Daily Archives: 6 août 2010

Il y a du nouveau au-dessus du soleil !

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourquoi est-il dit dans Le Zohar « Il n’y a rien de nouveau sous le soleil  » ? Y a-t-il quelque chose de nouveau au-dessus du soleil? 

Réponse: Il ya quelque chose de nouveau au-dessus du soleil, depuis que la Lumière n’apportent pas de nouveaux désirs (Kelim) à la créature. La créature doit discerner en elle-même, souhaiter, se pousser à faire des efforts, et trouver de nouveaux désirs et des manques d’accomplissement .

La Lumière du soleil est la Lumière de l’Infini. La création ressent la Lumière directe du soleil comme un éclairage minimal (Nefesh de Nefesh), et de cette manière elle discerne de nouvelles carences en elle-même opposées à la révélation de la grandeur du Créateur. Cela se produit à travers des discernements multiples de l’être face à la Lumière et de l’égoïsme qui est opposé au don sans réserve. Ce faisant, la créature découvre de nouvelles possibilités de don sans réserve. Pour cette raison, dans la lumière de Sa grandeur, la précédente Lumière de Nefesh de- Nefesh, une sensation du Créateur, est alors ressentie comme « Yekhida » sans fin de la Lumière NRHY.

La révélation de cette grande Lumière, la grandeur de Celui qui donne sans réserve est la raison de la Lumière « au-dessus du soleil ». Elle est plus élevée que la connaissance, que les désirs et les accomplissements en provenance directe du Créateur vers la créature. Par conséquent, la Lumière du soleil n’est qu’une étincelle de vie, et le reste de la création est construite au dessus du soleil, en ajoutant l’aspiration de l’amour au désir initial.

Heureux sont ceux qui étudient la Kabbale

Dr. Michael LaitmanLe Zohar, chapitre « Lekh Lekha (Pars),  » Point 356: « La loi du Seigneur est parfaite », car elle contient tout. Heureux ceux qui s’engagent dans la Torah et ne s’en séparent pas, car toute personne qui est séparée de la Torah, même pour une heure, c’est comme si elle s’était départie de la vie dans le monde. Et il est écrit: « Car c’est ta vie et la longueur de tes jours », et il est écrit:  » Car la longueur des jours et des années de vie et de paix, vont s’ajouter à toi. « Dans la sagesse de la Kabbale, nous étudions les deux composantes de la création : la Lumière et le désir. La Lumière influe sur le désir, alors que le désir résulte simplement de l’impact de la Lumière sur lui, comme il est écrit,  » la Lumière fait bouger les désirs.  »

La Lumière universelle appelée «le Créateur » (Kadosh – Barouch -Hou), la Lumière de l’Infini, conduit toute l’évolution du désir à travers différents états, étape par étape, dans un ordre de cause à effet pour l’équivalence avec le Soi. C’est fait ainsi pour que le désir, en dépit d’avoir été créé comme « l’existence ex-nihlo», devrait atteindre le même état que la Lumière « l’existence de l’existence.  »

Les actions menées par la volonté de recevoir du plaisir tout en progressant par étapes pour atteindre cet objectif (l’équivalence avec le Créateur, l’attribut du don sans réserve) sont appelées « discernements », « corrections », « accomplissements », dont le but est l’«adhésion» (dvékout). « Adhésion « désigne une équivalence partielle ou complète (à la fin de toutes les corrections), à la Lumière. Au cours de ces adhésions, le lien entre la «volonté de recevoir pour donner sans réserve  » et la Lumière, l’attribut du don sans réserve, se manifeste.

Toutes nos actions sont appelées travail spirituel, au cours duquel notre désir avec l’aide de l’intention de donner sans réserve atteint au moins quelque équivalence avec la Lumière, l’adhésion partielle avec elle, jusqu’à ce que de tels actes atteignent la plus haute adhésion appelée correction complète.