Monthly Archives: mars 2011

Elever le contraste de l’image de la réalité

Dr. Michael LaitmanLa nature est bien absolu et donc tout doit être évalué selon l’état final auquel elle nous conduit. En général, la «nature» et «le Créateur» est la même chose. Alors, pourquoi la nature arrange les choses de telle sorte que dans le processus de notre développement, nous devons traverser tant d’états désagréables, problématiques, et atroces sur la chemin vers la bonne ligne d’arrivée?

La réponse est simple: la Bonté en tant que telle n’existe pas. Nous ne la révèlons qu’en la comparant au mal. Il n’y a pas de bien sans mal, et nous devons donc révéler les défauts ainsi que leur avantages, encore et encore. C’est la seule façon pour nous d’acquérir la profondeur de la sensation. Le contraste entre le bien et le mal nous apporte la compréhension, et sur le chemin qui mène à travers une procession d’états, nous acquérons de l’expérience en passant du mal au bien.

Dans ce mouvement constant, nous accumulons tout le mal à l’intérieur de nous, et au-dessus de lui, tout le bien, et ansi nous prenons conscience de l’écart entre eux, l’abîme entre l’infini négatif et l’infini positif. Tout ceci est à l’intérieur de nous, est absorbé en nous, et devient notre récipient ou volume.

Bien et mal, plus et moins ne peuvent exister en nous séparément. Il n’y a pas de Créateur sans création. Nous ne parlons de la lumière que dans le contexte d’un récipient déjà présent à l’intérieur. Nous ne considérons pas le Créateur séparément de la création qu’Il a créé. Il est impossible de dire si quelque chose existait auparavant, car la notion même de temps, la base même de la perception disparaît. Il n’y a personne pour dire quelque chose et personne pour en parler. Tout n’est atteint que par la création. Même si elle est secondaire par rapport à la Lumière, il en est seulement ainsi en termes de cause à effet.

Le Ari écrit: «Voici qu’avant les émanations ne fussent émanées et les créatures ne fussent créées, la simple Lumière Supérieure avait rempli toute l’existence. » En d’autres termes, la lumière remplit déjà une réalité, elle y existe, et est sujette à la perception ou la sensation. Ayant atteint cette réalité, un kabbaliste nous en parle. Nous ne pourrons jamais parler de tout ce que nous n’avons pas atteint à l’intérieur de nos récipients.

Au-dessus des vagues

Dr. Michael LaitmanSur le chemin spirituel, l’alternance du vide et de la satisfaction est inévitable. Sinon la création resterait sans aucune sensation.

Cependant, je traverse ces cycles volontairement. Ils me rapprochent tous de l’état final où je suis inclus dans la bonté absolue.

À la fin du chemin, j’atteindrai cette bonté, mais jusque-là dans mes sensations, je dois passer par des états complètement opposés. Parfois je me sens bien et parfois mal. Alors, que dois-je faire?

Le Créateur peut-il vraiment faire basculer ce pendule, souhaitant constament me faire passer du chaud au froid?

Non, il veut me faire dépasser mes sensations, le mal et le bien, ainsi je ne dépenderai pas d’elles. Les états de ma vie matérielle terrestre, la souffrance ou la joie de ma «chair», c’est-à-dire mes désirs, doivent être orientés vers un but. Si je m’accroche à l’objectif, alors ce n’est pas important si je me sens bien ou mal. L’attirance/atteinte/attrait de l’objectif est toujours bonne.

Il s’agit d’une bonté absolue. Je n’attends pas que la ligne d’arrivée vienne, mais continue à la gravir, à garder ma foi au-dessus de la raison. Ainsi, le bien et le mal sont bénéfiques et je suis complètement indépendant des états qui passent sur moi.

Nous ne devons pas arriver à ce point à la fin du chemin, mais au début. C’est comme pour un enfant qui va tous les jours à l’école. Toutefois, contrairement à l’enfant, nous nous élevons à l’endroit où nous pouvons voir l’objectif et comprendre que cela est bénéfique pour nous. Rien n’est accidentel, la nature est absolue et tout en elle est destinée à conduire les parties de la création à l’objectif final.

Si nous nous connectons à l’objectif, alors même si les pires choses possibles nous arrivent, nous ne les perçoivent plus comme un mal. Il n’y a rien de mal. L’instant d’après, cette sensation sera remplacée par une bonne sensation, mais nous ne voulons pas non plus être submergé par la bonne sensation. Nous voulons avoir du plaisir et être heureux, parce que nous continuons à nous diriger vers l’objectif – au-dessus de toutes les bonnes et mauvaises choses dans une égale mesure. C’est l’éducation correcte.

L’humanité ne sera pas capable d’avancer, si elle ne reçoit pas une explication de l’ensemble de l’image : Nous passons par un processus spécifique, et peu importe ce qui se passe, nous devons nous accrocher à l’objectif. Dans ce cas, toutes les vagues nous parviendront dans la paix et tout sera là pour nous aider.

Pourquoi dois-je grandir?

Dr. Michael LaitmanJe suis dans un réseau de forces qui m’influencent. Leur somme totale est la nature. Alors, quel est son objectif? Que veut-elle de moi? Où me conduit-elle?

 Il est clair pour moi que mon développement se déroule dans un but précis. Je suis convaincu de cela en voyant l’exemple donné par les autres parties de la nature. Ainsi, un petit fruit aigre se développe en une grande, juteuse pomme sucrée.

Tout comme les niveaux végétal et animal de la nature se développent, je me développe, en passant par des états opposés qui sont bons et mauvais. Il est impossible d’avancer d’un seul côté. Je les alterne, faisant un pas à gauche, puis un pas à droite, encore et encore. Je révèle constament un manque qui correspond à la satisfaction future.

C’est quand je fais un calcul: Où ce processus me conduit-il? Où la nature me dirige-t-elle? Alors, je vois qu’elle m’oblige à subir le développement social. Au cours de plusieurs millénaires, l’humanité a développé de plus en plus la société, et au sein de celle-ci, elle dut développer des liens entre nous.

Nous avons révélé le mal, notre égoïsme, notre haine les uns des autres, et par conséquent, nous commençons à comprendre la nécessité de nous unir. Dans un monde moderne et global, cela devient clair.

Dans quel but? L’utilité est que je vais entrer dans le prochain niveau de mon développement, le niveau de la nature commune de l’univers. J’atteindrai la bonté absolue et acquerrai l’équivalence de forme avec la nature parfaite.

Par conséquent, je ne prends pas en compte les états intermédiaires que je traverse en chemin. Si je garde à l’esprit le but et pense constamment à lui, alors je me sens bien même maintenant. La chose la plus importante est de «flotter» au-dessus de toutes les sensations présentes, à la fois bonnes et mauvaises.

Un territoire humain

Dr. Michael LaitmanDeux forces opposées agissent dans la nature, mais elle les oblige à atteindre un équilibre mutuel à tous les niveaux. Tout aspire à l’équilibre.

La seule exception est le degré humain. Etrangement, la nature nous a laissé un « territoire libre »: la société humaine. En se développant, la société n’arrive pas à atteindre l’équilibre, mais au contraire, ce dernier lui échape: Les hommes ne souhaitent que la destruction de l’autre.

Aujourd’hui nous sommes confrontés à d’énormes défis. Nous sommes liés ensemble, nous dépendons les uns des autres, et donc chacun de nous peut déclencher un déséquilibre catastrophique pouvant s’abattre sur l’humanité toute entière.

Mais à la différence des niveaux de développement précédents, aujourd’hui, nous pouvons créer nous-mêmes l’équilibre. Voici que nous recevons « le ballon dans les mains » afin d’atteindre l’équilibre avec la nature sur «notre territoire», de façon indépendante. La nature vous laisse la possibilité de devenir un être humain libre, intelligent, sensible, et indépendant d’elle. Si vous souhaitez toujours que la nature agisse sur vous, vous restez un animal.

Vous avez le choix: soit vous êtes gouvernés par la nature ou soit vous travaillez par vous-même et combler le vide. C’est précisément là où une personne a besoin d’accomplir sa predestination et où elle doit créer un équilibre qui complète tous les autres déséquilibres.

Eureka! Ca existe!

Dr. Michael LaitmanQuestion: Est-ce le désir de donner se développe à l’aide du désir de recevoir? Changera-t-il et nous unira-t-il à nouveau à l’âme collective?

Réponse: La sagesse de la Kabbale affirme que l’intégralité du chemin de notre correction revient à nous unir ensemble et à atteindre l’attribut de don (le Créateur) dans notre union, car cet attribut nous rassemble.

Le développement se produit grâce à l’union. Et quand le désir de donner pénètre le désir de recevoir, il lui fournit la force de développement en facilitant diverses connections. Et alors, le désir de donner fusionne les différentes parties.

Contrairement à lui, le désir de recevoir reste dans la capacité du niveau inanimé et ne colle avec rien. Par conséquent, si nous voulons nous rapprocher du désir de donner et nous développer, nous devons faciliter les liens entre nous et notre inclusion mutuelle.

Cela ne compte pas que nous soyons séparés par la distance, les différences de caractère, les opinions, et par l’éducation. Nous verrons plus loin que notre développement précédent (de même que diverses nations lointaines se haissent et se méprisent réciproquement) est nécessaire pour qu’au-dessus, nous puissions commencer à former des relations mutuelles entre nous. Et entre ces connexions, nous sommes destinés à révéler l’attribut du don (le Créateur).

Cela existe mais c’est caché à l’intérieur. C’est précisément ce que nous souhaitons découvrir lors de nos congrès.

“Je veux vivre!”

Dr. Michael LaitmanLes AHAP du supérieur sont destinés à transmettre en haut les prières (MAN) de l’inférieur. Le supérieur est plus intérieur que l’inférieur, mais quand il est représentée sur un graphique, il semble que l’inférieur soit plus grand. Pourtant, on a seulement l’impression que l’inférieur, revêtant le supérieur, l’englobe. Le fait est, cependant, qu’il habille l’extérieur, précisément parce qu’il n’est pas corrigé.

 Le AHAP du supérieur est plus interne, plus caché et plus immatériel, mais beaucoup plus puissant et infiniment plus grand que l’inférieur. C’est pourquoi la seule chose que ressent et prend le AHAP du supérieur à Galgalta Eynaim de l’inférieur est la prière, MAN, qui est contenu en cette dernière.

Galgalta Eynaim de l’inférieur ne peuvent rien demander d’eux-mêmes parce qu’ils sont des désirs de don. Mais AHAP de l’inférieur leur transmet sa prière, le désir de naître à partir des données d’information (Reshimot). Cet désir influe sur AHAP du supérieur et celui-ci resent cette demande, appelée MAN, et l’élève dans son Galgalta Eynaim.

En réponse à la prière, Galgalta Eynaim du supérieur attire la lumière qui passe à travers eux jusqu’à l’AHaP du supérieur, puis traverse les Galgalta Eynaim de l’inférieur, et enfin arrive dans le AHAP de l’inférieur en vue de corriger ses Reshimot et de rétablir ce AHAP, le ramenant à la vie.

La seule chose qui nous manque c’est la prière pour la correction, MAN. Rien ne peut être atteint sans elle.

MAN est élevée par une personne qui a l’intention de recevoir pour le bien de l’attribut du don. Cette demande est élevée à chaque instant et se renouvelle constamment. Une action suit immédiatement une autre. Dans la spiritualité il n’y a pas de vide ou d’écart entre les actions. Si une période de temps a été gaspillée, sans une demande urgente pour la correction, c’est une transgression, Klipa.

Dans le monde spirituel il n’y a pas de notion physique du temps qui s’écoule de lui-même. Si je perçois chaque instant de ma vie comme une expression du AHAP du supérieur et que je désire adhérer au Créateur, qui est bon et ne fait que le bien, afin de Le révéler, cela signifie que je cherche des contacts entre mes désirs de don (Galgalta Eynaim) et le AHAP du supérieur.

Au moment où je commence à me relier à Lui correctement, je verrai qu’Il n’est pas caché, mais qu’Il se révèle à moi et brille sur moi!

Découvrez les secrets des Sages

Lecture in ManhathanLe 29 Mars, 19:30 à l’Espace Symphony, un centre artistique dans Manhathan, je vais donner une conférence publique intitulée « Le Zohar, les lois de la nature, et l’avenir de l’homme. » L’événement commence avec un spectacle de musique kabbalistique par l’Ensemble. Pour plus d’informations cliquez ici.

 Extraits de l’annonce de l’évènement:

 

« Une soirée de musique et de sagesse avec le plus grand kabbaliste au monde venant d’Israël le Dr Michaël Laitman.

Ouvrez la porte intérieure à la beauté et à l’importance de l’ancienne sagesse des sages kabbalistes. Profitez d’un concert spécial de musiques autrefois cachées, profondes et envoûtantes, apportant des sensations ineffables venant des plus hautes sphères de l’amour.  Alors, écoutez comment le plus fameux des kabbalistes  au monde révèle le message de la sagesse en ce moment difficile et décisif de l’histoire humaine. « 

S’arrêter signifie tomber

Dr. Michael LaitmanQuestion: Qu’est-ce que signifie accélérer constamment par rapport au but spirituel, et comment pouvons-nous «mettre les gaz » autant que possible dès maintenant, avant la convention?

 

Réponse: Dans l’espace spirituel, l’accélération est le mouvement. Ceci parce que si vous ne faites pas une certaine action maintenant, aucun de vos mérites précédents ne compteront et vous perdrez toute la vitesse que vous avez accumulé jusqu’à présent par toutes les actions précédentes. L’espace spirituel est comme un cosmos vide où il n’y a pas d’autre système à partir duquel on commence à compter, et si vous n’accélérez pas, alors vous ne bougez pas du tout.

Un état constant est équivalent à zéro. Même si vous prenez l’avion à la vitesse de 10/km par seconde, ce n’est pas considéré comme un mouvement et c’est comme si vous étiez juste suspendu en l’air. Dans le sens spirituel, l’accélération signifie la vitesse, et, en substance, c’est l’action.

Par conséquent, il n’y a pas d’«espace vide » entre les actions spirituelles. Où que l’action finisse, commence immédiatement l’action suivante, tout comme lors de la naissance des Partsoufim spirituels. Cela indique que l’attitude d’une personne envers son groupe et l’attitude du groupe envers celle-ci doivent être telles qu’elles continuent à susciter en elle des actions et à renouveler sans cesse son désir.

L’unité des peuples est le sommet de l’équilibre

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quel est le lien entre l’équilibre naturel et l’union des personnes?

 

Réponse: L’union de la population est la plus haute forme d’équilibre dans la nature. En général, l’équilibre naturel est l’intégration de toutes ses forces. Finalement, ces forces sont toutes exprimées en l’homme, au niveau humain.

Le vrai problème n’est pas dans l’environnement autour de nous, pas le tsunami, les séismes, les éruptions volcaniques ou les explosions solaires, et n’est pas non plus situé aux niveaux végétal et animal de la nature, ni même les maladies de notre corps. Tout le problème se situe au niveau de l’homme – son déséquilibre ou son équilibre couvre toutes les autres forces opérant en-dessous. En nous équilibrant, nous équilibrons toute la nature de l’inanimé au niveau animé.

L’homme n’est pas censé faire cela de façon instinctive ou par force, mais consciemment, conscient, il est cense le faire de son propre désir, en dépit de son tempérament et de sa propre nature, en dépit des forces extrêmement puissantes de la haine, de la passion, de la fierté et de l’amour du pouvoir. Voilà comment il se construit lui-même. Cela n’arrive pas en équilibrant les forces de la nature autour de lui, mais en équilibrant ses propres forces intérieures, son essence.

Après tout, je suis celui qui hait, je veux mentir, voler, tuer, et tout le reste. En fin de compte, je veux régner sur les autres de diverses manières. Mais ainsi je forme mon nouveau moi en équilibre avec cette aspiration. Je construis un modèle interne équilibré par deux forces opposées, qui est appelé mon «âme».

À travers le prisme de cet équilibre, je perçois déjà le monde différemment. J’acquiers une nouvelle perspective. Je ne veux plus utiliser le monde pour satisfaire mes désirs, mais au contraire, de mon équilibre je recherche l’équilibre en lui. Puis, je vois que le monde entier est équilibré. Il s’avère que le monde entier, à l’intérieur et à l’extérieur, est l’expression équilibrée de ces deux forces.

C’est ainsi que je parviens à la paix et à la conciliation. L’état où j’en fais l’expérience est l’âme remplie par le revêtement de la lumière supérieure. La sensation d’équilibre entre ces deux forces me donne une nouvelle réalité

L’intention ne peut être exprimée en mots

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourriez-vous nous parler de votre intention, lorsque vous lisez le Livre du Zohar?

Réponse:  Les kabbalistes nous enseignent ce que l’intention doit être. Toute personne doit réaliser ce qu’elle a lu dans la mesure où elle le comprend.

Il est impossible de vous parler de l’intention. C’est quelque chose qui ne peut pas être expliquée à une autre personne puisque l’intention vient de l’état interne révélé par elle.

Je suis dans un état qui m’est inconnu. Je le révéle, tel qu’il se déroule à l’intérieur de moi. Je crée l’intention, de cet état qui m’est révélé.

En substance, il est impossible de mettre cette intention en mots. Il n’y a pas de mots pour cela. C’est parce que l’intention inclut le désir intérieur d’une personne (Hissaron) et le degré de son lien avec la réalité supérieure, à travers ses tentatives de trouver les moyens qui lui apporteront la plus grande proximité possible avec l’hôte, le Créateur –  l’adhésion (Zivoug de Hakaa ) avec Lui.

Quels sont ces moyens? Ce sont les livres, l’enseignant, et le groupe. Une personne inclut tout ce qu’elle comprend et ressent de leur somme totale, et à travers eux atteint l’unité avec le Créateur.

Tous ces moyens doivent être présents. Si vous oubliez même l’un d’eux, alors vous n’avez pas le bon contact. Et en plus, chacun d’eux doit être correctement équilibré avec les autres.

Page 1 des 1012345Dernière »