Comment pouvons-nous résoudre les problèmes émergents?

Dr. Michael LaitmanAvis: (Viktor Kuvaldin, Professeur, Chef de l’Ecole d’Economie de Moscou, MSU, manwb.ru): «La fin du siècle  a révélé le décalage dangereux entre les problèmes mondiaux de l’humanité … et les ressources publiques limitées pour y faire face …. »

Nous avons tous assisté et participé à la formation d’un monde unique interconnecté, interdépendant, dans lequel les systèmes mondiaux non seulement lient les fragments préalablement séparés, mais aussi les affectent profondément en les transformant. Pratiquement, on parle de la création d’une société mondiale ….

L’étude d’une méga société nécessite des outils d’analyse appropriés: des concepts, des catégories, et la langue ….

La révolution de l’information change les principes de l’organisation sociale. Les hiérarchies verticales sont remplacées par des connexions horizontales, établies par le choix personnel des gens et leur désir ….

Cela va inévitablement changer nos idées sur la société, la citoyenneté, le droit, le pouvoir politique, et les relations internationales sur lesquelles la vie de notre société est construite. Cela influence inévitablement ceux qui contrôlent les ressources et prennent des décisions ….

Les structures politiques, les institutions étatiques, et les systèmes de gestion … perdent de leur efficacité dans le monde qui se globalise ….

Les causes de conflit entre les processus de mondialisation sont  dans l’écart entre le niveau de développement socio-économique et politique des communautés humaines, leur mode de vie, et leur attitude envers les principaux problèmes de l’existence ….

Jusqu’ici, la mondialisation a fait tomber les barrières de la vie, mais pas dans notre psychologie  ni dans notre conscience. L’homme est encore un moyen, mais pas le but. »

Mon commentaire: Pour résoudre les problèmes du monde qui se dessinent devant nous, nous devons changer, devenir globalement et intégralement connectés les uns aux autres, commencer à penser seulement en termes de « NOUS », mais pas « moi », voir le monde dans son ensemble et connecté, et « formater »  nos pensées et nos désirs de l’individu au collectif. 

Sinon, nous ne serons pas en mesure d’exister dans un monde nouveau. Soit nous allons le réaliser et commencer à changer progressivement, ou bien la nature va nous obliger à le faire  par la souffrance causée par notre divergence avec la nature. C’est seulement en comprenant ce qui se passe que nous serons capables de nous changer nous-mêmes et résoudre les problèmes émergents.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed