Monthly Archives: avril 2009

L’abc de la crise du crédit

criseMary, distilleuse clandestine bien connue dans une petite ville, décida de développer son entreprise et d’amener sa concurrente, Jane la distilleuse clandestine, à fermer.
Pour y parvenir, Mary commença à vendre à crédit de l’alcool illégal à ses clients de la ville.

Des buveurs commencèrent à venir de toute la ville et le volume des ventes monta en flèche, puisque après tout, c’était à crédit !

Mais Mary n’était pas une imbécile, elle garda les reçus de chaque vente comprenant le nom parfaitement légal du client, son numéro de permis de conduire ou de passeport, et l’échéance du paiement. Elle requit également de ses clients, de signer un accord contractuel.

Pour encore améliorer les choses, le neveu de Mary travaillait alors pour une banque. Dès qu’il entrevit la somme de transactions à venir, il fit immédiatement à Mary un prêt dans cette banque.

Mary fit ses provisions de sucre, et ses affaires décollèrent !

La banque n’eut aucun problème à lui accorder un emprunt, parce que le prêt était solidement garanti : si Mary ne pouvait rembourser, ses clients devraient payer.

Soudain, la banque eut encore une meilleure idée : elle tria les reçus selon leur échéance, émit des obligations, et les vendit à des étrangers.

Ainsi, la banque émit des obligations en alcool garanties par les reçus, et les injecta dans un flux de capitaux internationaux. D’heureux étrangers commencèrent à se vendre ces obligations, et leur prix monta. Personne ne savait ce que les obligations représentaient, mais puisqu’elles étaient garanties par la banque et que leur valeur continuait à monter, les gens voulaient les acquérir.

Ceci aurait continué, mais puisque les obligations étaient presque arrivées à terme, la banque se souvint qu’il était temps de récupérer l’argent, soit de Mary, soit de ses clients.

Évidemment, ses clients, les ivrognes, ne purent pas payer, et Mary dut déclarer faillite. Même le magasin qui fournisait Mary en sucre, dut fermer en raison de la baisse soudaine des ventes.

Le prix des obligations en alcool baissa de 95% à la bourse, et la banque eut besoin de mesures de secours immédiates aux dépens des non-buveurs.

La crise économique est réellement un manque de Lumière Supérieure

lumièreQuand une personne se sent esclave de son ego, ce sentiment est appelé  » l’exil « . L’exil, c’est quand on ressent de la pression dans sa vie, un peu comme les contractions de l’accouchement, qui surviennent pour passer de cette vie à la Vie Supérieure.
Aujourd’hui, quand on regarde tous les malheurs qui se déversent sur l’humanité, nous devrions comprendre que ce sentiment d’exil universel se propagera bientôt à travers le monde entier et s’exprimera dans chaque personne. Ceci arrivera progressivement, parce que cela touchera une masse énorme de gens, chacun à son niveau de développement personnel et sa propre mentalité. Les gens peuvent posséder tout ce qu’il est possible de désirer, mais lorsque le désir égoïste de recevoir du plaisir grandira en chaque personne, toutes commenceront à traverser une dépression horrible, l’obscurité et le mécontentement de la vie. En même temps, les coups qui nous frapperont deviendront de plus en plus qualitatifs.

Cependant, ces coups ne nous laisseront pas sans travail, ni nourriture. Au contraire, ils opéreront au niveau mental. La personne n’aura pas les moyens de se ressourcer, et se sentira constamment insatisfaite, au bord du désespoir.

Peut être nous semble-t-il, que tous les problèmes qui se déversent sur nous, ont lieu au niveau matériel. Mais plus tard, nous révélerons, qu’en réalité, ce sont des problèmes spirituels. Après tout, le but de la création est de faire avancer chacun vers la ressemblance avec le Créateur.

Si un  » point dans le cœur « , un désir de spiritualité ( de don sans réserve, à ne pas confondre avec d’autres définitions de la  » spiritualité  » ) ne s’est pas encore éveillé dans la personne, elle ne comprend tout ce qui se met en place, qu’à travers l’existence de son corps physique : la nourriture, la famille, l’état de la société, etc.. Par conséquent, elle est incapable de reconnaître que ce sont des problèmes spirituels.

Même, si le plaisir dont manque la personne est spirituel, elle est incapable de comprendre que c’est de cela dont elle manque. C’est seulement quand quelque chose de mauvais lui arrive dans sa vie matérielle, qu’elle commence à comprendre qu’elle se sent mal parce qu’elle manque de spiritualité. C’est de cette façon que l’égoïsme se développe graduellement en nous, au long de quatre étapes, où l’étape animée permet l’élévation à la spirituelle.

C’est pourquoi le monde entier est en état de crise économique. Pourquoi la crise est-elle en particulier économique ? Qu’est-ce que tout cela a à faire avec l’économie ? La réalité de cette question est, que c’est précisément le langage que nous comprenons tous. Mais dans les faits, il s’agit d’un manque de Lumière.

Où vous travaillez n’a pas d’importance.

egoismAux infos ( The Wall Street Journal ) : « Les chômeurs perdent des possibilités de repli ». Les rangs grandissant d’Américains sans emploi se tournent vers les positions de repli traditionnelles ( vente au détail, restaurants, service à la clientèle ) pour se sortir d’une économie difficile. Dans beaucoup de cas, ce désespoir signifie que même les travailleurs instruits doivent se contenter de travaux au-dessous de leur potentiel, et pour un salaire inférieur.

Mon commentaire : Cela me rappelle quelque chose qu’avait écrit jadis, le poète russe M.V Issakovsky :  » A présent, n’importe quel métier est respecté, peu importe lequel : un homme est honoré simplement en ayant un travail ».

Si une personne s’intègre harmonieusement au système global, où nous sommes tous interconnectés comme les parties d’un corps, si elle remplit sa fonction, alors c’est une bénédiction pour chacun. Et, elle devrait alors recevoir l’appréciation de toute l’humanité !

Tous les gens dans le monde souffrent de la même maladie

planetDeux questions que j’ai reçues sur le fait qu’il vaudrait mieux que les leaders du monde s’unissent :
Question : si nous devions rassembler tous les gens de vérité en un seul lieu et être à l’écoute du système général, serions-nous capables d’influencer l’après-monde par notre Lumière et notre information, ainsi que le développement de notre planète ?

Ma réponse : nous devons diffuser la Kabbale à tous les gens dans le monde, accepter le monde comme un tout, et procurer à chaque personne tout ce dont elle à besoin pour sa correction, peu importe où elle se situe. Tous les gens dans le monde souffrent de la même maladie : l’égoïsme, qui les sépare de la Lumière de vie. Par conséquent, chacun a besoin du remède : la Lumière Supérieure. C’est ce quoi en nous croyons, et c’est pourquoi nous diffusons la Kabbale à tout le monde. Après cela, il appartient à la personne de prendre le remède maintenant, ou plus tard : lorsqu’elle ressentira sa maladie à un stade plus avancé.

Au lieu de se réunir en un seul endroit, les gens doivent s’assembler en une seule intention, en dépit de la distance physique qui les sépare. Ceci est le but de notre monde. Néanmoins, lorsque quelqu’un désire s’installer en Israël pour rejoindre notre groupe ( entre 5 à 10 personnes s’installent ici chaque année ), nous ne le renvoyons pas. Cependant, je ne considère pas cela comme nécessaire pour la progression spirituelle. Il y a eu également des cas où des gens venus s’installés ici, ont trouvé cela trop intense pour eux, et sont retournés chez eux.

Question : les leaders spirituels du monde, tel que le Rav Laitman et le Dalaï Lama, de même que leurs étudiants, ont-ils une connexion spirituelle et cela les aide-t-ils ( je ne parle pas ici du World Wisdom Council : la Fondation pour la Paix ) ? J’ai le sentiment que la spiritualité est un jeu, ou chaque personne ( ou groupe ) ne tient que pour elle-même. Tôt ou tard, les gens se fatiguent de ces jeux, parce qu’ils finissent par se sentir comme le ballon d’un match de football et qu’ils ne veulent rouler pour aucune équipe. Si les leaders spirituels ont une connexion entre eux, alors pourquoi cela ne nous est-il pas révélé, à nous les masses, dans une certaine forme matérielle et dans un réel but final ( à nouveau, je ne parle pas du World Wisdom Council ) ?

Ma réponse : Je ne m’associe à aucune organisation, y compris le World Wisdom Council, et je n’ai de connexion avec aucun leader spirituel. Je ne participe que là où je vois une opportunité de diffuser la Kabbale. La Kabbale est à la racine, si nettement différente des autres méthodes, que nous ne pouvons pas nous unir, ni travailler ensemble avec une quelconque méthode ou religion.

Un nombre record de 32,2 millions d’Américains ont recours aux bons alimentaires

infoAux infos ( de Reuters ) :  » Un américain sur 10 reçoit une aide de l’Etat américain pour acheter de la nourriture « . Les bons alimentaires, programme majeur de la lutte contre la faim aux USA, aident les gens pauvres à faire leurs achats de tous les jours. Le gouvernement a annoncé jeudi dernier, un nombre record de 32,2 millions de personnes ( soit un américain sur 10 au dernier décompte ) ayant reçu des bons alimentaires : le reflet de la récession, à présent est dans son 16ème mois.
Mon commentaire : nous sommes donc entrés dans les sept années de famine et nous découvrons maintenant que nous sommes esclaves de notre égoïsme qui nous a poussé dans cette crise. Mais même en le reconnaissant, nous ne savons pas quoi faire. D’ailleurs, lors de leur récent sommet, les membres du G20 ont bien démontré leur incapacité à agir.

Pessach : universel et définitif

pesachLa semaine de Pessach correspond à Pe-ssach ( passer par dessus ) : ne choisir à partir de tout l’égoïsme, que les qualités qui peuvent être corrigées et utilisées pour le don sans réserve, au bénéfice des autres.

Lorsque l’homme commence a être convaincu que dans le monde entier, sa nature est la seule chose qui soit mauvaise et que cela le détruit, lui et les autres, il parvient à la conclusion qu’il ne veut plus qu’une seule chose ; se débarrasser de ce mal.

Quand il essaie de le faire ( en étudiant des textes kabbalistiques qui ne parlent que de cela, dans un groupe qui s’efforce de s’élever au-dessus du mal ), il découvre son incapacité à s’élever au-dessus de l’égoïsme.

La compréhension du besoin ( de sortir de l’égoïsme ) et le désespoir ( de le faire seul ) crée en l’homme un cri intérieur dirigé vers le Créateur, l’Unique, qui a fait cela …et alors, survient la sortie de l’égoïsme !

Que ce salut advienne à tous ceux qui le désirent durant cette fête !

Lettre ouverte aux dirigeants du G20 : un plan pour sortir de la crise

Lettre ouverte aux dirigeants du G20

Objet : En réponse à l’état du monde

Chers dirigeants du G20,

Je m’appelle Michaël Laitman, je suis professeur d’ontologie, docteur en philosophie et en Kabbale,  et maître es sciences en biocybernétique médicale.

Je suis le fondateur et le président de Bnei Baruch, une organisation internationale basée en Israël avec des branches dans toute l’Amérique du Nord et le Canada, l’Amérique centrale et du sud, et l’Europe. Sur mon site Internet, www.kabbalah.info, j’enseigne quotidiennement la Kabbale et la spiritualité à une audience d’environ deux millions de personnes à travers le monde. Cet enseignement, d’accès libre et gratuit, est diffusé en direct et traduit en 7 langues : anglais, espagnol, hébreu, russe, français, turc et allemand. Je suis également propriétaire de la chaîne 66  du fournisseur satellite israélien YES.

Je vous écris en me sentant sincèrement concerné par l’avenir du monde. La raison pour laquelle  je m’adresse à vous est ma conviction que vous êtres les seuls qui puissent nous conduire vers un le monde plus sur où tous les hommes, quelque soit leur religion, leur race, leur sexe, ou nationalité puissent mener une vie de paix, de santé et de suffisance.

Je voudrais commencer en exprimant mon plus profond respect et mon admiration pour les initiatives que vous mettez en œuvre à un niveau national et international pour résoudre la crise multidimensionnelle qui nous touche aujourd’hui. Comme vous en avez souvent fait mention dans vos discours respectifs, la particularité de cette crise réside dans sa globalité. Par conséquent, une solution globale doit être envisagée. Pourtant, avant de présenter mes suggestions pour une solution, je voudrais expliquer brièvement ce qui cause la crise.

La racine de la crise – L’égoïsme global

Si  nous analysons l’histoire humaine, il est évident que l’humanité a progressé par le pouvoir du désir égoïste qui a grandi en e nous à travers les âges. Au fur et à mesure que ces désirs ont grandi, nous avons développé des moyens de plus en plus sophistiqués pour les satisfaire.

Cependant, au 21ème siècle les règles du jeu ont changé. Nous avons évolué d’un système de développement personnel vers un système intégré, dans lequel toutes les parties sont interdépendantes. L’égoïsme, qui a été notre force motrice, est devenu un ego global, nous enfermant tous dans un cercle vicieux… A partir du moment où le système est devenu global et intégral, comme n’importe quel système clos présent dans la nature, notre force et notre pérennité relève désormais de la responsabilité de chacun les membres de l’humanité.

Un problème a surgi : alors que nos relations se sont globalisées, nous sommes encore en train d’essayer de nous conduire de façon individualiste, malgré la crise.

La solution – l’éducation

La civilisation, en devenant un système clos, nous oblige à reconnaître l’importance de la participation consciente de tous les citoyens du monde… Notre interdépendance nécessite que nous comprenions tous ce système et que nous nous comportions en prenant les autres en considération.

Ainsi, la solution à la crise implique une prise de conscience de chaque habitant de ce monde. Chacun doit reconnaître que dans le système intégré de notre village global, notre destinée dépend de notre attitude envers les autres.

De la même façon que nous avons établi un système éducatif qui prépare nos enfants à la vie, nous devons maintenant établir un système global qui explique comment les gens devraient conduire leur vie dans ce nouveau monde global- en adhérent au principe « aime ton prochain comme toi-même », partagé par toutes les religions. Lorsque nous commencerons à établir un tel système, nous sentirons immédiatement que le processus de guérison de la société a commencé, puisque le respect des lois du nouveau monde rendra  les gens dépendant les uns des autres d’une manière tout à fait nouvelle – celle de l’attention aux autres.

Nous n’avons pas besoin de refaire les systèmes économiques et politiques, car ces systèmes s’ajusteront d’eux mêmes selon la perception que nous aurons de notre interconnexion. Nous sommes confrontés à une crise globale aux multiples facettes. Alors, nous avons besoin d’une éducation globale, pour répondre à la mesure de la complexité de cette crise.

Le plan de travail

Puisque les gens sont fortement affectés par l’opinion publique, pour les sensibiliser au changement vers un état d’esprit constructif, nous devons utiliser le pouvoir qu’a la société à construire un nouveau système de valeurs.

Basé sur cela, je propose les étapes décrites ci-dessous :

  • Etablir un centre d’éducation international et apolitique qui rassemblera les scientifiques du monde entier, renommés dans les sciences dures et politiques du monde. Ces experts développerons une variété de contenu explicatif sur la nouvelle phase dans laquelle se trouve notre monde, et collaboreront avec les medias pour diffuser leurs points de vue.
  • Construire une équipe de travail pour promouvoir des plans en vue de renforcer la conscience sociale à l’ère de la mondialisation.
  • Déterminer comme principe que chaque média doit produire des programmes pour informer les gens de notre inter-connectivité, au moins 30 minutes par jour en prime time.
  • Mettre en garde chaque gros annonceur que si ses produits commerciaux ont un effet négatif sur la société, ils ne seront pas diffusés sur les télévisions publiques ni à la radio.
  • De plus, nous devrions commencer une campagne soutenue par le gouvernement pour fournir des informations qui ouvrent les yeux des gens sur la complexité du réseau de liens qui nous unis.
  • Obliger chaque école à inclure dans son programme des références aux nouvelles règles découvertes dans la société humaine. A côté de cela, il devrait y avoir une heure par jour pour que les étudiants discutent des relations humaines qui devraient prévaloir dans l’ère mondiale.
  • Accorder des subventions et autres avantages financiers pour des travaux en littérature, art, théâtre, cinéma et journalisme, seulement en fonction du montant de l’avantage qu’ils apportent à la société.

Vous êtes les leaders des plus grand pays, et vous avez la possibilité de mettre en place ce système éducatif global dont le monde a besoin si désespérément aujourd’hui. En agissant ainsi, vous ne démontrerez pas seulement votre attention envers l’humanité, mais vous faites également aller celle-ci en avant.

Sincères salutations,

Michaël Laitman