Kabbalistes, au tableau!

Dr. Michael LaitmanQuestion: Si j’achète deux morceaux de pain, mais que je n’en mange qu’un, ça veut dire que j’ai volé l’autre pain de quelqu’un d’autre?

Réponse: Oui, c’est vrai. Nous ne savons pas encore comment précisément tout est pré-calculé. Cependant, nous sommes prêts à passer 125 degrés de développement, et en ce moment, vous n’êtes pas censé faire des calculs, que vous êtes incapable de faire de toute façon. Et pourtant, vous êtes capable de comprendre la situation: Nous résidons dans un système intégral, un monde global interdépendant. Que cela vous plaise ou non, la Nature, ou le Créateur, nous éduque à ce sujet en nous envoyant des coups si nous ne sommes pas disposés à reconnaître l’évidence à l’avance.

Nous ne pouvons pas gagner tout l’excédent pour nous, en privant quelqu’un d’autre. Par exemple, la Terre a une certaine quantité d’eau douce a laissé dans son magasin, et si vous consommez plus que les autres, évidemment, cela sera à leurs dépens. C’est ainsi que la nature nous enseigne comment nous sommes interconnectés. Mais si nous étudions cette interconnexion avec notre intérieur, la conscience spirituelle, travaillant en collaboration, nous n’aurons pas besoin d’être enseigné par les famines et les catastrophes sur le chemin de la souffrance. Pourquoi faire?

En employant l’éducation globale, nous pouvons expliquer à l’humanité toute entière que nous sommes tous frères puisque nous sommes tous étroitement liés et dépendants les uns des autres. Dans les mots de Baal HaSoulam, le monde entier est une seule famille. Par conséquent, nous ne pouvons pas agir au détriment de l’autre parce que non seulement vous les volez (ce que nous ne pouvons pas faire plus longtemps), mais en faisant cela, vous vous privez également du monde spirituel.

Regardez ce qui vous permettra d’atteindre en apprenant à appliquer la loi de la société équilibrée par la consommation de base. «Qu’est-ce que les milliardaires ont, mais des zéros à la banque? » ce que le Baal HaSoulam demande. Après tout, quand l’économie s’effondre, vous n’aurez plus rien.

«Attends, mais je possède un chef-d’œuvre 30 millions de dollars! » C’est très bien, mais le problème est que personne n’en a besoin. Vous pouvez le manger pour le dîner si vous le souhaitez. «Mais j’ai quelques kilos d’or dans mon coffre! » Bien, mais il n’y a personne pour l’acheter, alors qu’allez-vous faire? Auparavant, cela avait une certaine valeur et vous pouviez acheter un camion rempli de nourriture avec votre or, mais personne aujourd’hui n’a besoin de votre or.

Nous devrons étudier énormément si nous n’éduquons pas l’humanité à l’avance. Les éduquer à quel sujet? Nous devons leur enseigner les choses simples: pour les initier à la nouvelle réalité régit par l’interdépendance mondiale, l’intégration et la réciprocité, où chacun dépend de l’autre.

Jetez un coup d’œil aux Européens qui sont sur le point de se dissoudre et de se diviser. Ils ne comprennent pas que la tendance générale est de les repousser et déchirer les liens est impossible. Même le «marché commun de la richesse», qui est en réalité rien de plus que l’ego conduisant un bazar de voleurs, où tout le monde déteste l’autre, facilitait encore au moins les connexions externes. L’Europe a annulé les frontières et martelé sa propre monnaie en relief avec leur égoïsme collectif. Cela a été un certain degré de progrès.

C’est ce que nous avons à expliquer. Le temps est venu, nous sommes littéralement invités « appelés au conseil ». Nous devons mettre en avant notre meilleur effort dans l’éducation du monde, cesser d’attendre autre chose, et commencer à travailler dans notre pleine capacité.
De la 5ème partie de la leçon quotidienne Kabbale 22/06/2011, «Matan Torah (Le Don de la Torah) »

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed