каббалист Михаэль ЛайтманLe Zohar, chapitre ki Tissa point 50: « Il n’y a pas de père plus miséricordieux pour ses fils que le Saint béni soit-Il, il est écrit : « que pas une chose n’a manqué de toutes Ses bonnes choses – Ses miséricordes – celles dont il a dit « que pas une n’a manqué de toutes Ses choses », et pas plus, comprenant aussi Ses mauvaises choses. Il aurait été agréable pour le monde de ne pas avoir été créé, pour ne pas avoir à souffrir, mais comme il a dit que « toutes Ses bonnes choses » il a laissé le mal derrière lui, que Ses mauvaises choses qu’il a dit d’Israël, il a laissé, et ne se sont pas réalisées, de là nous voyons Ses miséricordes, car Il ne veut pas faire quelque chose de mal. »

Le monde existe et est basé sur deux forces, c’est pourquoi il est impossible de ne pas avoir le mal. La Divinité se révèle du mal et est construite en lui. Ainsi le problème n’est pas que le mal existe dans le monde, mais la manière de le découvrir.

Soit le mal est découvert dans toute sa répugnance et saleté, via le pire, de cruelles manifestations, soit nous nous dotons de la force de la ligne droite, alors dans chaque cas, nous le découvrons dans la joie. Nous le corrigeons et immédiatement le transformons en bien. Quoi qu’il arrive le mal doit se dévoiler, tout dépend de notre aspiration.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed