L’équilibre qui produit le développement

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam, « La Paix« : la providence avec grande sagesse procure un endroit sûr et capable de recevoir la vie. La providence lui donne aussi son pain quotidien en exacte quantité et elle lui prépare aussi une couverture merveilleuse dans le ventre de la mère de façon à ce qu’aucun étranger ne puisse lui faire de mal. Elle pourvoit à chacun de ses besoins comme une nourrice confirmée qui ne l’oublierait pas même pour un court instant, jusqu’à ce que la personne ait acquis assez de force pour venir dans notre monde…Comme une mère aimante, elle l’apporte à des personnes loyales et aimantes, appelées Mère et Père, à qui elle peut faire confiance, qui vont l’aider à travers ses jours de faiblesse jusqu’à ce qu’elle grandisse et soit capable d’assurer sa propre subsistance

Mais ceux qui examinent le point de vue existentiel ainsi que la raison d’être de cette réalité, peuvent clairement voir grand désordre et confusion, comme s’il n’y avait pas de dirigeant ni aucune providence. Chaque homme fait ce qui est juste à ses propres yeux, se bâtissant sur les ruines des autres, le mal prospère et le juste est piétiné sans pitié…
Il faut garder à l’esprit que cette opposition est placée devant les yeux de toute personne sensée et qu’elle a préoccupé l’humanité même dans les temps les plus anciens. De nombreuses méthodes ont essayé d’expliquer ces deux opposés présents dans la providence et qui résident dans un même monde.

D’une part, nous voyons que la nature est sage et assidue envers toute créature. Elle développe chaque élément successivement et avec précaution. Regardez la structure des organismes, leur capacité à croître, pour donner naissance à leur progéniture, et interagir. Tout est construit dans une forme intégrale, chaque personne a sa propre place et est en équilibre avec les autres. Si nous pouvions voir l’équilibre du monde, perturbées par le despotisme de l’homme, nous révèlerions un système merveilleux, celui qui n’est pas statique, mais parfaitement équilibré pour le développement.

Cependant, nous ne voyons pas les causes de ce développement et ne comprenons pas pourquoi tout doit être précisément de cette façon. Par conséquent, nous ne comprenons pas les phases de la trajectoire. Par ailleurs, nous les regardons à travers le prisme de notre égoïsme et nous l’évaluons en fonction de nos critères. Par conséquent, nous voyons le monde à l’envers, comme s’il se retournait au cours de notre perception.

Néanmoins, à partir de la recherche scientifique, il est claire pour nous que pour développer l’espèce, la nature a créé, produit, et formé  tous les systèmes nécessaires qui prennent soin de la créativité idéale.

Mais d’autre part, un problème se pose avec l’existence ultérieure. Une fois qu’une partie de la nature grandit et « se dresse sur ses propres pieds», elle commence la lutte pour la survie et l’intégration dans l’environnement sans l’aide des parents. Cela arrive à toutes les créatures vivantes, mais parmi les gens cela prend les formes les plus difficiles parce qu’une personne doit se préparer à la vie dans une société qui est complexe et artificielle, construite sur une multitude de mécanismes. L’envie et la soif de pouvoir s’enflamme en elle, la poussant à s’opposer à d’autres. D’autres semblent avoir été efficaces, alors qu’il semble être à la traîne derrière eux en raison de sa nature ou en raison des circonstances.

La Nature, qui a pris grand soin de nous quand nous grandissions, maintenant nous place dans des conditions qui nécessitent des efforts pour survivre. Alors le Créateur existe-il ou non? Si tout allait bien, alors nous dirions: «Dieu merci. » Mais si tout n’est pas tout droit, qu’est ce que vous pouvez dire?

C’est le problème que le Baal HaSoulam décrit avant de parler de la tentative de le résoudre. 

De la leçon quotidienne de Kabbale 31/07/11

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: