Daily Archives: 6 août 2011

Les Etats-Unis à la croisée des chemins

Avis (Joe Nocera, nytimes.com ): « Infliger plus de douleur sur leurs compatriotes n’ennuient pas les républicains du Tea Party, comme ils l’ont prouvé à maintes reprises. Ce qui est étonnant, c’est que le Président et le Président de la Chambre affirment que  l’accord aidera l’économie. Ont-ils vraiment espéré que nous allions avaler cela ? Nous avons tous entendu ce qui s’est passé en 1937 lorsque Franklin Roosevelt, croyant que la dépression était finie, a tenté de freiner les dépenses fédérales. En réduisant les dépenses il a entrainé de nouveau  en spirale le pays dans la Grande Dépression, où il est resté jusqu’à l’arrivée du plan de relance connu en tant que seconde guerre mondiale.

«C’est le chemin où  nous sommes maintenant. Nos ennemis n’auraient pas pu concevoir un meilleur plan pour affaiblir l’économie américaine que cet accord sur le plafond de la  dette. »

La Kabbale: construire et non détruire

Dr. Michael LaitmanQuestion: Beaucoup de méthodes différentes et de groupes disent des choses semblables à ce que dit la  Kabbale .  Comment nous protéger de l’influence de ces pensées? Y a t-il un danger à cela, et comment devrions-nous nous situer par rapport à eux?

Réponse: En raison de la nature de mon travail, j’ai eu la chance d’étudier les différentes méthodes et j’ai même passé des examens dans ces disciplines tout en travaillant sur ​​ma thèse de doctorat.  Il y a un énorme gouffre entre la Kabbale et toutes les autres méthodes. Toutes les autres méthodes sont engagées uniquement dans une sorte de morale, de l’amélioration terrestre de l’homme, principalement destinée à le faire sentir calme et détendu.

La Kabbale n’est pas cela. La Kabbale  vise  à changer la nature de l’homme lui-même. Parce que le monde n’existe que dans notre perception subjective, c’est ce qui doit être corrigé. Cela signifie qu’une personne doit garder tout son égoïsme, plutôt que de le détruire, et au-dessus, construire une nouvelle nature, le monde soi-disant supérieur, dont il ou elle sera capable ressentir dans cette seconde nature. C’est une méthode tout à fait différente.

Toutefois, si vous êtes étudiant d’autres méthodes, personne ne va vous dire de ne pas le faire. Étudiez la Kabbale, et peu à peu vous commencerez à voir la différence entre elle et les autres enseignements.

Aucune des méthodes existantes n’est basée sur la vraie nature du monde, les trois lignes , les trois forces qui contrôlent ce monde, sur l’altruisme élevé au-dessus de l’égoïsme sans détruire l’égoïsme, mais en l’utilisant correctement en soi, et ainsi de suite. Ceci peut également être vu à partir des racines anciennes de la Kabbale et la puissance de ses sources: le nombre de livres et la profondeur de toutes les explications. Ce que vous voyez en face de vous est un moyen vraiment énorme pour la correction de toute l’humanité.

Il y a des gens qui ont vraiment lutté pour la correction, voulant atteindre le but , peu importe quoi, et sont prêts pour cela. Il y a aussi des gens qui aimeraient atteindre cet objectif, mais pas par n’importe quel moyen. Autrement dit, ils considèrent avec quoi ils ont à payer et combien ils ont besoin de travailler pour cela. C’est pourquoi à la base, beaucoup de gens le font, mais il n’y a pas beaucoup qui en ont vraiment le désir.Cependant, chaque jour, il y en a de plus en plus.

Nous espérons que nous parviendrons à la correction finale, rapidement, facilement, et dans notre siècle, à notre époque, dans notre génération. Même moi, un homme âgé, j’espère voir encore comment toute l’humanité  fera directement et brusquement un pas spirituel après l’autre afin d’atteindre la réparation finale.

De la série  des cours  virtuels du dimanche 31/07/2011

Le traitement contre tous les ennuis

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment la lecture d’un texte que je ne comprends pas peut m’aider à me connecter avec le groupe ou à le désirer ?

 

Réponse: En soi, la lecture du texte n’est pas efficace. La pensée de ce que je désire exactement aide vraiment. C’est comme une source de force.

Supposons qu’on vous donne un médicament et que vous guérissez ce que vous vouliez guérir avec  lui.  Le médicament affecte le corps entier, et vous devez décider exactement ce que vous voulez traiter, que ce soit la jambe, le bras, la tête, une blessure, ou ce que vous désirez. Le médicament lui-même est universel.

De la 2ème partie de la leçon quotidienne Kabbale 31/07/2011 , Le Zohar

1,3 milliard de dépourvus

Dr. Michael LaitmanAux infos (Tiré de  guardian.co.uk ): «Un nouveau rapport doit changer la façon dont nous regardons la pauvreté.

« Plus de  gens pauvres vivent dans des pays à revenu intermédiaire (PRI), que dans les pays à faible revenu (PFR) …. aujourd’hui trois quarts environ des 1,3 milliard de pauvres dans le monde vivent dans les PRI,  et  les autres vivent dans des pays à faible revenu, principalement en Afrique.

« Sumner souligne le contraste entre la situation actuelle avec celle d’il y a 20 ans, quand 93% des personnes pauvres vivaient dans des pays à faible revenu.C’est plutôt les pays où ils vivent qui  ont changé de pays à faible revenu en PRI ….

 «Le fait que la plupart des pauvres vit dans des pays qui ont décollé économiquement signifie que nous devons trouver une nouvelle façon d’aider les pauvres dans ces pays à revenu intermédiaire, ce qui veut dire se concentrer sur les pauvres non seulement des pays pauvres ….

« Le monde a besoin de trouver de nouvelles façons d’aider les autres pays pour répondre à la pauvreté persistante et à l’inégalité croissante. L’ère de l’aide que nous connaissons se termine. Espérons qu’une nouvelle ère de développement coopératif prendra sa place. »

 Mon commentaire: La tendance est frappante, mais explicable.  Le fait est qu’avant, le monde était égoïste, linéaire: l’égoïsme direct  gouvernait tout.Mais peu à peu, notre monde devient partie intégrante, et donc dans les lieux où il est plus égoïste, différent du nouveau système intégral de la nature, la disparité entre les riches et les pauvres a un contraste plus élevé, et le nombre de pauvres se creuse. Et cela continuera jusqu’à ce que la société devienne  partie intégrante et s’égalise par la lutte sociale.

Appel et gratitude

Dr. Michael LaitmanNous avons deux états à l’égard de la force qui se développe entre nous: l’appel et  la gratitude. L’état le plus productif est celui de l’appel. La gratitude est très utile aussi  parce qu’en elle, nous sommes dans l’adhésion avec le Supérieur, et ce faisant, nous accumulons des forces pour l’avenir, pour  quand un autre appel arrivera.

Mais notre révélation que nous sommes des individus indépendants qui s’identifient avec le Créateur a lieu précisément pendant l’appel. Un merveilleux exemple de cette situation ce sont les psaumes du roi David, qui expriment absolument l’attitude de la créature vers le Créateur dans toutes ses formes possibles.

C’est pourquoi il est appelé « Roi David » (« Malkhout »signifie « royaume »). C’est une force qui se révèle et  me tire hors  de moi (du mot « Moshech »), ce qui explique pourquoi la force qui exécute la correction finale est appelé Machia’h ben David (Messie fils de David).  Les Psaumes sont une expression du désir de terminer la créature dans l’appel et la gratitude, dans ces deux états. En unifiant ces états, nous nous actualisons. Et puis le désir complet de la créature se révèle correctement: comme le Créateur qui existe et se revêt en elle.

Ainsi, tous les états complétés nous  amènent  au  final, et la Pensée de la Création qui a fait la créature est maintenant révélée en elle, dans la  conscience même de la créature.  C’est là que réside la seule différence entre le point de départ et celui  d’arrivée du chemin.  De l’état où  la créature  ressent  à peine sa propre existence, comme une sorte de point détaché du Créateur, elle atteint son propre état intérieur et se rend compte qu’elle  existe dans l’adhésion complète avec le Créateur, et dans le même temps, elle  est complètement indépendante.
Il n’ya pas de réalité autre que la Pensée de la Création. Il n’existe aucun processus autre que celui de la créature qui atteint l’état dans lequel elle existe depuis le début. Et à chaque fois l’appel doit être réalisé en premier. C’est les larmes dont les prophètes ont parlé: «Mon âme pleure en cachette », l’état le plus élevé possible, lorsque l’homme exige la force d’atteindre son véritable état des ténèbres, avant que le but de la création soit actualisée en lui.

Et c’est seulement après qu’il est terminé  que  nous venons véritablement  à  la gratitude, à la chanson, et la gratitude dans laquelle nous réalisons une adhésion partielle avec le Créateur, jusqu’à ce que nous en venions à terminer l’accomplissement  et l’adhésion. 
De la 1ère partie du cours quotidien  de Kabbale du 04/08/2011 article n° 18 Shamati

La théorie des deux autorités et la source de la culture humaine

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, « La Paix »: Ils ont trouvé difficile d’accepter l’hypothèse de la supervision de la nature … En conséquence, ils en sont venus à une deuxième hypothèse qu’il y a ici deux superviseurs : l’un  crée et soutient le bien et l’autre, crée et soutient le mal. Ils ont également fortement développé cette méthode avec des preuves et des signes le long de leur chemin.

En me développant, je rencontre des problèmes différents, je découvre de nouvelles choses, et peu à peu  je commence à projeter une copie de moi-même extérieurement, peuplant le monde avec mes qualités. Par exemple, l’ordinateur m’irrite par sa lenteur, et je maudis la machine défectueuse avec tout le sérieux.

C’est instillé dans la nature humaine selon le principe du «Nous te connaîtrons par tes actions ».Mon attitude envers le monde extérieur vient du monde intérieur. En effet, une réalité objective externe n’existe pas: tout ce que je vois est un reflet extérieur de  mes qualités.

 Et pour cette raison, je transfère le degré de mon développement sur le monde environnant, sans m’en rendre compte, et je m’attends à ce qu’il corresponde à mes critères. Parfois, quand je communique avec les gens, je me demande sincèrement:« Comment ne peuvent-ils pas comprendre ou ressentir comme moi ? » J’ai une exigence profonde pour le monde extérieur, une ferme conviction qu’il doit correspondre à ma compréhension et à ma  perception. 

De cette façon, l’approche ancienne de la nature comme un système de lois strictes et  impassibles a été remplacée par un système de deux autorités. Les gens ont découvert que la nature a également un potentiel et  une action,  une cause et une conséquence,  de la volonté et de la réticence.

Dans leur imagination, les gens l’ont dotée de quelque chose comme une «âme»,  lui ont donné une raison, un but, et ont entamé un dialogue avec elle: «Si je fais cela, le résultat sera bon. Si je fais cela, le résultat  sera pire. Ainsi, la nature peut réagir de façon positive et d’une manière négative. Elle est comme moi et d’autres personnes. »

De cette façon, les gens ont commencé à  attribuer à la nature  leurs propres qualités,  désirs, pensées et  intentions.  Il y a deux forces opposées dans l’homme: le bien et le mal. En conséquence, ils existent aussi dans la nature. Les gens peuvent me traiter soit bien soit mal,  et moi-même je peux traiter les autres et moi-même soit bien soit  mal, c’est pourquoi la nature a aussi la même division en deux forces.

Dans ce cas, comment puis-je apaiser la force du bien ? Ou, au contraire, la force du mal? Cela marque le début de calculs résultant de l’idée de la double autorité.

Par ailleurs, il y a une couche encore plus profonde ici. Il n’existe aucun moyen pour moi de « donner vie », spiritualiser, et doter d’une existence indépendante l’autorité sans âme de la nature. L’autorité unique est toujours le même. Cela signifie qu’elle  n’a aucune raison. Comment pouvez-vous planifier quelque chose quand le bien et le mal ne sont pas en conflit en vous, avec vous en train de faire vos calculs basés sur leur opposition?

La règle absolue est la nature dans sa forme pure et mécanique. Mais dès que je lui attribue deux forces,  le bien et le mal, les calculs commencent. Après tout, je fais moi-même les calculs basés sur la corrélation entre les deux possibilités, les deux forces. Et puis, une fois que je me suis projeté à l’extérieur, je les trouve dans la nature.

De cette façon, la résistance commence, mais maintenant, l’homme considère la réalité comme une autorité, un pouvoir. La nature unifiée n’est pas suffisante pour rendre compte de la règle actuelle, et seulement deux puissances ont mis l’homme entre deux autorités comme entre deux feux. C’est notre perception de la réalité . Deux autorités supposent des calculs, un plan, un combat du bien et du mal, et ainsi de suite.

La religion apparaît à ce stade, y compris le mysticisme et les différents « querelles » avec la nature. Comme l’homme se développe psychologiquement, il les projette et les transfère  de son monde intérieur sur la nature, en lui attribuant ses propres pouvoirs et qualités.

C’est ainsi que les croyances  ont fleuri et  placé les divinités et les idoles de toutes sortes sur un piédestal. Comme le temps passait, ils sont devenus la mythologie du monde antique.

Ainsi, la première théorie  a d’abord marqué la transition  à partir de l’état animé: comme l’homme se distingue de la nature et s’est  lui-même séparé lui-même  d’elle, il est devenu homme. Et la deuxième théorie est liée au développement ultérieur, l’opposition du bien et du mal en nous, la relation entre l’homme et la société.  Quand deux opposés s’élèvent  en nous, nous pouvons  aussi bien attribuer des considérations correspondantes à la nature.

C’est de là que la culture humaine est originaire. En relation avec  la nature, nous nous sommes développés spécifiquement en tant  que  genre humain, et dans ce monde, la culture et la science sont inhérentes à l’homme par définition. C’est sa prérogative exclusive, qui résulte de la théorie des deux autorités. Sans elle nous n’aurions pas développé  la culture, ce qui nous distingue des animaux. La culture est tout: des vêtements à la parole et à  l’expression de soi.

Voilà comment la race humaine  s’est progressivement développée dans  sa perception du monde.
De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 01/08/2011, « La Paix »

Se disputer dans le but de se réconcilier

Dr. Michael LaitmanQuestion: Que dois-je faire si je suis capable de m’annuler dans mes pensées, mais c’est très difficile pour moi de le faire en pratique?

Réponse: C’est impossible! Si je me suis vraiment annulé en pensées, alors je l’ai aussi fait dans mes actions. L’action s’inscrit dans la volonté.

Mais si je n’ai pas encore atteint la décision finale de m’annuler, alors je ne suis pas capable de mener à bien cette action et je me suis menti en pensant que j’annulais moi-même les pensées.

Si nous voyons qu’après une dispute un groupe ne parvient pas à l’unité, jusqu’à la prochaine querelle, c’est un signe que ses membres ne s’annulent pas l’un devant l’autre et n’ont aucune chance d’atteindre la spiritualité.

En effectuant une auto-analyse interne et en essayant d’annuler notre égoïsme, devant les amis, intérieurement et extérieurement, nous avons déjà effectué le travail spirituel. Le monde spirituel peut nous être révélé uniquement à la condition que nous annulions entièrement notre égoïsme en fonction du niveau de notre degré actuel.

Si maintenant vous atteignez la véritable autonomie par rapport à l’annulation de toute personne, vous serez convaincu que vous vous sentez dans la réalité spirituelle, dans la qualité du don sans réserve, unie avec le Créateur dans une certaine mesure!
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 17/07/11, Écrits du Rabash

Le développement perfectionne les connexions

Dr, Michael LaitmanLes textes kabbalistiques sont écrits en Hébreu et en Araméen, comme si on utilisait le bon côté et le mauvais côté  de la même langue. Mais en réalité, la langue n’a pas d’importance. Tout peut être décrit en anglais, en français, ou allemand, la langue que nous utilisons ne fait aucune différence.

Quels sont les symboles choisis, cela n’a pas d’importance. La clé est qu’ils soient aptes à exprimer les propriétés qui existent au niveau de la réception de sorte qu’avec leur aide nous élevons notre désir au niveau du don sans réserve.

Le langage des branches n’est pas comme les langues de ce monde. Il articule le désir avec toutes ses propriétés, puisqu’il attire la Lumière qui ramène vers le bien et nous change afin que nous puissions nous élever à l’étape suivante. Le langage signifie connexion, il a un emploi similaire dans ce monde, mais il est utilisé dans un simple et seul un état dimensionnel.

Quand je dis quelque chose, je tiens à exprimer ma relation avec cette notion dans la mesure où je comprends, je sens, ou je m’en inquiète. Le langage des branches n’est pas une explication commune de mon attitude, mais plutôt une explication de l’élévation, l’action même de l’ascension. Le langage nous apprend comment se connecter avec le niveau supérieur de l’inférieur.

Toute langue exprime une connexion, il n’y a rien d’autre que des connexions. L’univers se compose de plusieurs éléments, et la chose principale pour nous est la connexion entre chacun d’eux. Notre développement est de perfectionner les connexions. C’est ainsi que l’avancement est défini.

Chaque fois que nous révélons un lien plus authentique entre les parties de la réalité jusqu’à ce que nous révélions le monde de l’Infini, où toutes les connexions sont ouvertes. Cette connexion est appelée «le Créateur», la propriété du don sans réserve qui régit l’ensemble des parties.
De la 3e partie du cours quotidien de Kabbale 11/07/2011, Talmud Esser Sefirot