Une différence insoutenable avec le Créateur

Dr. Michael LaitmanSi le Créateur, en ligne avec Sa pensée de la Création, n’était pas censé nous élever au plus haut degré d’évolution, il n’aurait pas créé en nous la sensation d’être différent de Lui. La question n’est pas dans la différence entre le Donneur et le receveur. Il est clair que le Créateur est en tête. Il est le bienfaiteur qui fait le bien. Il est l’Absolu, et, étant le Donneur, il nous a créés comme des récepteurs « par défaut ». Nous n’allons certainement pas avoir honte lorsque nous recevons de Lui. Quel serait le problème de recevoir de Celui qui donne? Après tout, c’est la façon dont Il nous a fait.

 

La honte, cependant, découle uniquement de la sensation d’être différent, qui a été conçue par le Créateur, le sentiment de séparation entre Lui et nous, qui nous amène à nos débuts à ressentir la réception comme une imperfection. Cette règle est projetée sur notre monde aussi, où nous nous sentons mal à l’aise lorsque nous recevons le plaisir de quelqu’un avec qui nous entretenons une relation particulière dans laquelle l’autre a un statut supérieur.
Il y a un problème supplémentaire ici. Par rapport à la spiritualité, cela prend des formes opposées pertinante à nos yeux et une question se pose : puis-je arrêter de me sentir honteux ? Dans la spiritualité, cependant, ma question est : comment puis-je accroître la honte, car elle devient un instrument pour  m’analyser, un véhicule pour élever ma conscience de mon mal.
Comme nous le savons, outre la prise de conscience du mal, nous n’avons besoin de rien d’autre. Tout le reste est fait par la Lumière supérieure. Quel est ce mal, après tout?  Ce n’est pas d’être un récepteur par nature. Je me rends compte comme je suis mauvais quand je découvre combien véritablement sont  grandes les différences entre mes qualités et celles du Créateur.

Je désire grandement augmenter cette sensation, cette prise de conscience, puisque c’est ce qui m’amène à demander la correction. Nous considérons une telle prière comme «la porte des larmes». Les détails nécessaires de la perception sont réunis en moi jusqu’à la prise de conscience de mon mal qui m’a  finalement fait crier parce que je ne supporte pas cet écart entre le Créateur et moi-même.
Ainsi, le mal n’est pas une simple distinction entre le récepteur et le Donneur. Manifestement, le Créateur donne, tandis que je reçois. Un tel arrangement demeure à tous les degrés spirituels, à la fin de la correction et après elle. Le problème réside dans la prise de conscience de la distinction qualitative intérieure entre mes propriétés et les Siennes.  C’est ce qui me fait honte.

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 26/06/2011, «Matan Torah (Le Don de la Torah) »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: