C’est la santé, et non la richesse, qui nous rend heureux

Dr. Michael LaitmanAux nouvelles (de The Independent): L’Office des statistiques nationales (ONS) du Royaume-Uni a tenté de «quantifier un phénomène qui a été jusqu’à présent l’apanage des poètes et paroliers plutôt que des statisticiens … un bonheur (ou plus exactement. Un bien-être) l’indice ….

«Tous les âges … semblent convenir que, les plaisirs éphémères sont mis de côté, il y a une sainte trinité quand il s’agit de la manière dont nous nous sentons positifs sur nous-mêmes et où nous vivons: Bonne santé, le fonctionnement des relations et un travail satisfaisant »

Mon commentaire:
Pour toutes les personnes, le bonheur du monde se résume à satisfaire ce qui suit:

  • Trois corps matériels des désirs enracinés dans le niveau «animal» le corps (nourriture, sexe, et la famille (amis));
  •  Trois corps«sociaux» des désirs, découlant de l’influence de la société (la richesse, le pouvoir ou la gloire, et la connaissance).

Des enquêtes réalisées dans chaque pays permettent d’identifier la façon dont les citoyens perçoivent le bonheur, car tout le monde a ces six désirs ci-dessus mentionnés. Mais dans chaque individu, ils sont exprimés dans une proportion particulière, tandis que dans chaque nation, dans une proportion spécifique pour une nation donnée.

Il y a une autre sorte de gens qui, à côté de ces six désirs, ont un plus grand désir de révéler le sens de la vie-sa racine, le Créateur. Satisfaire tous les autres désirs qui les intéressent que dans la mesure nécessaire à leur existence.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: