La condition de la liberté absolue

Dr. Michael LaitmanLe Créateur a tout créé pour faire plaisir à l’homme. Mais nous avons besoin d’un récipient, le désir, pour recevoir le bien qu’Il veut donner. Il voulait donner le plaisir dont Llui-même bénéficie: le don sans réserve. Il n’y a aucun autre plaisir dans le monde!

Toutefois, pour ressentir ce plaisir, nous avons besoin de la qualité opposée, le manque d’atteinte, car l’opposé de la volonté de donner sans réserve, est le désir de recevoir du plaisir. C’est pourquoi le Créateur créa le désir de recevoir du plaisir, une créature artificielle qui n’existait pas avant, comme une empreinte inversée de lui-même.

Et maintenant, la créature ressent ces opposés à l’intérieur d’elle-même. D’une part, elle estime qu’il est possible de profiter de l’atteinte de son désir. Mais alors, elle fait un calcul et commence à désirer le don sans réserve. Autrement dit, elle ne cherche plus la satisfaction.

Le don sans réserve n’est pas la satisfaction, mais une propriété, une envie de donner. En le don sans réserve, une personne ne devient pas heureuse de ce qu’elle reçoit en retour, mais l’action même du don devient la satisfaction pour elle. Alors que dans la réception, une action est distincte de l’accomplissement. Et quand la satisfaction entre en moi, je me sens heureux. C’est cela, mon désir et la satisfaction sont deux choses opposés, et j’ai besoin de beaucoup d’effort pour recevoir la satisfaction car elle est à l’opposé de moi.

Toutefois, dans le don le don sans réserve, j’ai seulement besoin de sentir que quelqu’un d’autre désire et le satisfaire. Et cette action particulière, par rapport à l’autre personne que je satisfais, devient mon épanouissement. Je ne m’attends pas à recevoir aucune récompense en retour. Mon plaisir est dans l’action de donner.

En raison de cette différence, une personne travaillant avec la réception doit toujours vérifier et évaluer: Combien ai-je donné, et combien vont-ils me payer? C’est parce que le paiement ne dépend pas de moi, mais de l’autre, combien voudrait-il me payer. Mais si je travaille dans le don sans réserve et que je ne veux que cela, je ne dépends plus de personne et je peux décider moi-même où est ma limite !

Par conséquent, celui qui marche le long du chemin du don sans réserve établit lui-même dans quelle mesure il veut être en lui. Et le Créateur est d’accord avec lui! Il n’y a qu’une seule loi générale du don sans réserve et de l’amour, qui remplit et enveloppe la création tout entière. Il n’y avait aucune restriction ou interdiction de don sans réserve! C’est pourquoi chaque créature peut décider elle-même à quel niveau elle veut être en relation avec cette qualité, cette pensée, et l’intention de donner sans réserve.

Ici aucun calcul combien j’ai fait et combien je serai payé. Il n’est pas nécessaire de craindre que je vais avoir moins, que je recevrais moins. Je suis dans cette loi générale du don mutuel sans réserve, enveloppant l’univers tout entier et le remplissant, car «il n’ya rien hormis Lui. » J’établis moi même à quel degré je veux être. Selon cette mesure, j’ai l’expérience de la révélation ou de la dissimulation de ma capacité à donner sans réserve, et c’est dans cette mesure que je reçois du plaisir.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 29/07/2011, article n°61 de Shamati

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed