Dans l’obscurité comme dans la lumière

Dr. Michael LaitmanLe Créateur se dissimule Lui-même. Mais au lieu de déchirer la « couverture » et de Le révéler, je peux construire Son image en moi-même. L’écran qui Il a mis entre nous reste certes, mais j’apporte des changements en moi-même qui créent en moi les propriétés du Créateur, Son image. Seulement de cette manière, ayant construit Son image en moi-même, je peux Le voir parce que par lui-même, Il est au-delà de toute image.

Dans l’obscurité de mon égoïsme, je construis une image rayonnante des propriétés du don inconditionnel et de l’amour, une image de la Lumière. Le Créateur reste toujours autant caché par l’écran, mais en dessous de l’écran, je crée Son image comme s’il était debout devant moi. Je forme la Lumière du don sans réserve (la foi, Hassadim) et j’existe en son sein, en ne découvrant pas le Créateur de l’autre côté de l’écran.
Je demande au Créateur de ne pas supprimer l’écran de dissimulation, mais plutôt de me permettre d’exister dans l’ombre, dans l’obscurité de telle sorte que l’obscurité sera comme la Lumière pour moi et que je vais apprécier son importance. En fait, précisément à cause de cela que je suis capable de créer de moi-même la similitude avec le Créateur, pour devenir indépendant. S’étant Lui-même caché,Il a créé un lieu pour ma ressemblance avec Lui. Et à la mesure de cette similitude, l’écran qui nous sépare devient transparent, et nos images coïncident.

L’obscurité m’aide car, autrement,la Lumière me comblerait, tuant toutes les aspirations dans l’œuf. Je n’aurais pas envie de ressentir le besoin de quoi que ce soit et ne serait pas en mesure de faire un geste personnel. Contrairement à cela, l’obscurité crée une nécessité pour la recherche.

Si l’obscurité se dissipait simplement, je reviendrais à mon habitude, à la vie matérialiste. Pour cette raison, je demande que l’obscurité reste. Cela facilite grandement mon égoïsme: rien ne le remplit ni ne le calme de sorte que dans l’obscurité je vais désirer la Lumière. Je veux obtenir les qualités de la Lumière non seulement par la découverte du Créateur, mais par la création de Son image à l’intérieur de moi-même.

Je soutiens moi-même l’écran qui nous divise : Le Créateur le supprime progressivement, mais j’élève tout de suite la dissimulation à 100%. Ainsi, je construis un dais, le « toit de la tente », ne voulant pas accepter la Lumière Supérieure directement. En la rejetant, j’obtiens l’attribut du don sans réserve et j’existe dans l’obscurité comme dans la Lumière. Pour mon égoïsme, c’est l’obscurité, mais les intentions du don c’est la Lumière.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: