Un lien fort est comme un enfant commun

Dr. Michael LaitmanLe lien entre une personne et une autre contient toujours une troisième composante – . le degré de leur connexion qui est commun à toutes les deux. Une connexion ne peut émerger qu’à condition qu’il y ait deux choses différentes qui varient en qualités ou états. Mais si elles sont différentes, comment peuvent-elles s’unir?

D’autre part, si nous ne sommes pas différents, alors de quel type de connexion nous pouvons éventuellement parler? Le mot même de «connexion» implique déjà qu’il y a une certaine opposition ou de différence entre nous. La connexion est la troisième composante, qui comprend quelque chose du premier et du deuxième, et crée un pont entre eux.

Ce troisième maillon intermédiaire est formé par l’inclusion des deux parties opposées l’une à l’autre de sorte que la seconde est présente dans la première, et la première dans la seconde. Puis un troisième corps émerge entre elles, qui est similaire aux deux à la fois.

C’est ce qui ressort de la structure de Bina , qui comprend GAR et ZAT, et plusieurs autres, différentes parties à l’intérieur desquelles se crée « Tsélem »– l’image du Supérieur pour les inférieurs. Ce n’est pas simple, car tout un système est créé de sorte que le Supérieur puisse venir vers l’inférieur et construire un certain degré de relation avec lui.

Et le Supérieur doit avoir une place qui est appropriée pour élever le niveau inférieur, appelé une «matrice » (Rékhem). Ce lieu est destiné spécifiquement pour celui du bas, mais d’autre part, il appartient au corps de celui du Haut.

Tous les systèmes appartenant à la connexion entre le Supérieur et l’inférieur par les règles de la seconde restriction (Tsimtsoum Bet), selon laquelle nous vivons, ont une structure très complexe. Ils comprennent des Partsoufim spéciaux appelé « cheveux » (Searot) et  des «vêtements» (Levoushim). Le Partsouf intérieur s’habille dans l’externe afin de se connecter avec le Partsouf inférieur.

C’est un système très complexe, c’est pourquoi, dans notre monde, nous ne savons pas comment construire la bonne connexion entre nous. Nous ne pouvons pas nous unir avant de révéler le désir intérieur de chaque personne et de devenir inclus l’un dans l’autre. C’est la garantie mutuelle. Et tant que nous n’y arrivons pas, nous ne saurons pas comment exister dans un système commun.

Nous devons nous comprendre les uns les autres et nous connecter à un point tel que je vais ressentir et accepter les désirs de tout le monde en tant que miens, et tous accepteront mes désirs. Seulement alors nous serons en mesure de nous connecter.

Si je suis connecté à tout le monde et qu’ils sont tous connectés à moi, alors nous nous connectons par le biais de parties qui sont devenues communes. Mais nous ne pouvons pas nous connecter via les parties  dans lesquelles nous n’avons rien en commun. Là, chaque personne demeure soi-même. C’est pourquoi chaque personne conserve ses qualités propres et ses désirs, qui incluent même toutes leurs formes égoïstes. Elle devient inclue dans les autres et agit seulement dans la partie où elle  est capable de créer une connexion avec une autre personne. Ce sont les lois de la connexion. 

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 17/08/2011, « La nation ».

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed