Daily Archives: 13 avril 2010

Un cours d’eau qui irrigue nos âmes

Dr. Michael LaitmanZohar, chaître Va Ira (et le Seigneur apparut) :Le fruit des actions du Saint béni soit-Il vient de cette rivière, qui sort de l’Eden, signifiant ZA et les âmes des justes, signifiant que ses actions sont les âmes des justes. Et c’est la chance de qui toutes les bonnes bénédictions et les pluies de bénédictions coulent de lui et sortent de là, comme il est écrit : « pour arroser le jardin » qui coule et arroser de haut en bas, car les fils dépendent de cette chance et non d’un autre endroit.

Tous les degrés de l’ascension et notre correction dépendent de la «chance» (Mazal) – Les Lumières qui viennent d’en haut « en gouttes », l’une après l’autre, et s’infiltrent dans la barbe de Arich Anpin venant de sa tête. Et comme elles viennent par intervalles, nous avons l’occasion de nous corriger.Les corrections nous arrivent étape par étape, et temps après temps, en raison du fait que la Lumière Supérieure vient à nous dans de petites portions, car une personne est incapable de se libérer de son égoîsme par elle-même immédiatement, d’un bond en avant. Cela est impossible, car l’égoïsme est notre nature toute entière!

Par conséquent, la lourdeur du cœur vient à nous, nous la surmontons, alors elle revient, et nous en venons à bout de nouveau, et ainsi de suite; «goutte à goutte » nous recevons la correction. Tout cela est dû à la révélation des gouttes de la Lumière de Hokhma, qui nous sont livrées par le flux (Zeir Anpin) qui sort de l’Eden (Bina) et irrigue nos âmes.

Où est l’interrupteur pour allumer la lumière?

Dr. Michael LaitmanSi une personne monte au-dessus d’elle-même et commence à sentir que l’unification avec les autres est plus importante pour elle que ce qui se passe en elle, alors dans cette mesure elle se rapproche de plus en plus de la Force Supérieure. De cette manière, elle atteint la qualité du don sans réserve, Lishma.Dans cette qualité de don sans réserve, elle commence à sentir la réalité Supérieure. C’est comme si une lumière s’allumait devant elle et dans cette lumière, elle commence à voir ce qu’il y a devant.

C’est comme si elle errait autour d’un fond noir, sans rien voir ni rien comprendre, et, soudain, elle acquiert la qualité du don sans réserve, ce qui allume la Lumière, et elle commence à voir dans quelle réalité et dans quel monde elle existe! Tout cela est dû au fait qu’elle avait correctement mis en œuvre tous les exercices que le Créateur lui avait donné. Dans ces exercices,elle a préféré sortir d’elle-même pour se connecter de l’intérieur et spirituellement à son environnement, au lieu de s’enfermer à l’intérieur d’elle-même.

De cette manière, une personne acquiert la qualité du don sans réserve au lieu de la qualité de la réception, et dans cette qualité, dans la Lumière de l’Amour (Hassadim), elle allume la lumière et voit la vraie réalité. Cependant, maintenant, nous ne voyons que nous-mêmes. Il est écrit dans Le Zohar que nos yeux sont tournés vers l’intérieur et que nous ne voyons pas ce qui se passe à l’extérieur. C’est ainsi que tous nos sens travaillent. Par conséquent, nous ne voyons pas la vraie réalité.

Toute la Torah a pour but de nous révéler ce monde extérieur, spirituel, pour nous conduire à lui et à vivre activement en lui! C’est ce qu’on appelle la Torah Lishma, qui est étudiée en vue de parvenir à la qualité du don sans réserve, la foi au-dessus de la raison (la connaissance). La foi est Bina, Et « au-dessus de la connaissance » désigne au-dessus de Malkhout. Quand Bina règne au-dessus de Malkhout (La foi dessus de la raison), et Malkhout se joint, alors, sous cette forme, nous pouvons révéler la réalité supérieure.