Appel et gratitude

Dr. Michael LaitmanNous avons deux états à l’égard de la force qui se développe entre nous: l’appel et  la gratitude. L’état le plus productif est celui de l’appel. La gratitude est très utile aussi  parce qu’en elle, nous sommes dans l’adhésion avec le Supérieur, et ce faisant, nous accumulons des forces pour l’avenir, pour  quand un autre appel arrivera.

Mais notre révélation que nous sommes des individus indépendants qui s’identifient avec le Créateur a lieu précisément pendant l’appel. Un merveilleux exemple de cette situation ce sont les psaumes du roi David, qui expriment absolument l’attitude de la créature vers le Créateur dans toutes ses formes possibles.

C’est pourquoi il est appelé « Roi David » (« Malkhout »signifie « royaume »). C’est une force qui se révèle et  me tire hors  de moi (du mot « Moshech »), ce qui explique pourquoi la force qui exécute la correction finale est appelé Machia’h ben David (Messie fils de David).  Les Psaumes sont une expression du désir de terminer la créature dans l’appel et la gratitude, dans ces deux états. En unifiant ces états, nous nous actualisons. Et puis le désir complet de la créature se révèle correctement: comme le Créateur qui existe et se revêt en elle.

Ainsi, tous les états complétés nous  amènent  au  final, et la Pensée de la Création qui a fait la créature est maintenant révélée en elle, dans la  conscience même de la créature.  C’est là que réside la seule différence entre le point de départ et celui  d’arrivée du chemin.  De l’état où  la créature  ressent  à peine sa propre existence, comme une sorte de point détaché du Créateur, elle atteint son propre état intérieur et se rend compte qu’elle  existe dans l’adhésion complète avec le Créateur, et dans le même temps, elle  est complètement indépendante.
Il n’ya pas de réalité autre que la Pensée de la Création. Il n’existe aucun processus autre que celui de la créature qui atteint l’état dans lequel elle existe depuis le début. Et à chaque fois l’appel doit être réalisé en premier. C’est les larmes dont les prophètes ont parlé: «Mon âme pleure en cachette », l’état le plus élevé possible, lorsque l’homme exige la force d’atteindre son véritable état des ténèbres, avant que le but de la création soit actualisée en lui.

Et c’est seulement après qu’il est terminé  que  nous venons véritablement  à  la gratitude, à la chanson, et la gratitude dans laquelle nous réalisons une adhésion partielle avec le Créateur, jusqu’à ce que nous en venions à terminer l’accomplissement  et l’adhésion. 
De la 1ère partie du cours quotidien  de Kabbale du 04/08/2011 article n° 18 Shamati

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: