Sautez et figez-vous

Dr. Michael LaitmanNous avons du mal à comprendre le langage des kabbalistes. La matière même du sujet de la discussion nous est dissimulée, et nous ne savons pas ce que sont la Lumière et le Kli (récipient), le Créateur et la créature, les mondes spirituels, ou des relations correctes et incorrectes. Nous ne pouvons pas comparer ce qui est écrit dans le texte avec la réalité parce que la réalité spirituelle vise le don sans réserve et n’existe pas dans nos perceptions qui sont encore égoïstes.En mémorisant les mots des kabbalistes, nous n’avons pas la connaissance de leur essence, mais nous utilisons des clichés précédemment convenus. Même si nous y apportons une certaine compréhension, comment savons-nous que c’est correct ? Après tout, les états spirituels dont parle la sagesse de la Kabbale n’ont pas encore pour le moment laissé en nous des sensations et des impressions.

Tout ce que nous ressentons dans notre désir égoïste n’est pas lié à la spiritualité. Afin de comprendre des textes kabbalistiques, nous avons besoin de sauter au -dessus de notre égoïsme, de nous bloquer dans ce vol intérieur, pour commencer à absorber le sens de leurs paroles. C’est pourquoi nous avons besoin de changer les mots des kabbalistes dans le domaine de la perception sensorielle. Dans le monde de l’Infini, tout est simple: la lumière remplit le récipient(Kli).

Toutefois, aux stades du développement de bas en haut, tout en étudiant le texte sans le ressentir, il est impossible de visualiser ce qui est discuté, de le comprendre, ou même de le mémoriser mécaniquement car nous n’avons pas vécu ce que les kabbalistes décrivent. Comme effet de l’étude, nous conservons certaines idées en mémoire, mais comme il y a un manque dans les ressentis, nous ous emmêlons et sommes perdus.

Cela continue jusqu’à ce que nous soyons en mesure de ressentir les états spirituels décrits jusqu’au degré ou nous leur sommes équivalents dans nos facultés de donner sans réserve. Ceci ne peut être réalisé qu’en travaillant avec les amis, puisque l’amour des autres mène à l’amour pour le Créateur.

Tout en restant dans l’égoïsme, nous devons d’abord découvrir notre haine dans le désir d’être connecté avec les amis, puis, nous devons la corriger jusqu’à ce que nous soyons arrivés à l’amour comme le pont qui se trouve au-dessus de l’abîme de la haine. Grâce à cette correction, l’abîme sera rempli de Lumière.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: