Des exercices de don inconditionnel

Dr. Michael LaitmanÉcrits du Rabash, « Le but du Groupe »: En vue d’atteindre l’adhésion au Créateur, il est d’abord nécessaire de donner sans réserve à l’homme, ce qui s’appelle l’amour du prochain.Notre nature est totalement contraire à l’amour du prochain. Je n’aime que moi-même. Tous mes calculs, que ce soit conscients et inconscients, sont construits exclusivement sur des avantages personnels.

La façon dont je m’assois, la façon dont je pense et ce que je vois – tout cela est canalisé à travers le filtre de mon égoïsme, me laissant seul avec les choses qui peuvent m’avantager ou me menacer. Tout doit servir mon bien-être personnel. C’est ma nature.

Cependant, je dois réaliser le don sans réserve universel, l’amour universel, la force éternelle du Créateur, la vie éternelle. Et pour ce faire, j’ai besoin de faire des exercices préliminaires dans le groupe. C’est pourquoi le Rabash continue:
L’amour du prochain n’est possible que lorsque vous vous rejetez vous-même.

L’un vient à la place de l’autre. Le don sans réserve et la réception ne peuvent pas vivre ensemble l’un avec l’autre.

J’ai 613 désirs et étant un tout, mon désir n’agit que pour lui-même. Telle est la situation au début. Alors je commence à découper « pièce par pièce, » en commençant par les désirs les plus faciles et en progressant vers les plus difficiles.

C’est ainsi que je me corrige, étape par étape, et au lieu d’une partie de la volonté égoïste, j’acquière le désir de donner sans réserve. Dans le même temps, dans le reste de mes désirs, je reste dans l’intention « pour moi-même ». Voilà comment je corrige des parties de moi-même.

Cependant, il y a une condition: si j’ai corrigé au moins un de mes désirs pour le don sans réserve, le reste ne peut plus rester dans l’intention égoïste. C’est pourquoi ils ont à subir la restriction.

J’ai un grand récipient et d’abord il est entièrement destiné à l’auto- bénéfice. Tout d’abord je fais une restriction et alors seulement je suis capable de transformer le premier, le plus petit désir de don sans réserve aux autres.

Ainsi, j’ai un grand désir. Je fais une restriction dessus, puis je découpe la plus mince couche de moi-même. De cette pièce, je suis en mesure d’effectuer le don sans réserve. Dans le même temps, la restriction règne sur tous les autres désirs. Puis je découpe la seconde couche, puis la troisième, et c’est ainsi que je les corrige l’un après l’autre.

Deux désirs ne peuvent pas exister en une seule personne: l’un visant à lui-même et l’autre visant au don sans réserve. Après tout, ils sont opposés l’un à l’autre. Pour être en mesure d’acquérir le moindre désir de don sans réserve, tous les autres désirs doivent être restreints.

Du 5ème cours de la Convention WE du 01/04/2011

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed