De l’apprenti au maître

Dr. Michael LaitmanQuestion: Lorsque l’on étudie la Kabbale, comment puis-je être certain que je ne « philosophe » pas sur les concepts que je n’ai pas réellement atteint, comme l’amour, l’adhésion, l’unité et l’attribut du don?
Réponse: Si une personne étudie la sagesse de la Kabbale à partir des sources authentiques, reçoit des instructions appropriées, et s’attache à l’enseignant, un véritable kabbaliste, elle ne peut pas fantasmer. Elle ne peut que se comparer à la lumière qui corrige.
Elle est déjà en train de développer une approche correcte et sait que c’est l’unique source de vie. Elle apprend en vue d’atteindre le désir de donner sans réserve, ce qui attire la lumière. Bien qu’elle ne soit pas venue pour étudier le monde spirituel authentique encore, elle travaille avec le groupe, comme dans un laboratoire.
Dans un groupe, vous découvrirez quel égoïste vous êtes. Mais vous attirerez aussi la Lumière Supérieure qui commencera à briller sur vous de loin, révélant vos attributs opposés à la Lumière. Vous souffrirez parce que vous aurez envie d’être comme la Lumière, mais vous vous rendrez compte que vous ne pouvez pas. Cette tension, l’écart entre le souhait et la réalité, vous conduira à une explosion, puis vous prierez le Créateur pour qu’il vous aide. C’est alors que vous recevrez la force du don.
A partir de ce moment, vous deviendrez un kabbaliste et commencerez à explorer le monde spirituel. Ensuite, vous pourrez goûter, dans une faible mesure, ce qui différencie les forces de réception et de don.
Vous deviendrez un chercheur scientifique, explorant votre propre personne et le Créateur, ce qui est en fait la même chose. Cela sera possible, puisque vous partagerez tous les deux la même « zone », qui se trouvera à votre portée. Ainsi, vous aurez l’occasion d’explorer le spirituel, le degré «humain» degré

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: