Quand le soleil ne quitte pas le Zénith

Dr. Michael LaitmanQuestion: Les enquêtes montrent que 80 pour cent de l’humanité croit  en une  puissance supérieure qui contrôle tout. Pourquoi ne pas expliquer aux gens de quel genre de pouvoir il s’agit et ce qu’il  veut? C’est beaucoup plus intéressant que les appels à l’amour.
 

Réponse: Nous n’avons rien à expliquer. La force supérieure est la nature, la loi, une force aussi rigide  que la force de  la gravité. Celui  qui est Bon et fait le Bien, est absolu et immuable.

Si cette force est invariable, elle est comme inexistante. L’absence de changement semble l’annuler. C’est comme vivre sous le soleil, toujours coincé au zénith. Il est inutile d’en tenir compte s’il  est et sera toujours là. Il est seulement, et c’est tout.

Dans notre vie, nous faisons des calculs basés sur ce qui doit changer, sur les progrès dont nous dépendons. C’est une autre affaire, si nous parlons de quelque chose de permanent et indestructible dont nous dépendons en permanence à un point tel que cela ne peut pas être appelé dépendance.
C’est ce que le «Créateur» est. Et c’est pourquoi il est si difficile d’expliquer cela aux gens. En réalité, nous ne prions pas pour Lui mais pour nous. Nous cherchons comment changer, et Il est toujours immuable. Bien sûr, je vais changer si je le désire, et pour ce faire, je n’ai pas besoin de le prendre en compte. Il est Bon et fait le Bien, et à côté de Lui, je suis comme un enfant gâté à qui  les parents  donnent l’amour absolu, tandis qu’il fait tout ce qui lui plaît et devient hors de contrôle, sachant que rien de mauvais ne  va lui arriver.

Ainsi, notre problème est de savoir comment expliquer aux gens que le Créateur est comme un mur solide et existe tout simplement. Vous pouvez sauter en face de lui, agiter vos bras, ce sont vos affaires, et le mur  vous domine toujours.

Une personne peut à peine imaginer que: «Alors, à  qui  ai-je  affaire? Cela signifie qu’il n’y a personne à  qui demander. » Comment pouvons-nous expliquer à ceux qui croient en la puissance supérieure qu’il n’y a  aucun sens  à  prier le Créateur « changeant » qui ferait mieux aujourd’hui qu’hier. Cela veut-il  dire que, hier, il m’a fait du mal?

En réalité, nous avons affaire à  Celui qui est Bon et fait du Bien aux méchants et aux justes. Mais pour une personne, cela signifie que peu importe s’il est bon ou mauvais, le résultat sera le même.

Une personne ordinaire est  sans cesse sujette à changements. Tout le temps, elle  se compare avec le monde, en  essayant  de calculer les résultats des changements internes et externes. Elle  ne comprend pas ce qu’est la Force universelle, générale, grande,  immuable. Cela échappe à nos organes sensoriels, car ils sont «accordés» aux changements plutôt qu’à un état statique. Je ne vois rien de ce qui ne change pas, ne disparaît pas de ma vue.
C’est pourquoi nous ne pouvons pas expliquer aux gens ce qu’est le «Créateur». Parfois, je dis que le «Créateur» est la nature, qu’Il est immuable, et il n’y a personne vers qui  prier, que la prière est un auto-jugement. En réponse, ils sont prêts à me mettre en pièces. C’est le problème: nous nous jugeons, alors que d’autres demandent  au Créateur de changer: «. J’ai jeté un peu dans  Votre tirelire, maintenant, sauvez moi des ennuis ».
En parlant du Créateur  comme  de la loi inflexible de la nature, nous refusons  à une personne la possibilité de se tourner vers Lui. Une personne ne voit  pas qu’elle doit changer. Une nouvelle forte « dose » de développement est nécessaire afin que la personne commence à se comporter différemment.
Quoi que nous  disions, y compris sur  la crise, nous avons essentiellement à expliquer aux gens le chemin de la souffrance: «Sinon, ce seront des ennuis, et  ce  n’est pas la peine. Nous allons changer ». Ce n’est pas un mensonge, mais pas la vérité non plus.
Nous devrions dire quelque chose d’autre à une personne qui vient à la sagesse de la Kabbale désireuse d’atteindre le but de la création: «Il faut être au dessus. Peu importe si c’est  bon ou mauvais, vous devez vous élever par la foi au-dessus de la raison. Vous ne devriez pas faire vos actions en fonction de la souffrance ou du  plaisir. Ce n’est pas le don sans réserve. La foi au-dessus de la raison signifie que vous  vous élevez au-dessus de la récompense. Ou bien voulez-vous travailler pour échapper au mal et réaliser  le bien dans le futur? Vous attendez-vous à  une indemnisation? Voulez-vous atteindre le but de la création pour vous-même au lieu de donner du plaisir au Créateur? »

D’autre part, à qui  sommes-nous censés plaire si le Créateur est la loi? C’est un moment délicat dans nos explications.

Du cours quotidien de  Kabbale  du 17/06/2011, « le Shofar du Messie »

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed