Le monde a besoin que nous allions plus vite

219.01Question : Comment le Rabash vous a-t-il appris à sentir et à appréhender la matière de la structure des mondes supérieurs tout en lisant La Préface à la Sagesse de la Kabbale (Ptikha) ou Le Talmud des dix  Sefirot ?

Réponse : Il ne l’a pas fait. Il m’a simplement enseigné patiemment jusqu’à ce que je commence à sentir quelque chose, seulement de cette manière ! Il ne m’a pas poussé.

Moi par contre, je pousse mes étudiants, et ce, pour une bonne raison : le monde se développe très vite et nous oblige à nous conformer aux formes erronées et déformées qu’il prend. Si ce n’était pas le cas, je ne ressentirais pas cette urgence.

Vous avez raison, nous accélérons notre étude et vous ne comprenez pas ce que vous devez faire. Mais vous y arriverez. Si le monde est dans l’état actuel, cela signifie que vous en êtes capable.

Des « Fondamentaux  de la Kabbale » 4/4/19 de KabTV

Partenariat créatif avec le Créateur

249.01Question: Qu’est-ce qu’un partenariat créatif avec le Créateur? Comment développer cet attribut dans la pratique?

Réponse: Nous devons atteindre un état où nous devenons partenaires du Créateur. C’est vrai. Un partenariat créatif avec le Créateur se résume au fait que nous essayons de transmettre l’attitude du Créateur au monde. Cela signifie que nous incitons les gens à reconnaître le Créateur, à participer à la création de telles relations entre les personnes dans lesquelles le Créateur apparaîtra.

Nous créons un lieu dans lequel Il peut apparaître, Il se révèle à nous, et en cela, nous sommes partenaires. Ensemble, nous créons un lieu où le Créateur peut apparaitre et nous devenons associés, unis dans une seule idée. Plus nous le révélons à nous-mêmes et au monde entier, plus nous nous rapprochons de l’état spirituel absolu.

Extrait des «Fondamentaux de la Kabbale» de KabTV 20/01/19

Texte imprimé, support audio ou vidéo?

219.01Question: Y a-t-il une différence dans la façon de lire un livre ou un autre? Par exemple, le Talmud des dix Sefirot ou le livre du Zohar.

Réponse: Comme dans toute science, il existe certaines règles et approches ici. Au cours des 30 années de fonctionnement de notre organisation, nous avons beaucoup fait à ce sujet.

J’ai publié mon premier livre en 1983 et je l’avais écrit deux ans plus tôt. Aujourd’hui, il existe d’autres médias en plus du texte imprimé, mais cela reste le principal.

Par conséquent, vous pouvez écouter toutes mes conférences et tous mes cours – et il y en a beaucoup, des milliers – en format audio ou les regarder en format vidéo, c’est-à-dire en ayant pleinement l’impression d’être présent à la leçon, en classe et voyez comment tout cela se passe. Nous faisons ces enregistrements depuis vingt ans.

J’ai été l’une des premières personnes du pays à avoir créé mon propre site Web: kabbalah.info.

Question: Cela concerne les leçons. Et les livres? Y a-t-il une différence entre les recevoir via d’autres médias ou lire un texte imprimé?

Réponse: En fait, nous ne lisons pas mes livres. J’enseigne uniquement à partir de sources originales, des œuvres du Baal HaSoulam et du Rabash. Et les livres écrits autour de sources primaires sont pour tout le monde.

Les sources primaires que nous étudions sont destinées aux personnes qui commencent à étudier la Kabbale. Elles leur présentent mieux cette science.

Une personne qui commence à lire ces livres, voit que la Kabbale l’invite à se familiariser avec le monde dans lequel nous existons mais que nous ne ressentons pas.

Il existe en dehors de nous, il nous influence et nous l’influençons. Nous respirons en quelque sorte avec, travaillons à l’unisson. Tout ce que je fais est donné d’en haut. Même les mouvements que je fais avec mes mains maintenant, ainsi que mes pensées, sont contrôlés d’en haut.

Ayant également construit une certaine attitude envers le monde supérieur, je peux également l’influencer, c’est-à-dire entrer dans une connexion correcte avec lui, ressentir ce que le système supérieur veut de moi et comment je peux changer mon destin.

Question: Supposons qu’une personne lise une source principale ou l’écoute en audio. Il y a des insertions musicales, des pauses, etc. Quel format l’influencera le plus?

Réponse: Cela dépend de la personne. Si elle étudie correctement, peu importe le format qu’elle utilise. Tout cela la mènera à un concept commun. C’est la même chose que lorsque nous regardons un tableau; ses couleurs et sa composition nous influencent tous ensemble. Nous ne savons peut-être même pas comment.

From KabTV’s “Questions à propos des livres de Kabbale” 22/10/19

Dans la raison et au-dessus

608.01Question: Je ne peux pas m’analyser au niveau où je suis. Pour ce faire, je dois passer au niveau suivant. Que signifie «monter»? Passer de vos sensations à un niveau supérieur, à l’intelligence?

Réponse: Lorsque vous passez au niveau supérieur avec vos sensations, vous ne pouvez pas les traiter intelligemment. Et le niveau inférieur d’où vous êtes monté est maintenant clair parce qu’il est déjà entré dans votre tête.

Lorsque vous montez avec vos sensations, vous avez le sentiment intellectuel d’où vous vous êtes élevé. Par conséquent, l’ascension du niveau inférieur au niveau suivant dans la Kabbale est appelée la foi au-dessus de la raison.

C’est ce que nous faisons. Lorsque vous arrivez au niveau supérieur, vous commencez à ressentir le niveau inférieur, à le percevoir dans votre intelligence. La foi au-dessus de la raison n’est plus nécessaire ici.

Et pour comprendre l’étape suivante, à nouveau les sens, la foi au-dessus de la raison, et le niveau inférieur, qui est dans la raison, se transforme en connaissance.

Extrait de «Rencontre avec la Kabbale» de KabTV 01/03/19

Travailler pour toute l’humanité

527.11Commentaire: Aujourd’hui, de nombreux pays sont confrontés à la question de savoir quoi faire face au chômage de masse imminent. Après tout, c’est une très grande quantité de personnes qui devront être prises en charge.

Ma réponse: Il y a déjà du travail pour elles: apprendre à se rassembler en un seul collectif, à se satisfaire exactement de ce qui est nécessaire à l’existence dans la vie physique et dans la spiritualité, à s’unir entre elles d’après « aime ton prochain comme toi-même », et puis entre amis, pour commencer à comprendre la force supérieure.

Donc, il y a du travail pour que tous s’unissent. C’est mieux s’il se réparti en un grand nombre d’individus. Je pense que les gens doivent faire exactement cela. Par conséquent, la chose la plus importante est le travail social, qui doit être effectué avec tout le monde.

Question: Quel avantage l’élite verra-t-elle de ce travail des masses?

Réponse: L’élite, bien sûr, doit aussi se réorganiser. Il y aura beaucoup plus de problèmes tant qu’elle n’arrive pas à la réalisation du mal de sa nature, l’inutilité de son existence parce qu’elle laisse le désir de profit, de pouvoir, de luxe, alimenter le soi-disant «Hollywood», et ainsi de suite,

Je pense que pour cela, nous devons lui montrer qu’elle se trompe. Non seulement elle aide à la propagation de la drogue aux masses, mais, en principe, elle est elle-même sous l’emprise du pouvoir, de l’argent et de la futilité.

Nous devons lui faire prendre conscience que la vie est temporaire, sans valeur. Eh bien, ils vivront 10 à 20 ans de plus que les autres, et puis quoi? Pourrir? Ici, on leur offre quelque chose de complètement différent, pour échanger leur fausse liberté, leur pouvoir et leur vanité contre l’éternité et la perfection.

Tiré des «Défis du 21e siècle» de KabTV 24/04/19

Souffrir pour la lumière

294.3Question: Baal HaSoulam dit que le moment le plus heureux de la vie d’une personne est celui où elle désespère. Comment une personne peut-elle se sentir heureuse dans cet état?

Réponse: Elle ne l’est pas, mais son désespoir s’adoucira.

Beaucoup de gens dans notre monde se réjouissent d’une sorte de souffrance; ils l’apprécient. C’est une souffrance absolument égoïste. Une personne aime souffrir, se respecte parce qu’elle souffre. Ce n’est absolument pas du tout ce dont parle la Kabbale.

Dans le travail spirituel, c’est l’effort pour le supérieur, pour se changer soi-même, et comprendre qu’il est impossible d’y parvenir. Et puis une personne a la possibilité de s’accrocher à la force supérieure.

Question: En étudiant le livre du Zohar, nous éloignons-nous de la souffrance et choisissons-nous un chemin plus direct?

Réponse: Nous passons à un autre type de souffrance: nous manquons de spiritualité. Nous souffrons parce que nous voulons la perfection, la lumière.

Extrait de «la force du livre du Zohar» de KabTV # 8

À l’intérieur de l’ordinateur de tout l’univers

281.01Question: L’un des défis du XXIe siècle est les religions. Depuis la fin du 20e siècle et littéralement les deux premières décennies du 21e siècle, il y a eu un retour aux religions. C’est comme un flash brillant avant de s’éteindre. Quelle serait l’alternative?

Réponse: Atteindre la force supérieure. De plus, il y a une compréhension claire, un contact clair entre les gens et la manifestation de la force supérieure dans ce contact, au sein de l’humanité. En atteignant cette sensation, l’humanité s’élèvera au niveau de cette force.

Pas de religion, pas de croyances! Il n’y aura pas de place pour elles car il y aura une perception sensorielle et mentale claire du monde supérieur. L’humanité atteindra le niveau d’une existence différente, supérieure à sa nature. C’est l’objectif de notre développement.

Tout en restant dans notre corps, au sens de ce monde, nous atteindrons simultanément cet énorme ordinateur, cet énorme système qui nous contrôle, et nous commencerons nous-mêmes à le contrôler. Nous arriverons au point où nous pourrons reprogrammer cet ordinateur.

Et puis, lorsque nous atteindrons ce stade avec toute l’humanité, alors ces personnes qui entrent progressivement et sont dans ce programme, commenceront à perdre le sens de ce monde, car en réalité il n’existe pas. Il n’est ressenti que dans nos cinq sens physiques, et ils sont purement conditionnels.

Ainsi, notre monde disparaîtra progressivement de nos sens, et nous nous sentirons exister au niveau spirituel, suivant, à l’intérieur d’un énorme ordinateur, qui s’appelle l’univers.

Question: Est-ce comme si un robot fabriqué par l’homme comprenait soudainement le cerveau humain, celui qui l’a créé?

Réponse: Oui. Notre tâche est de comprendre celui qui nous a créés et d’être son égal, d’être son partenaire.

Extrait des «Défis du XXIe siècle» de KabTV. Introduction »24/04/19

Jérusalem – Crainte absolue

933Commentaire: Au tout début de la Haggadah de la Pâque, il est dit que nos ancêtres étaient idolâtres. Autrement dit, nous avions une vision du monde fragmentée lorsque les gens vivaient dans l’égoïsme et que chacun adorait son propre Dieu.

Ma réponse: Les gens faisaient ce qu’ils voulaient.

Question: Ensuite, après avoir quitté l’Égypte, il est écrit: «L’année prochaine, à Jérusalem». Qu’est-ce que ça veut dire?

Réponse: Il s’agit d’un type de connexion complètement différent entre les gens, lorsqu’ils atteignent un nouveau niveau en s’unissant au-dessus de leur égoïsme.

L’égoïsme reste à l’intérieur de chacun, mais au-dessus de lui, nous construisons le niveau suivant, le niveau de don et d’amour mutuels. Ce niveau le plus élevé est appelé «Yéroushaleïm», c’est-à-dire «ira shléma» – crainte absolue.

Cela signifie qu’il n’y a pas de plus grande peur, pas de plus grande crainte en moi que de maintenir la qualité du don sans réserve et de la connexion avec tout le monde. C’est ce que je place  au-dessus de tout.

Mais aujourd’hui, nous sommes dans un état complètement opposé. Aujourd’hui, Jérusalem est tout le contraire de la propriété spirituelle.

Commentaire: Lorsque les kabbalistes ont écrit ceci, ils ne voulaient pas que nous comprenions ces mots.

Ma réponse: Ce n’était pas difficile pour eux de décrire tout ce qui existe dans le monde spirituel en termes de notre monde. Ils le voyaient.

Les murs de Jérusalem, les pierres et la ville signifient certaines propriétés internes et certains niveaux de développement spirituel.

De KabTV’s « les états spirituels » 15/4/19

Les gens seront remplacés par des machines

547.05Commentaire: Dans le livre de Yuval Noah Harari 21 Leçons pour le 21e siècle, il écrit qu’aujourd’hui un ordinateur pourra faire le travail d’un chauffeur, d’un banquier et d’un avocat.

Ma réponse: Absolument avec tout, car nous sommes nous-mêmes aussi un ordinateur. Si nous supprimons la partie sensorielle, alors notre ordinateur mécanique fera tout le reste.

Commentaire: L’auteur écrit que dans un proche avenir, l’intelligence artificielle remplacera les humains en médecine, la gestion des transports, et pourra même reconnaître toutes nos émotions et les influencer.

Ma réponse: Cela se produit déjà aujourd’hui. Je ne sais même pas si cela a encore un sens maintenant d’étudier pendant dix ans pour devenir médecin, car entre temps, la machine vous remplacera complètement.

Commentaire: Cela signifie que les médecins et techniciens de laboratoire ne seront engagés que pour des recherches innovantes pour créer de nouvelles intelligences artificielles et que toutes les professions liées aux services qui ne pourront pas être formées disparaîtront tout simplement.

Ma réponse: oui. Elles ne disparaîtront pas simplement en tant que classe de chômeurs. Ils essaieront de s’assurer qu’elle a disparu.

Commentaire: Il s’avère que si avant, l’avenir de la personne était lié à un métier, aujourd’hui les gens sont dans une confusion totale puisque toutes les professions actuelles cesseront d’exister.

Ma réponse: Oui, la majorité des professions disparaîtra très rapidement. Les gens seront remplacés par des machines. Des usines seront créées pour la production de biomasse à partir de laquelle tout ce que vous voulez sera produit. Si vous voulez un steak, le steak sera fait pour vous maintenant, la machine l’imprimera etc. La seule chose qui restera est le travail pour atteindre la force supérieure.

Tiré des «Défis du 21e siècle» de KabTV 24/04/19

Quatre étapes de correction

567.04Zohar pour tous, Exode, point 81: Il prit la flèche que cet oiseau a jeté de son aile gauche, la sentit et il en sortit du feu noir, la couleur de la gauche, particulière à Noukva, qui ne s’inclut pas dans les trois couleurs de l’arc en ciel : blanche, rouge, verte venant des trois lignes de HGT, et il n’y a pas en elles le noir. Il dit : « qu’il fit partir le gouvernement d’Egypte, qui attirent la lumière de gauche de haut en bas. Dans l’avenir un roi Romain traversera toute la terre d’Egypte et nommera pour les Egyptiens des ministres et des guerriers et il détruira les constructions qui ont été construites et qui se sont déployées du côté gauche et construiront les ruines qu’ils avaient détruites parce qu’elles sont de la droite et que les Egyptiens ne les désirent pas.

 

L’Egypte est la principale propriété égoïste. Israël, descendant en Égypte, s’y manifeste pour plonger dans cette propriété égoïste avec sa propriété altruiste et comme s’il s’y plongeait pour en recueillir des désirs égoïstes à l’aide desquels on peut remonter plus loin.

 

Le fait est que l’humanité et l’homme ne peuvent pas s’élever et grandir spirituellement s’ils n’ont pas d’égoïsme intérieur. Vous pouvez grandir en développant l’ego, mais en l’utilisant uniquement pour le don et l’amour. Il est dit: «J’ai créé le mauvais penchant…» parce que vous ne pouvez pas vous en passer. Par conséquent, toute création commence par le serpent, par la révélation de l’égoïsme; sinon, c’est impossible. C’est la nature humaine, c’est notre essence.

 

Alors ce principe égoïste appelé «Égypte» se manifeste constamment chez une personne qui grandit spirituellement. Mais cela n’a rien à voir avec l’Égypte en tant qu’État moderne ou avec l’ancien royaume. L’Égypte signifie l’égoïsme dans les diverses propriétés où une personne plonge à chaque fois pour s’élever.

 

Supposons que, étant à un certain niveau, je tombe dans un certain type d’égoïsme et que je m’élève. Cela s’appelle que j’étais en esclavage en Egypte et que j’en suis sorti. La prochaine fois, je tombe dans un autre type d’égoïsme appelé Babylone ou Nabuchodonosor. En ressuscitant, je suis alors comme tombé dans la «Rome antique» et ressuscité. Et puis je tombe dans l’exil final.

 

Ce sont des portions d’égoïsme qui se révèlent dans l’homme, que je dois utiliser pour m’élever au-dessus d’elles.

 

En conséquence, il s’avère que la propriété «Israël» (droit à Dieu) en nous ne cesse de croître et de grandir grâce à l’utilisation de divers types d’égoïsme.

Cela continue jusqu’à ce que chacun de nous utilise tout l’égoïsme, tous les humains luttant pour la vie dans ce monde, afin de s’élever au-dessus de lui dans l’unité, dans l’amour de votre prochain comme vous-même, dans un effort pour comprendre le Créateur, l’embrasser et fusionner avec Lui. Cela n’est possible que pendant quatre chutes dans l’égoïsme et quatre ascensions au-dessus.

Chaque personne est obligée de passer par là, de sortir de tous ces états et finalement de parvenir à une correction complète de l’âme. La sortie de ce monde vers le monde supérieur est le but de notre création.

Extrait de «La force du livre du Zohar» de KabTV # 8