La matrice globale: il n’y a pas de temps pour nous-mêmes

Dr. Michael LaitmanLa crise est venue dans le monde entier, et les gens le sentent, ils sentent que les choses s’aggravent pour eux.Et en effet, cela n’ira pas mieux tant que nous ne commencerons pas à le corriger par l’harmonie avec le Créateur ou avec la Nature environnante, ce qui est la même chose.
C’est pourquoi nous devons rechercher des gens qui vont répondre à notre appel, nous avons besoin de diffuser, «jeter l’information tout autour», et de mieux utiliser l’Internet comme moyen. Internet est pratiquement notre seule opportunité d’être partout gratuitement. Tout d’abord, nous devons nous mettre en ordre, mais d’autre part, lorsque vous commencez à organiser les autres, vous aussi vous vous organisez.
La première chose dont nous avons besoin pour notre travail, c’est l’unité intérieure, et bien sûr l’aspect le plus important de notre travail est la diffusion. La crise nous montre clairement que nous avons besoin de davantage de prendre soins des autres que de nous-mêmes. Nous allons atteindre l’objectif plus rapidement en descendant l’avenue la plus fiable si nous diffusons la Kabbale. Grâce à la crise qui approche, le Créateur nous montre que nous n’avons pas de temps pour nous-mêmes. Nous avons seulement le temps pour le monde: en l’organisant, nous allons nous organiser et nous corriger nous-mêmes.
La crise mondiale est devenue évidente depuis seulement quelques années. Pendant longtemps, les écologistes ont crié que nous étions en difficulté, mais c’est spécifiquement la crise économique qui nous a mis dans la panique. Pourquoi la crise économique? Parce qu’elle reflète les liens entre les gens égoïstes: lorsque ces connexions deviennent globales et intégrées, cela devient un problème.
Qu’est-ce que l’économie? Il s’agit d’un jeu, une expression de notre connexion égoïste: la somme que  chacun de nous veut, mais qu’il est incapable de produire, et qu’il fait seulement grâce à ce que permettent des obligations économiques égoïstes et des relations obéissant au principe de « ce qui est à moi est à toi et ce qui est à toi est à moi ». L’économie est de l’égoïsme pur dans sa forme claire, crue et réelle. Et quand soudain nous entrons dans un état global et intégré, nous découvrons que cet état lui est complètement opposé.
Nous pouvons négocier n’importe quoi, même les armes atomiques – sans peur. Mais nous sommes fondamentalement incapables de négocier l’économie: tout le monde tire la couverture vers soi. Comment peut-il en être autrement ?
C’est notre principal problème. L’économie se manifeste déjà dans le monde comme un système global de connexion mutuelle, intégrée, interconnectée et les gens ne sont pas encore prêts pour cela.
C’est la plus grande discorde qui puisse exister dans notre monde, la démonstration la plus grande et la plus intense de notre non-conformité avec le système qui se manifeste maintenant devant nous. Nous sommes piégés dans un filet, une matrice analogique, où toutes les parties dépendent les unes des autres. Nous sommes incorporés contre notre volonté, nous sommes maintenus à l’intérieur par les liens séculaires de l’économie égoïstes comme avant, et nous n’avons aucun moyen de nous échapper. C’est la nature qui nous défie en nous montrant clairement que: « Les gars, le temps est écoulé. »
Nous avons besoin d’avancer par nous-mêmes et d’allèger cet état en amenant l’humanité à la pleine conformité avec cette matrice par des explications, l’éducation, et ainsi de suite. Si on ne bouge pas dans cette direction, même d’une moindre façon à la mesure de nos capacités, alors la crise se rapprochera encore.
La matrice possède son propre programme pour se rapprocher de nous, et comme résultat, de plus grandes contradictions se produisent dans le monde au point de vue des révolutions, de guerres, de différents cataclysmes , et ainsi de suite. L’éveil d’un volcan provoque de graves conséquences à l’échelle mondiale. Que faire si 20 à 30 volcans entrent en éruption? Nous sommes les otages de l’inconnu, on est assis sur un baril de poudre-notre Terre avec des forces titanesques qui bouillonnent à l’intérieur. Nous devons comprendre cela et ne pas provoquer une attitude dure de la nature à notre égard. Pourtant, au contraire, nous perturbons son équilibre, et pas seulement au sens écologique.
C’est pourquoi tous nos groupes, et chaque personne qui étudie avec nous, doivent diffuser. La Nature elle-même nous oblige envers elle. C’est la seule façon pour nous de nous donner une chance d’approcher la matrice globale.

Du cours quotidien de Kabbale de Moscou le 14/06/2011, Shamati n°4

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: