Le point infini

Dr. Michael LaitmanAprès le Tsimtsoum (restriction), quand Malkhout (la 4e phase, Behina Dalet) décide qu’elle doit atteindre la similitude avec le Créateur, elle  commence à se vérifier pour voir de quels parties et niveaux elle se compose.

Voilà comment elle se divise elle-même en mondes, Partsoufim et Sefirot, jusqu’à ce qu’elle réalise pleinement elle-même comme un récipient qui descend dans ce monde.

Chaque fois qu’elle arrive à se connaître davantage, elle se cache dans les mêmes proportions. Voilà comment nous arrivons à ce monde, le plus bas et le plus sombre de l’univers, ce qui signifie qui nous est le plus dissimulé. Et d’ici, de cette obscurité, on commence à révéler les désirs et la Lumière afin de remonter.

Malkhout a deux désirs: devenir semblable et adhérer à la racine, mais dans le même temps rester indépendante et autonome. Et l’indépendance est seulement possible quand il y a résistance. C’est pourquoi cette action est appelée « l’accouplement tout en frappant» (Zivoug de Haka’a).

Le désir d’atteindre la racine signifie accouplement (Zivoug). Et les coups (Haka’a) résultent de la volonté de préserver son indépendance, de ne pas se remplir avec la Lumière pour son propre intérêt, mais uniquement dans le but de donner sans réserve. Alors c’est considéré comme le don sans réserve plutôt que la réception.

Nous avons besoin de nous identifier avec Malkhout de l’Infini  car nous sommes ses parties. Cela signifie que nous avons besoin de vouloir agir comme elle, pour faire plaisir à l’Hôte, tout comme Il veut nous donner sans réserve du plaisir. Nous ne devrions jamais oublier Malkhout de l’Infini, car nous sommes inclus dans ce point et nous existons en lui définitivement.

Peu importe où je suis (seul, en groupe, ou lors de la diffusion), je suis toujours dans le point de Malkhout de l’Infini, qui a décidé d’être un donneur, comme l’invité en relation avec l’Hôte. C’est pourquoi, peu importe ce que nous faisons, nous devons adhérer à ce point. Et toutes nos actions sont dans le but de lui faire plaisir, tout comme Il nous fait plaisir.

Mais comment je sais qu’Il me donne du plaisir? C’est là, dans ce point, que Malkhout a révélé cela. Et comme j’aspire vers cela, je m’inclus dedans et révèle cela aussi.

De la 3e partie du cours quotidien de Kabbale du 19/07/2011, Talmud Esser Sefirot

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed