Un seul principe depuis Abraham jusqu’à nos jours

Dr. Michael LaitmanLes gens viennent à la Kabbale avec beaucoup d’illusions et des idées erronées sur cette science, l’imaginant selon leur désir égoïste qui la leur décrit basée sur toutes sortes de rumeurs. Les gens la présentent comme le mysticisme et pense qu’elle est liée à l’astrologie, à la guérison, aux bénédictions, aux miracles, à l’eau bénite et aux bracelets rouge, et qu’elle peut être utilisée pour révéler le passé et l’avenir. Après tout, notre ego est à la recherche d’une sorte particulière d’accomplissement pour lui-même.

Par conséquent, en premier lieu tout le monde passe par un moment difficile pour saisir le principe kabbalistique, « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Même s’ils sont d’accord avec ce principe, ils s’en approchent égoïstement. Ceci est la base de tous types de méthodes «spirituelles».

Cependant, cela demande des personnes spéciales pour se rapprocher de la réalisation réelle de la méthode de la Kabbale. Cela nécessite une grande endurance, de nombreux efforts, et un soutien mutuel à partir d’un groupe de personnes qui sont prêtes pour cela et qui comprennent que sinon, elles n’ont aucune chance de se réaliser. Ce n’est que par ce désir mutuel, le «récipient commun», qu’elles peuvent recevoir la possibilité de devenir des gens et faire quelque chose avec eux-mêmes, afin de s’élever au-dessus du matériau, de l’existence animée au niveau «humain».
L’action spirituelle que nous avons à faire est exprimée dans l’exécution des « 613 commandements », qui signifient les actions de l’unité entre les gens qui ont décidé qu’ils doivent s’unir.

C’est ce qui s’est passé à l’époque d’Abraham et à l’époque de Moïse aussi. Et c’est la même chose de nos jours. Le principe est toujours le même. Si des fragments de l’âme brisée qui a été créé par le Créateur sont prêts à s’unir afin de restaurer le récipient commun, alors il devient un excellent résumé de la Torah – le récipient pour la Lumière. La Lumière devient révélée à l’intérieur de cette volonté commune, les efforts communs, le soutien mutuel et la garantie.

Par conséquent, il est inutile pour une personne de penser à la réalisation spirituelle et son autoréalisation, sauf si elle perçoit tout cela grâce à l’union avec les autres, avec les «voisins», qui signifie avec le même genre de personnes qu’elle, qui a également le désir de s’unir et qui comprend que c’est seulement en s’unissant qu’ils vont acquérir une seconde nature.
De la 1ère partie de la leçon quotidienne Kabbale 20/07/11, Écrits du Rabash

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: