Il n’est pas bon d’ignorer sa maladie

Dr. Michael LaitmanLa souffrance, le chagrin, le niveau de la brisure doivent être révélés. Cependant, cela  peut soit se révéler  directement comme c’est, sans aucun adoucissement de la fin de la Lumière, soit cela peut se combiner avec la réalisation de sa nécessité, lorsque vous l’attendez comme une personne malade qui va consulter un médecin. Même si on peut avoir peur  d’être diagnostiqué avec une maladie,  on désire tout de même  la révéler afin de recevoir le remède.

Pourtant, il ya des gens qui ne veulent pas connaître leur maladie, bien que cela ne les libère pas de leurs problèmes par la suite.

Par conséquent, nous devons toujours aspirer vers la bonne direction vers l’unification et l’amour, vers la compréhension de l’objectif et du  plan de la création. En faisant cela, nous permettons au mal de  se révéler plus rapidement ! Cela signifie qu’ «Israël accélère le temps », ce qui signifie que je cours en avant, avant que le bâton me  rattrape pour me frapper.

Toutefois, cela n’est possible qu’en recevant en permanence  l’importance de l’objectif et  la révélation du  mal. J’appelle le mal délibérément, et non pas parce que je ressens de la souffrance en lui. Je n’aime pas ce que je ressens. La chose la plus importante est de révéler le mal par rapport à la bonté qui m’attend en avant qui est appelé le don sans réserve, l’amour.

Si je révèle des couches de l’égoïsme, en souffrant dans la forme présente, alors je vais passer par toutes ses phases (0, 1, 2,3) jusqu’à la dernière étape-4, où je vais comprendre que tout est construit sur ​​la révélation du côté gauche. Après tout, c’est seulement en révélant nos désirs vides que nous pouvons révéler la véritable réalité, dans laquelle  nous avons déjà existé

Du cours du 09.08.11 /, Écrits du Rabash

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed