L’ONU sur la crise mondiale

Dr. Michael LaitmanLes Nations Unies « Enquête mondiale économique et sociale 2011« :Alors que l’humanité a fait d’énormes progrès dans l’amélioration de bien-être matériel au cours des deux derniers siècles, ce progrès est arrivé au coût persistant de la dégradation de notre environnement naturel. Environ la moitié des forêts qui couvraient la terre ont disparu, les ressources souterraines sont épuisées et contaminées, des réductions considérables de la biodiversité ont déjà eu lieu et, par la combustion accrue de combustibles fossiles, la stabilité du climat de la planète est menacée par le réchauffement climatique. … La fréquence des catastrophes naturelles a quintuplé depuis les années 1970. … Pour que les populations dans le développement de leurs pays atteignent un niveau de vie décent, en particulier le milliard de personnes qui actuellement vivent encore dans des conditions de pauvreté abjecte, et les 2 milliards de personnes supplémentaires qui doivent être ajoutés à la population mondiale d’ici la moitié du siècle un progrès économique plus important sera nécessaire.

En continuant  le long des voies déjà empruntées,  la croissance économique ne fera qu’exacerber les pressions exercées sur les ressources du monde et l’environnement naturel, qui atteindront leurs limites, où les moyens de subsistance ne seront plus durables. … L’utilisation de l’énergie est en pleine expansion, principalement alimentée par les combustibles fossiles, ce qui explique pourquoi l’humanité est sur le point de violer les frontières de durabilité planétaire par le réchauffement climatique, la perte de biodiversité, et la perturbation de l’équilibre du cycle de l’azote et d’autres mesures de la durabilité des écosystèmes de la Terre. Une transition énergétique mondiale complète d’urgence est nécessaire  afin d’éviter une catastrophe planétaire majeure. …

Réduire la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre associées à une population croissante et urbaine, nécessitera des changements radicaux dans les habitudes de consommation, les systèmes de transports, résidentiels et de construction d’infrastructures, d’eau et d’assainissement.

Mon commentaire: Il est impossible de faire la transition vers une économie prudente de consommation raisonnable sans corriger la nature humaine. Mais la correction de la nature de l’homme à partir de l’égoïsme vers l’altruisme est contre les autorités et le système, car alors ils perdront leur pouvoir sur le monde.

Par conséquent, aussi longtemps que cela est possible, la tâche principale des autorités et des banques est d’empêcher les gens de penser à la crise par tous les moyens – même au détriment d’augmenter la dette nationale, la façon dont les États-Unis font. Et tous les gouvernements sont d’accord avec cela.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed