Nous sommes un écosystème

Avis: (Fritjof Capra , docteur en physique): « La définition standard qui est le plus souvent utilisée a été donnée par Lester Brown, fondateur du World Watch Institute, dans le début des années 1980. Il a écrit qu’une société durable est celle qui peut satisfaire ses besoins sans pour autant diminuer les chances des générations futures. » Des sociétés humaines durables peuvent être construites sur l’exemple des écosystèmes naturels, qui représentent des collectivités durables de plantes, d’animaux et de microorganismes.

Les six principes écologiques de Capra :

Réseaux

Tous les êtres vivants dans un écosystème sont interconnectés par des réseaux relationnels. Ils dépendent de ce réseau de vie pour survivre. Par exemple: Dans un jardin, un réseau de pollinisateurs favorise la diversité génétique, et les plantes, à leur tour, fournissent nectar et pollen aux pollinisateurs.

Systèmes imbriqués

La nature est constituée de systèmes qui sont imbriqués dans des systèmes. Chaque système individuel est un ensemble intégré et – en même temps – une partie de systèmes plus grands. Des changements au sein d’un système peuvent affecter la durabilité des systèmes qui sont imbriqués, ainsi que les grands systèmes dans lesquels il existe. Par exemple: les cellules sont imbriquées dans les organes au sein des organismes dans les écosystèmes.

Cycles

Les membres d’une communauté écologique dépendent de l’échange de ressources dans des cycles continuels. Des cycles au sein d’un écosystème se croisent avec de plus grands cycles régionaux et mondiaux. Par exemple: l’eau a un cycle dans un jardin et fait également partie du cycle global de l’eau.

Flux

Chaque organisme a besoin d’un flux continu d’énergie pour rester en vie. Le flux constant de l’énergie du soleil à la Terre soutient la vie et  dirige la plupart des cycles écologiques. Par exemple: l’énergie circule à travers un réseau alimentaire quand une plante convertit l’énergie solaire grâce à la photosynthèse, une souris mange la plante, un serpent mange la souris, et un faucon mange le serpent. Dans chaque transfert, un peu d’énergie est perdue en chaleur, nécessitant un apport en cours d’énergie dans  le système.

Développement

Toute la vie –  depuis les organismes individuels jusqu’aux espèces et aux écosystèmes –  change au fil du temps. Les individus apprennent et se développent, les espèces s’adaptent  et évoluent, et les organismes dans les écosystème évoluent ensemble.  Par exemple: Les colibris et les fleurs de chèvrefeuille se sont développés de manière à bénéficier l’un de  l’autre; la vision  des colibris des couleurs et des contours minces coïncident avec les couleurs et les formes des fleurs.

Balance dynamique

Les communautés écologiques agissent comme des boucles de rétroaction, de sorte que la communauté entretient un état ​​relativement stable qui a également des fluctuations continuelles. Cet équilibre dynamique procure de la résilience face aux changements des écosystèmes. Par exemple: les coccinelles dans un jardin mangent les pucerons. Lorsque les populations de pucerons baissent en nombre, quelques coccinelles meurent, ce qui permet aux populations de pucerons d’augmenter,  ce qui soutient un plus grand nombre de coccinelles. Les populations des espèces individuelles montent et descendent, mais l’équilibre dans le système leur permet de prospérer ensemble.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: