse : La différence est grande. Si je veux me rapprocher du Créateur, Le comprendre, révéler le secret de ma vie, sous quelle forme j’existais avant la naissance et sous quelle forme j’existerai après ma séparation de cette enveloppe corporelle, bien sûr, le Créateur m’intéresse. C’est la source de mon existence dans toutes les métamorphoses.

Par conséquent, cela m’intéresse de faire Sa connaissance, d’acquérir Ses qualités, de me voir dans tous les mondes, dans tous les états. Cela me permet d’exister. Actuellement, je n’existe pas. Le Livre du Zohar appelle notre existence un rêve loin de la réalité.

Ainsi je ne souhaite pas rester dans cet état. Je veux vraiment comprendre où je suis, ce que je peux changer et voir le vrai monde et non le monde tel qu’il m’apparaît maintenant.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/10/2018

Influencer les événements

Question de Facebook : La conscience que nous sommes contrôlés et non libres dans le choix des événements me bouleverse. Nous ne pouvons absolument pas influencer le calendrier programmé dans lequel nous existons et fonctionnons. Alors pourquoi avons-nous besoin de beaucoup de connaissances si nous ne pouvons pas les utiliser ?

Réponse : En effet, beaucoup de connaissances submergent une personne et l’entraînent dans la tristesse et de nombreux chagrins.

Cependant, vous serez heureux de savoir qu’une connaissance bonne et correcte réduit tous nos chagrins et conduit au contraire à faciliter les choses en comprenant comment tout est organisé, en comprenant la vision transparente du monde entier et de tout ce système, et comment il interagit dans une grande harmonie. Cette harmonie merveilleuse de tout le système de l’univers s’appelle « le Créateur ».

Nous devons révéler ce système, cette harmonie, pour qu’elle joue en nous, et ensuite tout sera simple, ressenti, clair et pour notre bien.

Question : Sommes-nous vraiment contrôlés et non libres de choisir les événements ?

Réponse : Non. En même temps, vous découvrirez comment vous pouvez participer au mouvement de la création générale, de toutes les âmes, à tout moment et à tous les niveaux, vers l’unique but commun : la grande unité, la connexion et la similitude avec le Créateur.

Cet objectif est très beau. Peut-être qu’il est loin, mais vous le verrez et vous pourrez y participer, vous en approcher, et y entrer. De ce fait, vous êtes invités !

Extrait de KabTV, « L’Actualité avec Michael Laitman » du 02/10/2018

Quel est l’avantage de la correction ?

Question : Si tous les événements sont déjà planifiés, alors à quoi bon changer ? Tout ce qui doit arriver arrivera de toute façon.

Réponse : Non. Le monde n’a pas été créé pour que nous le laissions suivre son cours naturel : « Adviendra que pourra. » Nous ne devrions pas le prendre de cette façon et nous y référer de cette façon.

Question : Ainsi, il y a un scénario, mais il n’est pas prédéterminé ? Ou y a-t-il une sorte de libre arbitre pour les participants à ce spectacle ?

Réponse : Si je pouvais m’élever d’un degré au-dessus de moi-même, je constaterais que tout en moi est déterminé à partir de là : ce que je vois, ce que je ressens, comment je décide d’agir et ce que j’accomplis. Tout existe à ce degré.

Mais je ne le sais pas. Par conséquent, je dois agir conformément à ce supposé degré supérieur, sans le voir, sans le comprendre et sans le connaître, selon la mesure de ma foi en lui et dans la mesure de ma propriété du don sans réserve.

Si j’ai l’intention de donner, d’adhérer au Créateur, de faire ce qu’Il juge nécessaire, alors je m’élève à ce degré, j’effectue tout ce qu’Il a écrit dedans et je révèle que tout est préparé de cette manière ; il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

Mais j’ai moi-même pris la décision de me corriger pour pouvoir voir un monde corrigé ; je me le suis représenté devant moi et cela s’est concrétisé.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 26/08/2018

Comprendre l’autorité du Créateur

Question : Pourquoi percevoir le mal est-il une négation de l’autorité du Créateur plutôt que d’accepter Sa providence comme mauvaise ? S’Il dirige, quelle est la raison pour laquelle je ressens le mal ?

Réponse : Ce n’est pas la question. Ce que vous ressentez n’est pas important pour le Créateur, ni même pour vous. L’essentiel est que si vous percevez la providence supérieure comme mauvaise, vous ne la comprenez pas correctement. Pour cela, vous devez être en équivalence de forme avec la gouvernance supérieure.

Maintenant, vous êtes comme un petit enfant qui est obligé de faire quelque chose car ses parents lui ont demandés et il pense qu’ils sont méchants. Comment lui conseilleriez-vous d’agir ? Vous lui diriez : « Tu dois comprendre qu’ils veulent ce qu’il y a de mieux pour toi. S’ils te traitent « bien », ce ne serait pas bon pour toi. »

Nous devons comprendre l’autorité du Créateur. Alors, nous verrons le monde correctement et nous révélerons pourquoi Il agit de cette manière. Nous allumons la télévision, ouvrons un journal, accédons à Internet et recevons un flot d’informations et de commérages…

Nous ne pouvons pas en comprendre le sens, mais tout ceci relève de la gouvernance du Créateur. Si nous pouvions voir l’image générale, nous comprendrions la manière dont Il dirige toute l’humanité et comment nous pouvons L’aider en cela, comme un enfant qui veut comprendre ce que ses parents veulent de lui.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/10/2018

Ressentir la vraie création

Question : Les attentes d’un kabbaliste sont-elles satisfaites plus souvent que celles d’une personne ordinaire ?

Réponse : De telles choses ne peuvent être comparées. C’est comme demander à un enfant s’il veut prendre la place de son père savant qui fait des recherches, qui reste éveillé toute la nuit, cherchant constamment. Un enfant ne peut pas imaginer cela.

La seule chose que je puisse dire, c’est que lorsqu’une personne s’engage sérieusement dans la Kabbale, elle entre dans le vrai processus de travail. Elle commence à ressentir la vraie création.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 08/07/2018