Un bébé enveloppé dans la couverture de ce monde

Dr. Michael LaitmanQuelle est la différence entre la perception d’un bébé, d’un adolescent et d’un adulte? Ils vivent tous dans le même monde, comme vous et moi, et il voit droit devant eux. Mais la mesure dans laquelle chacun d’eux révèle ce monde dépend de leur développement, et dans la même mesure chacun d’eux participe activement à sa vie. Et le monde se comporte également vis à vis de la personne en fonction de son développement.

Jusqu’à l’âge de 10 ans, un enfant est considéré comme jeune et la contribution qu’il fait est modéré, ce qui correspond à ses sensations et sa compréhension. Toute la différence entre cette perception enfantine et celle des adultes est «couvert» par l’environnement dans les deux sens du terme: à la fois en cachant les choses que l’enfant ne peut pas comprendre encore correctement, et pour compenser ce qu’il est incapable de faire lui-même. Il s’avère que l’enfant reçoit tout du monde et qu’il n’est pas encore capable de le faire par lui-même.

Et c’est exactement la même chose qui nous arrive dans le travail spirituel. Nous sommes debout, face au Créateur, la Lumière supérieure qui est au repos absolu, et rien n’existe hormis Lui. Mais pour l’instant il y a une dissimulation qui cache la Lumière que nous sommes incapables de révéler, et cela compense la faiblesse de notre travail.

Quand est-il déjà possible de dire qu’une personne est dans l’état de Lo Lishma (Pas en Son nom), d’où elle procède à Lishma, le don sans réserve? C’est seulement quand elle sent qu’elle est absolument opposée au Créateur, mais il y a une certaine image de la réalité qui se tient entre eux. Cela est représenté par ses qualités ou des sensations. C’est un monde imaginaire qui semble exister pour lui, les amis, le groupe, et tout ce qui est autour d’elle. C’est ce qui sépare encore une personne de la simple Lumière supérieure, de la qualité du don sans réserve et de l’amour absolu.

Pour l’instant elle n’a pas ces qualités. Elle fait des calculs et se comporte selon son développement. Mais elle a déjà une sensation et la compréhension juste qu’elle se trouve en face du Créateur, séparés de lui par l’image de ce monde, à travers lequel elle travaille avec le Créateur. Cette image de la réalité se compose essentiellement de l’ensemble de ses qualités non corrigées, qui cachent et protègent (compenser), comme « des cheveux ».

Après tout, si tout lui était révélé, alors bien sûr qu’elle ne serait pas en mesure d’entrer dans une relation correcte avec le Créateur.

C’est ainsi que nous devrions voir notre Etat. Ce n’est qu’à partir de cet état de Lo Lishma, quand nous sommes sûrs qu’il y a Lishma (le don sans réserve), mais nous n’y sommes pas, que nous pouvons progressivement atteindre Lishma si nous tentons de découvrir le Créateur de façon constante et visualiser chaque évidence comme une opportunité qui nous est donnée d’en haut afin de corriger notre état de Lo Lishma et d’atteindre Lishma.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 19/06/11, Écrits du Rabash

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: