Le monde entier se tient devant le Mont Sinaï

Pour que l’étude devienne un «élixir de vie » plutôt qu’un « poison mortel », elle  doit commencer par la volonté d’attirer la Lumière qui ramène vers le bien. Nous devons étudier et ouvrir le livre seulement en vue de notre correction.

La Kabbale et tous les autres livres saints, quelle que soit la langue dans laquelle ils sont écrits  (par exemple, le Talmud et la Mishna utilisent la langue des allusions et des allégories) sont des descriptions de notre connexion avec la Lumière, de nos états spirituels. Tous ces livres, écrits par des sages, les kabbalistes, au cours de toute notre histoire, parlent du monde spirituel, de nos états supérieurs.

Si une personne étudie dans le but d’atteindre les états et les degrés spirituels dont nous parlent les kabbalistes, comme un enfant qui veut grandir, alors elle atteint d’abord la connaissance de son propre mal. Il est écrit: «J’ai créé le mauvais penchant et en plus, la Torah, le moyen pour sa correction. »

Aussi longtemps que nous étions «en exil», tout cela était caché, mais maintenant nous commençons à sortir de l’exil définitif. Et tout comme lors de l’exode d’Egypte, nous sommes aujourd’hui à nouveau debout avant la réception de la Torah, si nous désirons devenir «comme un seul homme dans un seul cœur », pour atteindre la  garantie mutuelle, tout comme près du  mont Sinaï.

Une montagne de haine se révèle en face de nous (le Mont Sinaï vient du mot Sina – haine). Mais même malgré cela, nous nous unissons avec l’aide de nos points dans le cœur, la qualité supérieure, le Moïse en nous qui nous tire vers le haut et nous conduit à travers le désert, à travers la «période de préparation» vers l’entrée « dans la terre d’Israël, » qui signifie le désir pour l’amour du don sans réserve.

C’est ainsi que l’ensemble de l’humanité est debout devant la montagne de la haine aujourd’hui . Cela se révèle à nous comme un pour tous et on l’appelle la crise mondiale. Nous sommes tous dans le même état, mais pas tout le monde ne le comprend pas bien encore, semblable à la façon d’une foule de personnes qui inclut des personnes aussi différentes que des hommes, des femmes, des personnes âgées et des enfants qui comprenaient à peine ce qui se passait.

Pourtant, tout le monde commence déjà à ressentir cet état. C’est juste que certains ont déjà compris que la cause de tout cela est notre ego et la haine qui nous divise, alors que d’autres l’expérimente  encore comme une mauvaise situation financière. Chaque personne ressent une sorte de manque en fonction de ses qualités, son environnement et des besoins: une personne manque d’un appartement, un autre de fromage blanc, pour un troisième c’est autre chose, et ainsi de suite dans l’ensemble de l’humanité, pour chaque personne 

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 11/08/2011, Écrits du  Rabash

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: