Naissance: la première contraction

Dr. Michael LaitmanLors du Congrès, nous avons essayé de passer la Machsom, de naître dans le monde spirituel, d’acquérir un sens nouveau et sentir ce qu’il y a en dehors du désir pour le plaisir. Cette perception est appelée externe, car elle vise à donner sans réserve.Ce que nous avons constaté, c’est que c’est très difficile. La pression entrante nous a immédiatement refroidi, nous «gelant». Nous ne le voulions plus, en pensant que nous en sommes incapables. « N’importe quoi sauf ça, tout sauf la vraie unité et le monde Supérieur qui est à l’intérieur. »

En conséquence, nos attentes ne se sont pas réalisées. L’égoïsme, le Pharaon, nous ont repoussés. Cela nous a permis de ressentir une légère haine pour elle, de révéler notre ennemi et haineux, de commencer à comprendre que, sans la vaincre, nous ne serions pas nés. L’opposant a été identifié et nous le discernons de plus en plus clairement.

Maintenant, nous devons effectuer encore plusieurs actions analogues. Elles vont prendre une nouvelle forme à chaque fois parce que rien ne se répète dans la spiritualité. Il semblera que les actions sont les mêmes, mais elles se feront sentir de manière différente et dans l’état suivant nous ne serons pas en mesure de reconnaître l’état antérieur plus longtemps.

Nous parlons des contractions de la naissance, appelé « Tzirim » en hébreu, qui est aussi le mot pour charnières de la porte. Le ventre de la mère où nous sommes rappelle la forme de la lettre Mem fermé (ם). Mem est Bina, qui nous enferme entre deux portes. En hébreu le mot «porte» est Dalet. En d’autres termes, nous sommes entre deux lettres Dalet (ד), qui forment la lettre Mem.

Pendant les contractions, nous appuyons sur les portes pour qu’elles s’ouvrent en glissant autour des charnières. C’est ainsi que le fœtus pousse de l’intérieur afin de venir à l’extérieur. (Tzir est une charnière, Tzirim sont les charnières de la porte, et Rekhem est une matrice, qui vient du mot Rakhamim, miséricorde, la qualité de Bina.)

Le Pharaon, notre égoïsme, entrave notre naissance, après avoir été délibérément créé par le Créateur afin d’exercer la pression opposée jusqu’à ce que nous acquérons un désir assez fort, jusqu’à ce que nous devenions dignes de voir et de sentir le Créateur, la réalité extérieure, et de vivre en elle. Sinon nous sommes prématuré et ne sommes pas prêts pour le nouveau monde. Il s’avère que Pharaon est une bonne force. Même si il apparaît comme un ennemi pour nous, en réalité, son opposition forme un désir assez fort en nous, afin d’ouvrir les portes de l’utérus et sortir à l’extérieur.

Nous avons commencé le travail qui nous sortira du pouvoir de Pharaon, et je suis très heureux que nous ayons atteint ce stade. J’ai attendu un long moment.

Plus grande est la déception et plus forte l’opposition, plus profond est le désespoir après que les attentes d’une personne sont restées sans réponse et qu’il est rejeté. C’est la meilleure chose pour une personne parce que sa haine pour Pharaon devient plus grande. Nous avons vécu l’une des contractions de naissance. Quelques contractions de plus – et nous naîtrons à la Lumière!

Laissons-nous augmenter la vitesse, ce qui dépend de notre travail. Que la force avec laquelle nous nous ruons de l’avant, et la force du Pharaon qui nous tire en arrière, se réunissent en un seul bond décisif vers la naissance!

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: