Pourquoi le chemin de la révélation spirituelle est-il si long ?

Question : Pourquoi la période de préparation pour découvrir la spiritualité est-elle si longue ?

Réponse : En effet, la période de préparation est très longue. Cela peut prendre 20 ou 30 ans avant que vous ne commenciez à recevoir et à comprendre les réponses.

Cependant, il ne s’agit pas simplement d’une attente, comme si vous attendiez un train. C’est plutôt votre changement continu, votre adaptation continue à l’état lorsque vous commencez à atteindre le monde supérieur caché.

Par conséquent, tout votre voyage dépend de la profondeur de votre âme. Plus elle sera élevée, plus grand sera le voyage avant la première découverte du monde spirituel.

Extrait de la leçon de kabbale en russe, le 25/11/2018

L’antisémitisme expliqué par le Dr Laitman

Une place pour chacun dans la dizaine

Question : Il y a des amis actifs et passifs dans nos dizaines. Parfois, un désir apparaît de former un noyau d’amis actifs, mais d’un autre côté, c’est comme s’il existait une dizaine à l’intérieur d’une dizaine. Devrions-nous répartir notre attention de manière égale et la concentrer absolument sur tout le monde afin de ne pas tomber en morceaux ?

Réponse : À mon avis, la façon dont la dizaine est formée, laissez-la ainsi. Il n’y a pas besoin de les modifier. La dizaine est une unité spirituelle. Elle devrait tout avoir : le noyau, les retardataires, les performants. Par conséquent, il n’est pas nécessaire de changer quelque chose en elle par la force. Il faut prendre en compte le fait qu’il y a une place pour tout le monde.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 06/02/2019

L’ego est à l’origine du dérèglement climatique

L’engouement pour la protection de l’environnement n’est pas nouveau, il est international et existe depuis bien longtemps.

Pourtant en France, pour la première fois, 4 ONG ont assigné l’Etat en justice pour inaction climatique. Elles espèrent à travers « l’affaire du siècle » faire condamner l’Etat pour carence fautive et le pousser à prendre les mesures adéquates.

Climat : la «Marche du siècle»

En effet, ces dernières années, les catastrophes naturelles n’ont fait qu’augmenter. Il n’est pas rare de voir à la une des journaux les dernières catastrophes en date, telles que des ouragans, des inondations, des baleines ou des dauphins qui s’échouent sur des plages etc.

Mère Nature au niveau minéral, végétal et animal fonctionne en parfaite harmonie. Il existe des lois que les minéraux, végétaux et animaux suivent instinctivement et seuls les êtres humains ne se comportent pas comme il faut et enfreignent cet équilibre en exploitant la nature à des fins personnelles.

Car tel est bien le problème de l’Homme, il veut tout et tout de suite. Ce désir n’est pas un mal en soi, c’est son utilisation qui le rend égoïste ou altruiste. Cette distinction est essentielle.

Nous le voyons dans la nature quand un lion tue une gazelle c’est pour se nourrir et il ne mange que ce dont il a besoin, le reste il le laisse aux autres animaux qui finiront et maintiendront ainsi la chaine écologique. C’est son instinct de survie qui le pousse et il ne pense pas à l’avenir, pour lui, seul le présent compte.

A l’inverse, l’homme est doté de la faculté de se projeter dans l’avenir et c’est là que le bât blesse. Il veut accumuler, dominer et ce aux dépens des autres. C’est cette relation à autrui qu’il convient de changer. L’harmonisation des relations humaines est la clé de l’équilibre dans la société et avec la nature et donc de notre bonheur.

Ainsi, il serait bon d’apprendre aux gens quelles sont les lois de la nature afin de les respecter. Ceci entrainerait la fin de la surexploitation des ressources naturelles et humaines, de la surproduction industrielle et nous apprendrait à consommer avec modération.

Il s’avère donc qu’une nouvelle approche éducative de toute une génération est nécessaire : Un code de conduite qui explique à l’humanité le fonctionnement de l’ego et comment s’en servir à bon escient.

La grève mondiale et la « marche du siècle « de ce week-end pour alerter et sensibiliser la population à l’écologie et au respect de l’environnement est un outil efficace de prise de conscience, néanmoins si elle n’est pas suivie d’une nouvelle approche éducative de changement personnel, alors son impact sera hélas limité.

Ne laissez pas les mauvais états se manifester

Question : Si je vois que mon ami est dans une mauvaise situation matérielle, est-ce que cela signifie que je veux qu’il soit dans cet état ?

Réponse : Non, tous les mauvais états sont le résultat de la brisure de l’âme d’Adam. Par conséquent, nous ne faisons rien de mal.

Vous n’êtes pas le Créateur des mauvais états. Cependant, lorsque vous ne demandez pas leur correction, vous laissez ces états se manifester. Le degré d’amélioration de ces mauvais états dépend de nous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 04/11/2018

Le don sans réserve spirituel

Laitman_120Question : J’ai demandé à plusieurs reprises ce qu’est le don sans réserve spirituel et je n’ai jamais reçu de réponse claire. Vous donnez l’exemple d’une mère et de son enfant, ce qui n’est pas spirituel, mais du don sans réserve matériel. Alors, qu’est-ce que le don sans réserve spirituel ?

Réponse : Le don sans réserve spirituel est le don au-dessus de mon égoïsme, lorsqu’à partir de celui-ci et en me basant sur lui, je fais des actions altruistes contraire à mon désir.

Je peux uniquement les faire si je suis dans un groupe qui me soutient dans cette tâche, et à travers lui, je reçois la Lumière supérieure, la Lumière du don sans réserve. Ainsi, je peux agir.

C’est une action absolument réelle qui s’avère finalement être le contraire de mon désir égoïste.

Extrait de la leçon de kabbale en russe, le 11/11/2018

Existe-t-il un don sans réserve désintéressé dans notre monde ?

Question : Existe-t-il dans notre monde des exemples qui illustrent recevoir en vue de donner sans réserve ?

Réponse : Supposons que quelqu’un veuille me donner un cadeau et apporte une boîte de chocolats. Je suis diabétique et je ne mange pas de sucreries. Mais j’accepte ce cadeau parce que la personne me le donne de tout son cœur. Mais en principe, je le reçois afin de lui montrer ma bonne attitude.

Dans notre monde, il n’existe aucun exemple de réception véritable pour le don sans réserve. Il n’y a même pas un tel état de don sans réserve pour le bénéfice du don sans réserve. Ici, tout est égoïste, égocentrique et n’est accompli que pour son propre intérêt. Sinon, nous ne pouvons faire aucun mouvement : ni dans les pensées, ni dans les désirs ou physiquement. Nous n’aurions aucune énergie pour cela. Nous sommes destinés à recevoir. C’est ainsi que nous sommes créés.

Dans le but de commencer à donner sans réserve, pour vivre dans le don sans réserve, nous avons besoin d’une énergie totalement nouvelle : l’énergie du don sans réserve. Nous commençons à la recevoir uniquement en étudiant dans un groupe. Et ensuite, nous gagnons l’occasion d’atteindre progressivement les propriétés du don sans réserve désintéressé sans consommer d’énergie égoïste. Après tout, nous recevrons de l’énergie du Créateur.

Je m’approche du Créateur comme je m’approche du soleil : je reçois de l’énergie de Lui et, par conséquent, je peux donner sans réserve. Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons agir dans la spiritualité.

C’est ce que nous devons apprendre et c’est devant nous.

Extrait de la leçon de Kabbale en russe, le 14/10/2018

Propagande antisémite

Dr. Michael Laitman

Les caricatures et les slogans antisémites sont une expression de la dépendances des antisémites envers les Juifs et qu’ils ne veulent plus.

Nous devons tous comprendre que la fin de la haine et de la dépendance dépend de l’élévation de toute l’humanité au dessus de l’égoïsme qui nous sépare et fait que nous nous disputions: Juifs et non Juifs.

L’union de l’humanité est la seule solution à tous les malheurs et les souffrances dans le monde.

La sagesse de la Kabbale explique les raisons de l’antisémitisme, et comment parvenir à l’union, la prospérité.

Pourim symbolise le salut d’Israël

Pourim n'est pas le Mardi-gras juif, du Dr. Michael LaitmanMon nouvel article sur la fête de Pourim

Pourim est une grande fête : Tout commence et se termine par un festin, avec une histoire intermédiaire digne des films à suspens mais qui heureusement finit bien.

Les personnages principaux en scène sont le roi, la reine Esther, le juif Mardochée et Aman, le méchant gouverneur nouvellement promu par le roi, au grand dam des juifs. Au delà de la représentation physique des personnages, ils incarnent en fait les forces cachées en nous. Ces dernières permettent le développement spirituel.

L’avancement spirituel décrit dans le Livre d’Esther est le récit d’Aman, le mal le plus absolu, confronté à la bonté même incarnée par Mardochée. La confrontation de ces deux forces ne cesse que si les Juifs s’unissent. En effet, la seule chose qui aide contre le mal absolu est l’union. Lorsque Mardochée supplie Esther d’implorer la miséricorde du roi, elle répond qu’elle-même, la reine, ne peut les sauver, sauf si lui, Mardochée, rassemble tous les Juifs et qu’ils ne jeûnent et prient pour elle. Ce n’est qu’en s’unissant qu’ils réussiront.

Esther, la reine juive, représente le désir corrigé de se connecter à Dieu. C’est pourquoi elle apparaît après que la reine Vashti se soit mal conduite et que le roi l’ait répudié. Elle s’appelle Esther, du mot hébreu Hastara (dissimulation),  car son identité juive est encore cachée. Celle-ci n’est révélée que lorsque la reine doit agir afin de sauver les juifs, d’où le mot Méguilla (rouleau/livre), provenant du mot hébreu Guilouï(révélation). Par conséquent, le complot décrit dans le livre d’Esther est considéré comme « un miracle dissimulé », pour indiquer d’une manière cachée le miracle de la révélation de la puissance de Dieu.

Mardochée, quant à lui, représente la miséricorde. Il est la bonté pure et ne veut rien pour lui-même. Après avoir dénoncé le complot contre le roi, il se contente de s’assoir aux portes du palais, sans aucune prétention quelque qu’elle soit.

Afin de contraindre Mardochée à agir pour finalement gouverner, le roi décide de faire peser un danger suffisamment grand pour qu’il prenne part au plan divin. En l’occurence, il s’agit de la décision de détruire tout le peuple juif du royaume. Cette décision est exécutée par Aman, qui ne supporte pas qu’un peuple ne lui prête pas allégeance, ni ne le respecte.

Aman sait qu’« Il y a un certain peuple dispersé et séparé », il entend bien régner en maître absolu, le seul obstacle à son projet est les Juifs. Aman comprend que si les juifs sont unis, ils sont invincibles car l’union fait la force. L’union des Juifs  « comme un seul homme dans un seul cœur » est l’arme contre tout mal. Pour parvenir à ses fins, Aman demande à ce qu’un Pour (décret) soit signé par le roi, qui éliminera définitivement toute entrave à sa quête de pouvoir absolu.

Les Juifs sont terrifiés. Ils ne savent pas quoi faire pour éviter un tel sort ni ne comprennent ce qu’ils ont fait pour mériter la mort. La reine Esther, pour sauver son peuple, demande donc à Mardochée de rassembler toute la communauté qui devra jeûner et prier. Cette union retrouvée neutralise Aman et bien évidemment la décision du roi est révoquée. Les Juifs peuvent vivre et même se défendre, s’ils sont agressés.

Pour conclure, Pourim est une fête qui nous enseigne que tous nos maux ne proviennent que d’un manque d’union entre nous. Sans elle, nous sommes persécutés, comme durant l’exil de Babylone, durant toutes les persécutions que nous avons subies à travers l’histoire.  L’éveil de l’antisémitisme et de l’intégrisme religieux aujourd’hui en France, comme ailleurs, a également la même source. Si nous agissons dans la solidarité, comme une seule famille, nous sommes protégés, et rien ne peut nous atteindre. En cette période difficile, il serait bon de s’inspirer du passé et plus particulièrement de l’histoire de Pourim pour réactualiser l’union comme solution à tous les maux.

Les intérêts matériels et spirituels

Question : Pourquoi semble-t-il que lorsque nous commençons à étudier la Kabbale, nous n’avons plus d’intérêts communs avec nos anciens amis et que notre vie sociale s’estompe ?

Réponse : Lorsqu’une personne commence à pratiquer la Kabbale, c’est comme si elle quittait ses affaires ordinaires. Elle travaille involontairement, vit à contrecœur dans la famille et existe contre son gré parce qu’elle est captivée par cette science qui parle de l’éternel, de la perfection et de l’âme, ce qui donne une impression bien plus profonde que la vie matérielle.

Mais peu à peu cette sensation disparaît et elle équilibre sa perception de la vie ordinaire avec ses impressions de la vie spirituelle. Il faut passer par ceci.

Naturellement, vous n’aurez pas grand-chose en commun avec vos anciens amis car leurs intérêts sont au niveau de notre monde et les vôtres au niveau du monde supérieur. Par conséquent, le groupe que vous organisez pour étudier la Kabbale représentera la société la plus importante pour vous.

Extrait de la leçon en russe, le 11/11/2018