Daily Archives: 10 août 2011

La lettren d’info de l’institut de recherche ARI

ARI NewsletterNous sommes en cours de préparation du premier numéro de la lettre d’info de l’institut de Recherche ARI . Les abonnés potentiels sont environ 10.000 personnes associées à l’UNESCO, ainsi que des experts en éducation du monde entier.

La dissimulation de la perfection et même de son absence

Dr. Michael LaitmanNous provenons de l’état de perfection totale, appelé « le monde de l’Infini. » La seule chose qui manque en lui est la réalisation de cette perfection. Et il ne peut être révélé que  comme «l’avantage de la Lumière à partir des ténèbres », qui signifie d’abord révéler le manque de perfection, et à l’intérieur de celui-ci-la perfection.

Afin de créer la sensation d’imperfection, de nombreux détails de la dissimulation se déroulent dans le monde de l’Infini comme une préparation pour nous. La plus grande dissimulation est celle que nous trouvons maintenant, dans ce monde, au dernier niveau de dissimulation après 125 niveaux de cette dissimulation. Par conséquent, ces niveaux sont appelés «mondes», «Olamot», provenant du mot «Alama, » dissimulation.

Tout ce que nous avons à faire est de révéler le monde de l’Infini, la perfection dont nous sommes en fonction vers le plan de la création « réjouir les créatures», afin de comprendre que cet état est vraiment le plus parfait, le plus merveilleux, et le meilleur hors de chaque état possible.

Au début, il nous semble que notre état sombre de la dissimulation est tout à fait tolérable. Nous l’apprécions même et nous ne voulons pas en bouger pour un tout autre endroit. Mais ensuite, nous révélons de plus en plus des choses dans cette vie qui ne nous satisfont pas, et nous commençons à discerner ce qui est imparfait dans notre état et ce qui peut devenir parfait dans l’avenir.

C’est ainsi que nous trouvons beaucoup de choses qui nous manque (compréhension, imperfection): nourriture, sexe, famille, argent, honneur, savoir. Et c’est ainsi que nous révélons qu’à l’intérieur de toutes ces sources d’épanouissement, il n’y a peut définitivement pas de perfection. L’aattenite n’est possible que si je sors de moi-même et satisfaire les autres, devenant ainsi égal avec le Créateur. C’est ce que je dois révéler le Créateur, mon Créateur, et devenir semblable à Lui.

Après tout, il n’est pas présent dans mon état matériel, dans mes désirs et besoins actuels. Pour le trouver, j’ai besoin d’une aspiration complètement différente, un besoin pour le don sans réserve. Et comme un résultat de mon don sans réserve vers Lui, je vais Le révéler à l’intérieur de moi et je vais atteindre l’adhésion. C’est cela, je vais acquérir la même forme, la même qualité que Lui. Ce sera mon vrai nouveau désir, la seule chose qui me manque, la chose qui définit mon imperfection. Et il n’y a rien de plus! Il y a seulement le désir de révéler la qualité du Créateur à l’intérieur de moi jusqu’à ce que j’atteigne l’adhésion totale.

Quand un homme fait des efforts pour atteindre ce désir, le long du chemin il voit qu’il a besoin de moyens pour cela: le groupe, le monde entier, les enseignants, les manuels, l’étude et le travail ci-dessus de la connaissance. Mais à la fin il arrive à la sensation d’imperfection et comprend que la perfection signifie l’adhésion avec le Créateur, avec la qualité du don sans réserve qui devient révélée chez une personne. Mais à présent, elle ne l’a pas!

Cette réalisation est appelée «J’ai fait des efforts et trouvé » parce que maintenant il trouve le juste désir. Et s’il expérimente son état comme imparfait et ne manque que la qualité du don sans réserve (don sans réserve pour l’amour de don sans réserve, ou même la réception pour l’amour de don sans réserve), alors un changement survient à l’intérieur de lui et il va d’un manque de perfection à la perfection . Et à cet égard, tout est déterminé par ses efforts.

Cependant, les efforts ne doivent pas être ceux qu’il voulait faire au sein de son égoïsme, mais selon ce qu’il entend de l’enseignant et ce qu’il réalise dans le groupe. Et sur la façon dont il voit de nombreux états tels que cela, où il a lui-même été plus faible et a exécuté les instructions de nos enseignants, des guides sur le chemin. Voilà comment il a fait pencher la balance de ses efforts, en s’abaissant devant les conseils des kabbalistes.

Et puis, à partir du «613 recommandations» (Eitin), il atteint le « 613 instructions de la Torah» (Pkoudin), ce qui signifie qu’il corrige ses désirs et ses mérites une «conclusion» – la révélation du Créateur à l’intérieur de la création.
De la 1ère partie dun cours quotidien de Kabbale 24/07/11, Shamati

Il n’y a pas de discrimination dans le travail spirituel

Dr. Michael LaitmanQuestion: Nous voyons nos amis de Los Angeles et des représentants de différentes nations à l’écran. Comment font-ils pour comprendre notre langage biblique?

Réponse: Tous les deux, nous et eux interprétons ce langage dans la terminologie de désirs et le comprenons en fonction de la voie intérieure de la lecture.

J’ai ma vérité intérieure. Par exemple, dans ce monde, je suis d’origine juive, et assis à côté de moi il y a un ami chinois. Je suis séparé de ma vérité par la confusion de premier ordre, et lui par la confusion du second ordre.

Détachons-nous de ce monde matériel. Nous avons tous deux un désir égoïste spécifique. Selon son niveau de désir, il est appelé un « Chinois » et en fonction de mon niveau de désir, je suis appelé un «Juif».

 

There’s No Discrimination In The Spiritual Work

Il n’y a pas de discrimination dans le travail spirituel

Ainsi, lui et moi, ensemble nous devons effectuer certains travaux en vue d’obtenir la vérité. C’est ce que la notion de «70 nations» montre. Chacun d’eux a ses propres travaux, mais c’est absolument la même chose pour tout le monde selon une mesure spécifique. Nous pensons que ce n’est pas le cas, mais en réalité, le travail ne diffère que légèrement par son style extérieur, bien qu’il soit totalement identique dans ses spécificités intérieures, par la profondeur relative et les phases de la trajectoire. Nous avons tous le même travail.

Il me semble que c’est très difficile pour une autre personne, qu’une tierce personne ne le fasse pas tout à fait, et une quatrième était déjà né ange et a atteint l’objectif avec insouciance. Mais en réalité, rien n’est connu de moi et je ne vois pas le tableau général dans lequel tout fonctionne aussi.

Ainsi, le grand désir égoïste est divisé en « 70 nations du monde» et en Israël. Ne pensez pas qu’Israël a un temps plus facile que d’autres. C’est juste que chaque personne fait des efforts à partir de sa propre nature du désir commun.

Le véritable travail d’Israël réside dans la sortie de toutes les «70 nations» vers la vérité. Après tout, c’est incorporé à l’intérieur d’eux par le biais de la rupture. Il est écrit à ce sujet, «Vous serez un royaume de prêtres et une nation sainte pour Moi. » C’est pourquoi les représentants des différentes nations viennent à nous-les désirs qui aspirent droit au Créateur du désir commun de réception. Ils s’expriment en Israël et sont maintenant appelés justement.

Tous les autres qui ne sont pas éveillés sont appelés «les 70 nations du monde » et devront se corriger par la suite. Mais d’une manière ou d’une autre, toutes les qualités et les possibilités de chaque personne sont précisément «optimisées». Pas un seul pays n’a de priorité dans la spiritualité.

Vous pourriez objecter: «Mais le « corps » commun d’Adam HaRishon contient certains organes qui sont plus importantes et d’autres qui le sont moins? » C’est vrai, mais cela se rapporte à l’ordre de correction: Au début, les désirs purs démarrent la correction, et ensuite les plus épais. Cependant la perfection efface toutes les disproportions.

Par conséquent, il suffit d’avoir une petite plaie, l’absence d’une seule cellule, et le corps tout entier est dépourvu de la perfection. En ce sens, tout le monde est égal, par le principe de l’égalité du général et du particulier.
De la 5ème partie de la leçon quotidienne Kabbale 24/07/11, « Arvout »

Il n’est pas bon d’ignorer sa maladie

Dr. Michael LaitmanLa souffrance, le chagrin, le niveau de la brisure doivent être révélés. Cependant, cela  peut soit se révéler  directement comme c’est, sans aucun adoucissement de la fin de la Lumière, soit cela peut se combiner avec la réalisation de sa nécessité, lorsque vous l’attendez comme une personne malade qui va consulter un médecin. Même si on peut avoir peur  d’être diagnostiqué avec une maladie,  on désire tout de même  la révéler afin de recevoir le remède.

Pourtant, il ya des gens qui ne veulent pas connaître leur maladie, bien que cela ne les libère pas de leurs problèmes par la suite.

Par conséquent, nous devons toujours aspirer vers la bonne direction vers l’unification et l’amour, vers la compréhension de l’objectif et du  plan de la création. En faisant cela, nous permettons au mal de  se révéler plus rapidement ! Cela signifie qu’ «Israël accélère le temps », ce qui signifie que je cours en avant, avant que le bâton me  rattrape pour me frapper.

Toutefois, cela n’est possible qu’en recevant en permanence  l’importance de l’objectif et  la révélation du  mal. J’appelle le mal délibérément, et non pas parce que je ressens de la souffrance en lui. Je n’aime pas ce que je ressens. La chose la plus importante est de révéler le mal par rapport à la bonté qui m’attend en avant qui est appelé le don sans réserve, l’amour.

Si je révèle des couches de l’égoïsme, en souffrant dans la forme présente, alors je vais passer par toutes ses phases (0, 1, 2,3) jusqu’à la dernière étape-4, où je vais comprendre que tout est construit sur ​​la révélation du côté gauche. Après tout, c’est seulement en révélant nos désirs vides que nous pouvons révéler la véritable réalité, dans laquelle  nous avons déjà existé

Du cours du 09.08.11 /, Écrits du Rabash

Les kabbalistes sur le travail spirituel dans le groupe, partie 6

Dr. Michael LaitmanChers amis, s’il vous plaît poser des questions sur ces passages des grands kabbalistes. Les commentaires entre parenthèses sont les miens.

L’obtention de la grandeur du Créateur à travers l’environnement

Et tandis que l’on voit comment l’environnement méprise Son travail et n’évalue pas bien Sa grandeur, on ne peut pas surmonter l’environnement. Ainsi, on ne peut obtenir Sa grandeur, et mépriser au cours son travail, comme ils le font.

Et puisqu’on n’a pas de base pour obtenir sa grandeur, on ne sera évidemment pas en mesure de travailler pour le don sans réserve le contentement au Créateur et non pas pour soi-même. Il en est ainsi parce que l’on n’aurait aucune motivation à déployer…. Et son seul choix est soit de travailler pour soi ou ne pas travailler du tout, car pour lui, donnant sans réserve le contentement au​​ Créateur ne sera pas équivalent à la réception.

La mesure de la grandeur du Créateur vient de l’environnement, qui se soucie de la grandeur du Créateur. C’est alors seulement que tout le monde a l’énergie pour agir pour le bien du Créateur.
– Baal HaSoulam, « discours de conclusion du Zohar »

Les amis devraient surtout parler ensemble sur la grandeur du Créateur.
– Le Rabash, Rabash-les Écrits sociale », Que demander de l’Assemblée des Amis »

Adopter la forme de la Lumière

Dr. Michael LaitmanQuestion: Nous n’avons toujours pas senti la douleur du monde extérieur au maximum. Comment pouvons-nous corriger cette situation en travaillant dans le  groupe ?

Réponse: Il est préférable de ressentir cette douleur le plus tôt possible. C’est comme une maladie, et c’est mieux de la détecter à un stade précoce. Le monde vient de commencer à plonger dans la crise, mais il la craint déjà car  les problèmes d’aujourd’hui touchent tout le monde. Nous voyons que le temps est venu, et nous devrions diffuser des documents qui expliquent la cause de la crise et sa solution.

Le monde entier, y compris en Amérique, en Europe, en Chine et au Japon, est en difficulté. Tout le monde est effrayé par ce qui se passe et personne ne sait ce qui arrivera demain. Certains regardent de loin à la crise, comme par exemple en Allemagne. Toutefois, ils devraient avoir encore plus peur. Celui qui monte plus haut tombera  plus bas. Nous ne pouvons même pas imaginer ce qui se passera si demain tous les mécanismes éprouvés arrêtaient subitement de fonctionner.

Comment cela pourrait-il être possible? Les gens se lèvent le matin, vont  travailler, et ainsi de suite. …

Mais non, ils ne vont pas travailler. Nous n’avons pas encore réalisé que nous sommes situés dans un système intégral de la nature, tant  que nous ne sommes pas nous-mêmes partie intégrante. C’est comme si nous essayons d’insérer une pièce carrée dans une ouverture ronde. En réalité, notre forme devrait ressembler à celle du système. Cette forme n’est pas simple parce que nous ne parlons pas de géométrie, mais plutôt  de  nos propriétés.

Aujourd’hui, l’humanité entière devrait progressivement adopter de nouvelles formes, le format correct qui correspond à la Lumière. C’est un très gros problème. Nous ne pouvons le résoudre que si nous attirons la Lumière qui va effectuer la correction pour nous. C’est pourquoi il est dit: «J’ai créé le mauvais penchant, j’ai créé la Torah comme une épice parce que la Lumière en elle ramène au Bien ».

Espérons que nous allons comprendre cela et que nous serons  en mesure de le transmettre à d’autres.

Du cours n°1 de la Convention en Allemagne, le 05/08/2011

Qu’adviendra t-il de nous?

Dr. Michael LaitmanDe l’état initial où toutes les âmes étaient ensemble (Σ), nous avons transité  vers le monde de la rupture, puis  nous  sommes  tombés dans notre monde. Puis, après le développement de l’égoïsme et l’inclusion mutuelle de toutes ses parties, nous avons atteint un  tournant  (1995), au moment  où nous avons besoin  de  commencer à corriger notre ego pour revenir à l’état initial.

Toutefois, si le premier état ​​a été créé par la Lumière, le Créateur, nous créons nous-mêmes l’état final. Il y a une grande différence ici: nous devenons semblables à la Lumière, le Créateur. C’est le but de la création.

Nous sommes nés sans aucune conscience de nous-mêmes,  comme une goutte de sperme dans l’utérus qui n’est encore rien devenu. Puis nous passons par une période de préparation,  nous acquérons la puissance du bien (+) et du mal  (-), et grâce à ces forces nous pouvons nous développer sur le chemin spirituel.

Chacun mène sa propre guerre intérieure, et ensemble, nous menons des guerres dans la société, l’humanité, jusqu’à ce que nous révélions la vérité en avançant dans la ligne médiane. Dans le même temps,  le plus et le moins forment  ensemble  en nous un tout. Le moins ce sont les forces de notre égoïsme, et  le plus ce sont les  forces de la Lumière en nous. De cette façon,  nous avançons.

Nous devons mener ce travail difficile, consciemment et raisonnablement. Essentiellement, c’est ce que nous avons à faire. Après tout, nous devons revenir à l’état initial,  le révéler  au plus profond de nous. Pour ce faire, nous devenons plus sages, plus sensibles, et plus évolués.

En commençant par l’état actuel, nous commençons à plonger au plus profond de nous: les mondes d’Assiya, de  Yetsira, de Beria, d’Atsilout et d’Adam Kadmon, et à la fin  nous atteignions le monde de l’infini (∞). Notre principale atteinte est la connaissance de notre propre mal.

Nous atteignons tout dans notre ego. En l’orientant vers  le don sans réserve , nous continuons  à nous enfoncer et  à révéler les mondes supérieurs en lui,  jusqu’à ce que tous les mondes , tout Malkhout du monde de l’Infini que nous avions dans l’état initial, se transforme pour obtenir l’intention de donner sans réserve . De cette façon, nous passons par le second état, qui comprend tout  notre chemin, et atteignons  le troisième état.

Comme le  Baal HaSoulam l’écrit, la méthode de la Kabbale nous permet de révéler le mal, l’égoïsme, à  l’intérieur de nous. Comme nous le corrigeons, nous nous enfonçons plus profondément, et là nous révélons tous les mondes, toute la réalité spirituelle. Après tout, le Créateur n’a rien créé que ce soit sauf  le désir de recevoir. Ce désir a pris une forme égoïste  à la brisure, et maintenant nous avons besoin de le corriger en  don sans réserve.

Aujourd’hui nous nous sentons comme si nous existions dans une réalité  misérable, sombre et limitée. Etant  opposés à la Lumière, nous ne pouvons que le percevoir. Nous sommes comme une goutte de sperme qui n’a aucune idée de ce qui  adviendra de lui.

Cependant, comme nous évoquons  la Lumière pour nous développer et  changer notre désir de recevoir en celui de donner sans réserve, nous l’atteignons, le Créateur, selon la loi de l’équivalence de forme, jusqu’à ce que notre désir et la Lumière deviennent semblables l’un  à l’autre.

Du cours n°3  de la  Convention en Allemagne du  06/08/2011

Une contradiction systématique

Dr. Michael LaitmanNous n’avons jamais été dans la situation que nous vivons aujourd’hui. Nous n’avons jamais connu une divergence entre deux systèmes. Aujourd’hui nous tous, ensemble, constituant un système commun intégré («Nous»), mais il est égoïste. Et dans le même temps nous sommes dans le système naturel, qui est imprégné par le don sans réserve et l’amour. La différence ou l’écart entre ces deux systèmes est ce qui crée la sensation de crise.

Cette différence ne cesse de croître parce que nous nous développons dans notre égoïsme, tandis que le système supérieur se rapproche de nous. En particulier, la crise est exprimée justement à cause de la révélation de la nature.

Dans le passé, nous avons élargi notre système au cours de l’histoire, jusqu’à ce que nous ayons atteint aujourd’hui, l’intégralité et l’interconnexion. Cependant, toute personne continue de fonctionner dans ses intérêts étroits, même s’elle ne peut plus se débarrasser des liens mondiaux et dont elle dépend entièrement.

En conséquence, nous nous retrouvons dans l’interdépendance et la haine mutuelle, qui sont en contraste extrême à la force du don sans réserve qui nous influence. Par ailleurs, à l’intérieur nous sommes liés les uns aux autres et au même moment, désunis au maximum. Et en plus, nous sommes en face du Créateur.

Cette opposition et la différence de qualités nous amènent des ennuis. Ils ne font que commencer, mais en même temps ils incitent l’homme à découvrir la raison de ce qui se passe. Après tout, si quelque chose dérange ou nous fait du mal, nous lui prêtons attention.

Par conséquent, aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, la science de la Kabbale nous est révélée. Le temps est venu pour nous de consolider ainsi le Créateur et la création qui s’unissent par une force unique, une seule connexion. En d’autres termes, le temps est venu de corriger la crise, pour se débarrasser des troubles, et de parvenir à la découverte du système où nous sommes, ce qui est impossible sans atteindre la force supérieure.

Nous ne voyons pas l’intégralité du système naturel, car nous ne sommes pas partie intégrante à l’intérieur. Nous sommes discrets, désunis, et individualiste-chacun de nous est lui-même. Je n’ai pas un esprit intégrant, une vision intégrale, et je ne peux pas prendre tout le monde en considération.

Mais d’autre part, nous constituons un tout, et par la loi d’un seul corps, je ne peux pas faire une seule action à moins que je sois sûr qu’elle aura un effet favorable sur l’ensemble de mes systèmes. C’est pourquoi nous ne pouvons atteindre le succès en rien.
Dans le monde moderne, peu importe le système que vous regardez, tout est en train de s’effondrer: l’éducation, la culture, l’économie, les relations entre les personnes, les familles, l’éducation des enfants, et ainsi de suite. Tout ce que nous avons créé dans le processus de notre développement est en ruine. Et ce processus va continuer de croître en pire, devenir de plus en plus visible.

Le problème ici n’est pas que nous nous sommes « trompés » quelque part, parce que tout était initialement programmé. C’est juste qu’aujourd’hui, tous nos systèmes sont à l’opposé du système intégral et correct. Maintenant je dois prendre tout le monde en considération, mais par ma nature, je ne suis pas habitué à cela. Alors, que dois-je faire?

Je me soucie seulement de moi-même, ou tout au plus-de ma famille, de ma ville, de mon environnement, ou même de mon pays …. Mais se soucier du monde entier? Même si je le voulais, comment puis-je y arriver? Je n’ai aucune base préliminaire pour cela. Pour cela que je devrais être différent à l’intérieur. Je dois avoir un système intégré à l’intérieur de moi alors je penserai tout naturellement au monde comme un tout, comme je pense à moi-même. C’est la seule façon avec laquelle j’attendrai le succès dans l’économie, l’industrie et le commerce, dans tout.

Sinon, il n’y aura pas de succès. Aujourd’hui cela est encore faiblement exprimé, mais bientôt l’image va commencer à devenir plus claire.

Ainsi, la nature ou le Créateur oblige l’homme à sentir qu’il fait partie de l’ensemble, une âme particulière qui appartient à l’âme commune. Nous souffrons parce que nous ne faisons pas encore partie du tout, et par cette souffrance chacun de nous est poussé à s’unir avec les autres. Cependant, le chemin de la souffrance est très difficile. Comme nous le savons, il peut nous amener à la mort, et nous aurons encore beaucoup à souffrir jusqu’à ce que nous y arrivions.

C’est pourquoi la science de la Kabbale est révélée, voulant expliquer l’état actuel des choses pour nous, pour nous montrer le système où nous sommes, et pour nous apprendre à nous changer, nous transformer à partir de fragments discrets en partie intégrante, dont chacun contient tous les autres.

Pour la première fois dans l’histoire du développement humain, l’homme ne change plus la nature à l’extérieur, ne pas fait plus d’actions extérieures égoïstes, et n’utilise plus toutes ses connaissances pour changer quelque chose en dehors de lui. Les changements extérieurs sont terminés. Tout est devenu finalement formé à l’extérieur, cela a gelé, et ne changera pas davantage. A partir de maintenant, je suis celui qui doit changer.
De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 22.07.11 «L’enseignement de la Kabbale et son essence »

Il est temps de compléter notre Histoire

Dr. Michael LaitmanJusqu’à présent, l’humanité n’a pas écrit sa propre histoire, mais à la place s’est intégrée en elle. Mais aujourd’hui, à  notre nouveau stade de développement, nous serons ceux qui rempliront  notre histoire. Cette opportunité nous est donnée pour la première fois après des milliers d’années d’enfance.

Pendant toute la durée de l’histoire, l’homme s’est développé sous le règne de l égoïsme, la croissance constante de ce qui nous a obligés automatiquement à rechercher les voies et les moyens pour satisfaire nos désirs. De cette façon, la nature a dirigé basiquement notre mouvement en nous dépouillant du libre choix. L’homme ne s’est pas lui-même changé consciemment, mais plutôt la nature l’a changé en fonction de son programme.

De notre point de vue, il semblait que nous avions changé l’environnement en fonction de nos demandes en cas de besoin, mais maintenant le temps est venu pour l’homme de changer et de correspondre à la nature. Les scientifiques commencent à être d’accord avec cela.

En général, quelle est la «nature» que nous avons tenté de conquérir en vain depuis si longtemps?

Quand une mère quitte la nurserie, en laissant son bébé jouer avec ses jouets, le bébé ne se sent-il pas libre? Oui. Il aime vraiment le  moment où il est seul et il ne comprend pas qu’elle le regarde avec des yeux attentifs et affectueux. Il sent qu’il est libre.

C’est ainsi que la «nature», le système de gouvernance où nous existons, nous est tout autant dissimulé. Il engendre notre sensation de liberté, bien que dans la réalité la liberté n’existe tout simplement pas. Cette illusion a été spécifiquement prévue par l’évolution afin que nous puissions nous développer librement dans notre égoïsme, en utilisant et en suivant nos désirs autant que notre nature, nos qualités et nos possibilités nous le permettraient.

Et nous pensions que cela était bien, que nous pourrions et devrions nous développer de cette façon. Les relations sociales et les technologies ont changé; nous avons constamment changé les choses, nous nous sommes empressés quelque part en suivant les ordres de notre essence, de nos désirs égoïstes croissants.  Dans le même temps, nous voulions encore plus de pouvoir sur la nature. L’homme ne pensait pas à ce qu’il faisait, il a simplement agi sur ses désirs.

Quand la nature nous donne certains désirs, nous ne pouvons que  travailler dans leurs limites. Nous ne pouvons pas aller au-delà. La nourriture, le sexe, la famille, le savoir, la célébrité, l’argent et le pouvoir, chaque personne a sa propre combinaison de ces désirs et les réalise en conséquence. La nature nous déplace progressivement de l’intérieur, «par derrière». Les impulsions qu’elle  éveille en nous en combinaison avec le milieu environnant déterminent tout.

Essentiellement, je représente un mécanisme administratif.  Des désirs s’éveillent en moi, certaines circonstances se produisent, mais je suis limité par mes mœurs, mes capacités physiques et mentales, ainsi que les normes de mon environnement, et les lois communes d’une  nature globale. À la fin, j’essaye  simplement  de réaliser mes désirs, autant que possible dans des conditions que je n’ai pas mises en place.  Ainsi, il s’avère que je ne suis rien de  plus qu’un mécanisme administratif. Les désirs et les conditions sont prédéterminés, et tout cela me pousse vers la réalisation de mon moi.

Cela a été notre chemin: les erreurs de l’homme, ses bonnes et mauvaises actions, tout cela était nécessaire et inévitable dans les étapes précédentes du  développement jusqu’à l’époque actuelle. Contre sa volonté, l’homme a reçu des propriétés innées et s’est trouvé dans un environnement particulier, sans choix.

Et encore, il ne pense pas que tout cela était prédéterminé. Comme un enfant, il était tout simplement en train de jouer et de se sentir libre en raison de l’absence de sa mère, alors qu’elle avait simplement glissé hors de son champ de vision.

 De la conférence  sur un nouveau livre du  18/07/2011

Oubliez les superprofits

Dr. Michael LaitmanAvis: (Denis Barabanov, directeur du département d’analyse financière, Grandis Capital, expert.ru): «La clé est de garder le bon équilibre, si les gouvernements ne travaillent pas sur la réduction du déficit budgétaire,  cela pourrait conduire à une nouvelle crise  financière… .. La plupart des pays occidentaux vivent au-delà de leurs moyens. Maintenant il est temps de réduire les coûts et de revoir les priorités. »

Mon commentaire: Apprendre à vivre modestement est utile pour les affaires égoïstes, ainsi que le penchant à comprendre qu’il n’y a aucune autre option pour l’existence égoïste et qu’il n’y en aura jamais, et que toutes les tentatives d’étendre les affaires mènent à la faillite et à la perte de même ce que l’on a déjà.

Page 1 des 212