Comment pouvons-nous faire plaisir au Créateur?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment pouvons-nous faire plaisir au Créateur? Comment pouvons-nous savoir ce qui Lui plaît?

Réponse: Le Créateur reçoit du plaisir quand nous nous prenons du  plaisir. C’est pourquoi nous avons besoin d’assister au développement de nos désirs. Il ne suffit pas de rester sur le degré de « donner sans réserve en vue  de donner sans réserve» (Bina), et surtout pas sur le degré misérable de ce monde, le niveau minéral de la spiritualité (Domem de Kedousha). On ne peut pas se contenter de cela.

Etre au degré minéral de la spiritualité signifie échouer en ne prenant pas la propre initiative, de se développer. Mais le but de la création est de recevoir tout ce que le Créateur veut donner. Il est écrit: « La vache veut nourrir le veau plus que le veau ne veut téter, » s’Il est bon et veut me donner la bonté, je dois développer mes désirs à l’infini.

Cependant, je peux atteindre un récipient sans restriction spirituelle uniquementà la condition que je reçoive dans l’intention du don sans réserve. Puis je m’ouvre complètement à la Lumière. Mais quand je reçois le plaisir égoïstement, je suis incapable de recevoir plus d’une étincelle de lumière appelée « bougie mince» (Ner Dakik), qui est notre vie dans ce monde. C’est la réalité qui devient révélée dans mon désir égoïste.

Pourtant, une plus grande réalité spirituelle peut exister au point zéro, le niveau «minéral», quand une personne se retient, arrête de recevoir, et se contente de petites choses. C’est ce qu’on appelle le  » niveau minéral de la sainteté», le tout début de son développement.

Mais la réalisation des niveaux végétal, animal et humain de la spiritualité dépendra de l’évolution du degré de la «crainte», le développement du désir de donner sans réserve. Et ce développement est progressif: Nous développons la peur en nous, ce qui signifie le degré du don sans réserve et recevons pour le but de don sans réserve. Ensuite, notre désir de recevoir du plaisir commence à grandir. Nous constatons que nous manquons d’inquiétude et une fois encore nous commençons à la cultiver. Tel est le processus de développement.

Le tout premier «commandement» qui se rapporte à notre correction est décrite dans le Zohar: le commandement de la peur. »
De la 1ère partie de la leçon quotidienne Kabbale 06/07/2011,Shamati n°38

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed