Une démonstration évidente de votre état

Question: Lors de la lecture du Zohar, je ressens des perturbations très fortes et sens à peine le texte lui-même. Comment puis-je surmonter cet obstacle?
Réponse: Tout dépend de la persistance dans nos pensées. Au cours de ma vie, j’ai parlé à de nombreuses personnes souffrant de maladies graves. Ils sondent leurs maladies en grands détails et sont familiers avec tous les termes médicaux qui ne sont connus que des spécialistes dans ce domaine. Pourquoi? Leur vie en dépend. Le désir de survivre des gens les oblige à apprendre les causes de leur maladie et  à rechercher des remèdes et  diverses méthodes de traitement.
Nous ne réalisons pas vraiment que nous sommes dépendants de notre compréhension de la « maladie », de la recherche de la guérison. Je ne devrais pas compter sur quelqu’un d’autre, je dois investir la totalité de mes efforts pour trouver la cause de ma maladie, le remède approprié à mon état de sorte que finalement ce remède prenne  effet.

Si les gens se sentent en danger, cela  les oblige à apprendre à se sauver eux-mêmes. Vous dites: « Je ne ressens rien … » C’est vrai, vous ne sentez pas la « maladie ». C’est pourquoi, le groupe doit travailler plus fort sur vous, et vous devriez essayer d’être persistant dans vos pensées et prier pour que vous soit  montré d’En-Haut que nous parlons de vous.
L’abîme qui sépare le monde de l’Infini et votre état actuel peut être vu dans cette démonstration évidente que le Zohar se montre à l’intérieur de vous  maintenant. Imaginez ceci: Si vous étiez  corrigé maintenant, vous ressentiriez  le monde de l’Infini, l’ensemble du Zohar serait révélé en vous, et vous verriez tout. Pour ressentir ceci, il vous manque seulement  les récipients  de la perception, les désirs corrigés. Au moins prenez conscience de ce qui se passe.

De la 2e partie du cours quotidien  de Kabbale du  24/05/2011, le Zohar

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: