Je ne peux pas vivre avec ou sans eux

Dr. Michael LaitmanLa science de la Kabbale dit que toute la réalité se compose du désir qui est en constante évolution. A partir du niveau minéral la végétation croît, puis les niveaux animé et humain.Le désir poursuit son développement sans relâche chez les humains, et c’est pourquoi chaque génération successive diffère de la précédente, et même une personne de son vivant ne cesse de changer son désir, son ego, et est en constante évolution.
Ainsi, nous grandissons au-dessus du niveau animé, construisons la société, l’industrie, la technologie, la science, et ainsi de suite. Toutefois, la satiété est inhérente à cette évolution. Elle s’est d’abord manifestée dans l’ancienne Babylone, quand une situation spéciale a été créée: d’une part, les gens en sont venus à un plus grand égoïsme, désireux de « construire une tour qui atteignait le ciel», d’autre part, ils s’enfoncèrent dans la haine mutuelle à un point tel qu’ils ne se comprenaient plus les uns les autres.
Ces deux forces opposées ont conduit à un état insupportable. Le même processus se passe dans la famille avant le divorce: les conjoints sont liés entre eux par des liens forts, tels que les enfants, la maison commune, le ménage, la vie et en même temps expérimente une haine insurmontable; ils ne peuvent pas se supporter. Dans de telles circonstances, la science de la Kabbale a été révélée à Babylone.
La Kabbale enseigne aux gens comment s’élever au-dessus de l’égoïsme vers la connexion mutuelle, vers l’harmonie dans une société solidaire. Ainsi, nous devenons semblables à la nature qui est aussi «ronde» dans son essence, en d’autres termes, intégrale, globale, et inséparablement interconnectée entre toutes ses parties.
Si nous avions rejoint la nature de cette manière, nous serions arrivés à l’équilibre et nous aurions révélé toutes les forces qui sont présentes en elle et la régit. Ensuite, nous nous serions reliés à la force générale qui gouverne tout. Toutefois, l’humanité en ces temps là préférait rejeter la voie de la correction et s’est dispersée, comme dans l’exemple des conjoints divorcés.
Comme il est dit dans la science de la Kabbale, 3700 années après, nous revenons à un tel état, mais, cette fois nous n’avons nulle part où courir loin des uns et des autres. Nous serions totalement interconnectés avec eux à travers le monde, nous haïssant les uns les autres, et n’ayant pas de capacité à gérer sans les uns et les autres. Notre égoïsme est en train de grandir à l’échelle des plus grandes multi-crises, et, comme les Kabbalistes l’ont écrit, cela devait arriver à la fin du 20e siècle.
Lorsque j’ai commencé à étudier la sagesse de la Kabbale en 1975, je ne pensais pas que tout se passerait de cette manière. Cela semblait quelque chose de lointain et irréalisable. Le monde entier aurait-il pu entrer en crise dans des domaines tels que l’éducation, la culture, la famille, la drogue, le terrorisme, la technologie ou la science? Les personnes dans le monde se seraient-elles senties reliées entre elles ? Rien de cela n’aurait pu alors se faire sentir.
Néanmoins, cela s’est passé en quelques années. Aujourd’hui, nous sommes dans le même état que celui décrit dans l’histoire de Babylone, et pour cette raison, la science de la Kabbale est ouverte au monde pour la première fois depuis lors.
En étant révélée au monde, elle invite tout le monde à se familiariser avec les lois générales de la réalité afin que nous puissions dépasser notre égoïsme et vivre dans l’interconnexion mutuelle, comme le fait une grande famille. En effet, la force globale de la nature nous entoure de plus en plus près, nous comprimant tellement que cela peut conduireà la destruction de l’humanité.

De la conférence à Rome du 20/05/2011

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: