À la recherche de la faim spirituelle

Dr. Michael LaitmanSi le Créateur a créé le désir de recevoir et veut le contenter, alors ce qui est  attendu d’autre de nous  n’est pas clair ? Pourquoi n’a-t-Il  pas seulement révélé que notre désir et ne l’a-t-il pas satisfait ?

Mais le fait est que nous devons ajouter notre propre aspiration, faim, appétit, au  désir qu’Il a créé et a implanté par nature. Le désir commun de satisfaction ne nous donne pas un sens de l’existence. Ceci est similaire à la façon dont les niveaux inanimé, végétal, et animal, y compris les humains qui mènent une existence animale inconsciente, ne ressentent pas qu’ils existent.

Mais l’aspiration à percevoir le Créateur, révélant avec elle la qualité du don sans réserve, est un récipient  qui est du côté opposé à la Lumière dans laquelle cette qualité devient révélée. Et ensuite ce récipient se remplit avec la Lumière !  » C’est pourquoi vous ne devriez pas croire qu’il est possible de « faire un effort et d’échouer à trouver ». Tout est devant vous: Allez-y, vous pouvez tout révéler, rien n’est caché. Seule l’absence de votre propre aspiration vous dissimule la Lumière.

Il ne nous manque que le récipient, notre propre désir, la sensation de faim, de soif, le manque de satisfaction, et la souffrance. Mais cela doit être la souffrance de l’absence de cette qualité, de ce phénomène spécifique, qui doit être révélée. En d’autres termes, nous ne manque qu’une seule chose: l’aspiration vers le don sans réserve !

C’est pourquoi le désir créé par le Créateur n’est pas suffisant. C’est la nature, une qualité commune. Et ce n’est pas suffisant de simplement développer ce désir. Nous voyons que le désir se développe en commençant par le niveau minéral et engendre la nature végétale et animale, mais cela ne leur fait  pas expérimenter l’essence de la vie, car chacun d’eux existe en eux-mêmes.

C’est ainsi que l’humanité a continué également de vivre au cours de milliers d’années de développement, puisque ce développement n’est que le simple désir de recevoir du plaisir, et rien d’autre. De cette manière on ne peut pas aller au-delà des intérêts de son existence, de la vie animale. De cette façon, nous ne maintenons que notre vie, mais nous n’avons pas atteint sa source, la cause et le but, qui existent au-dessus du simple désir de recevoir satisfaction.

Tout cela est contenu en Lui qui nous donne le désir, Celui qui l’engendre, le Créateur. Et c’est pourquoi nous devons trouver dans notre état animal un moyen de nous armer d’une aspiration vers Lui, un récipient pour la révélation du Créateur: la source de vie, la vie la plus authentique sur le plan humain, et son but.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale du 12/07/2011, Le Zohar

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed