Daily Archives: 27 août 2011

L’évolution de la conscience

Dr. Michael LaitmanNous commençons à nous développer et à croître à partir de ce monde, de la réalité la  plus basse possible, qui est descendue du monde de l’Infini à travers 125 degrés, à travers 5 mondes, au point le plus bas. Ayant atteint ce niveau bas, l’étincelle de la Lumière a franchi en se brisant le tout dernier degré spirituel dans ce monde et a commencé à former en elle la matière.

La matière a commencé à se concentrer, à se former, et  à unir une particule avec une autre. De cette manière commence le retour à la source – la correction de la   brisure. De celle-ci, a commencé notre Univers: les niveaux minéral, végétal, et animal de la nature.

Tous ces degrés sont le résultat de l’union de la matière dans des structures de plus en plus complexes, toutes les parties agissant au profit l’une de l’autre. La puissance de la Lumière, la puissance de la nature, unissent des éléments séparés, et forment ainsi la matière inanimée dans toute sa diversité intérieure. La matière est formée en raison de l’unification des particules opposées selon les lois particulières.

Et puis survient également la matière végétale, là où des particules opposées se connectent dans des structures encore plus complexes. Elles sont beaucoup plus écartées les unes des autres, mais elles s’unissent néanmoins. Puis la nature vivante émerge, dont chaque partie se sent séparée et souhaite maintenir son existence dans une forme égoïste. Toutefois, en raison de la force de la nature, chacune d’elles s’unit encore avec d’autres, et toutes  ensemble elles créent le vivant-un corps animé qui est capable d’exister en dépit du fait qu’à  l’intérieur de lui  existe une contradiction et l’unification d’éléments polaires.

Ils sont unis par une force spéciale -la force de la Lumière, la force du Créateur, la force du don sans réserve mutuel, en dépit de la  force de la création, une force égoïste qui existe à l’intérieur de chacun. Ces deux forces commencent à agir en harmonie commune.

L’harmonie est impossible s’il n’y a pas deux forces opposées qui, pourtant, s’unissent pour le bien d’un but, un intérêt commun, et certains états  plus élevés. Un état supérieur signifie des intérêts communs du corporel: le végétal ou le corps animé. Et puis, en raison du développement de la matière au niveau animé, elle atteint le niveau de l’être humain de ce monde, qui est une créature encore plus complexe, plus agressive et égoïste. Chaque créature à partir de ce degré  de l’« être humain dans ce monde » constate qu’elle est opposée à toutes les autres personnes.

Et quand elle arrive à la fin de son développement égoïste, la créature révèle que si elle veut exister davantage, elle a besoin d’une seconde force opposée,  la force du don sans réserve. La force de l’égoïsme s’est développée en elle, mais qu’en fait-elle  maintenant? Elle  ne fait que nous détruire.

À ce stade, nous comprenons que nous devons recevoir la force du don sans réserve, la force d’union. Le sentiment de l’absence de la force d’unification, sans laquelle nous ne pouvons pas continuer, est en fait ce sentiment d’une crise, de la rupture, de la destruction des anciennes valeurs. Elle se révèle  directement à l’intérieur de notre existence,  de notre vie. Nous  le découvrons dans absolument tous les domaines de la vie, dans toutes les activités d’une personne dans ce monde, que nous ne pouvons pas parvenir à l’équilibre, à  l’harmonie, et à la « vie » comme on l’appelle.

Après tout, la vie est construite sur la base de deux forces: la réception et le don sans réserve. Nous ne pouvons exister en agissant uniquement avec la seule force de l’égoïsme. Par conséquent, à la suite de notre développement, de notre évolution progressive, la nature nous amène étape par étape à la conclusion que nous avons également besoin d’une deuxième force: la force de l’union 

Du cours quotidien de Kabbale du 25/08/2011, Shamati

Banques européennes: la méfiance grandit dans l’attente de la nouvelle vague de la crise

Dr. Michael LaitmanAux  nouvelles (Tiré de « economicsnewspaper.com »): «Dans le contexte de la crise de la dette en Europe il y a une méfiance croissante parmi  les banques. Elles empruntent moins d’argent ….

«La méfiance des banques s’en  prend les unes aux autres selon l’évaluation de la Banque centrale européenne, étant donnée la crise de la dette en Europe. «Les banques préfèrent, dans certaines régions de la zone euro déposer l’excès de liquidité à la BCE, plutôt que de prêter à d’autres banques », a déclaré l’économiste en chef de la BCE Jürgen Stark  au journal «Handelsblatt» dans l’édition de lundi. « Nous prenons  ce signal au sérieux  ».

«Seulement  entre jeudi et vendredi dernier, les banques offshore Stark, ont déclaré 90,5 milliards € à la BCE, plutôt que de déposer l’argent à emprunter auprès d’autres banques. La situation n’était pas encore comparable à la situation de l’automne 2008. Après la faillite de la banque américaine d’investissement Lehman Brothers qui était soit disant à cette époque le marché interbancaire, sur lequel les institutions financières se fournissaient des liquidités les unes aux autres, est tombé un  état de choc. Le rapport montre qu’à certains  moments  ont été déposés  à la BCE  200 000 000 000 €. (Abendblatt.de / dpa) »

Mon commentaire: Puisque la  dépendance mutuelle croît et se manifeste dans le monde, l’aliénation des banques les unes aux autres conduira à l’effondrement de l’ensemble du système. Cependant de ce fait, à la réalisation de leur mort, ils vont comprendre qu’il n’y a pas d’autre issue que la  connexion sous la forme de « garantie mutuelle ». Grâce à ces   crises (souffrances), la Nature(Le Créateur)  va amener l’humanité à la correction.

Une demande d’aide honorable

Dr. Michael LaitmanQuestion: S’il y avait une restriction à la réception, pourquoi ne ressentons-nous pas de la honte en élevant nos demandes et nos prières (MAN) En-Haut ?

Ma réponse: Nous ne sentons pas la honte parce que nous demandons de l’aide pour nous afin de réaliser le don sans réserve, et non pour notre propre bien. Ça n’a rien à avoir avec la honte de quelque chose !

Vous pouvez  riposter, « mais toute la correction se produit à cause de la honte ressentie par Malkhout du monde de l’Infini! »Cependant, je n’ai pas honte d’élever cette demande parce que je ne demande pas pour moi-même ; mais plutôt je ne demande pour moi-même que le strict nécessaire, afin que je puisse donner le reste  sans réserve !

Il n’y a pas de honte à cela. C’est juste à l’opposé, il y a l’honneur ici, pour moi, car je serai en mesure de donner  sans réserve  aux autres ce que nul autre ne peut leur donner! Tout le monde a de telles capacités uniques en ce que le travail effectué par un individu particulier ne peut être effectué par quelqu’un d’autre. C’est parce que chacun a sa propre racine personnelle dans l’âme commune.

Par conséquent, il est permis de demander la force de vivre et d’être en bonne santé, de recevoir les connaissances et les capacités -si ces choses sont nécessaires pour mener des actions de don sans réserve. C’est précisément ce qu’est  la « vie » dans le monde de la vérité.

Telle est mon existence: ma vie n’est possible que dans la mesure où je peux donner sans réserve. Mes actions sont exclusivement le don sans réserve. Et l’esprit qui  me traverse soutient mon existence, qui est destinée au don sans réserve. C’est ce qu’on appelle un état ​​spirituel. 

Du 4 ème partie du cours quotidien de  Kabbale du 25/08/2011, Préface à la sagesse de la Kabbale

 

La raison et ce qui est au-dessus de la raison

Dr. Michael LaitmanLa lumière nous élève à la foi au-dessus de la raison. Mais pour y entrer, une dimension supérieure, jusque-là inconnues doit être ouverte en vous, et c’est pourquoi c’est appelé le «salut du Créateur. » Et dans la mesure de cette ouverture à l’intérieur, vous commencez d’abord à obtenir « la raison », »« la connaissance », et à comprendre ce que « au-dessus de la raison » signifie.

Ces deux concepts sont révélés simultanément. Avant cela, nous sommes au niveau de la conscience animale, comme il est dit: « . Tout le monde est comme un animal mortel» Mais un «humain» commence à partir de ce moment. Un être humain est celui qui monte au-dessus de la raison. Nous obtenons la raison de la nature, et «la raison au-dessus» est ce qui est le plus élevé.

Le Créateur est au-dessus de la raison. Celui qui obtient cette opportunité est appelé un «humain», Adam, qui signifie « semblable au Créateur», et plus l’écart se situe entre la raison et la foi au-dessus de la raison, le plus élevé est le niveau de l’homme.

Une personne ne sait pas à l’avance ce qu’est la foi au-dessus de la raison. Elle n’a aucun contrôle sur sa révélation: Cela lui est donné d’en haut, comme l’aide du Créateur. Bien évidemment, ceci est un résultat d’ensemble de la personne et nécessite des efforts antérieurs en les complétant parfaitement. Mais à quel moment cela se produira, une personne ne le sait pas.

Elle se sent juste qu’elle avance: elle comprend davantage, ressent plus, devient plus intelligente, elle peut en quelque sorte contrôler ce qui se passe, et l’analyser plus profondément. Mais elle n’a pas de sensation spirituelle, un désir nouveau, dans lequel elle peut comprendre et ressentir le Créateur. Et ainsi elle avance jusqu’à ce qu’elle atteigne le point de départ, le point zéro, et c’est à partir de ce point, que légèrement elle va vers l’avant, vers cette dimension supérieure.

De la 1ère partie de la leçon quotidienne Kabbale 02/08/2011, n°207 Shamati

Fuyez le malheur

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment pouvons-nous maintenir la bonne intention et les bonnes pensées pendant et après le congrès?

Réponse: Au cours de ces heures, nous allons réaliser la préparation nécessaire, et ensuite à divers moments, vous reviendrez à elle. Je recommande fortement cela. Qu’est-il arrivé ici qui restera avec vous et dont vous sentirez l’importance de celui-ci.

Que vous le vouliez ou non, la vie dans un avenir proche va vous éveiller à un tel degré que vous ne serez pas capable d’oublier ce dont nous avons discuté ici. Si vous travaillez pour la correction, le message de la présente convention entrera directement comme une sensation positive. Et si vous négligez cet objectif, vous allez ressentir une sensation négative.

Donc, ne vous inquiétez pas, vous n’oublierez pas. Je ne m’inquiète plus de mes étudiants qui partent en courant. Le genre de vie qui nous attend va rapidement nous forcer à revenir au sujet. Après tout, nous sommes entrés dans une phase de correction de l’ensemble du monde. Vous pouvez avoir du retard pour votre part, mais si vous ne voulez pas prendre des mesures indépendantes, la lumière va mettre le genre de pression sur vous qui éveilleront votre désir.

J’espère que vous allez avoir peur des gros coups et que cela vous obligera à aller de l’avant sans attendre d’être piquer douloureusement par derrière. Je dis cela en toute sincérité. Je veux que vous exécutiez les coups et c’est pourquoi je pose les choses si durement.

 De la leçon 1,  de la convention d’Allemagne  05/08/2011

La loi de l’existence de l’âme

Dr. Michael LaitmanLa seule façon dont nous pouvons nous rapprocher de l’observation du principe de l’amour du prochain est placée est la condition de garantie mutuelle. Et pour y parvenir, nous devons suivre les conseils des kabbalistes « à la lettre», sinon nous ne réussirons pas.

Le Baal HaSoulam écrit dans une de ses lettres que si une personne même légèrement dévie du droit chemin, plus elle avance loin, plus grande devient sa déviation et son erreur. C’est de cette manière qu’elle s’écarte complètement de la direction vers le but, bien qu’elle ne se sente pas qu’elle a erré sur le chemin parce qu’elle s’écarte de lui un peu à la fois. Mais à la fin, tous ces écarts s’additionnent et deviennent une très grande erreur.

C’est pourquoi les personnes qui décident d’aller vers ce but doit avoir une loi, une charte. C’est comme le Rabash écrit: «Nous sommes réunis ici pour établir une société …» Et le principe est pour chacun de se connecter avec le but de s’annulant soi-même avant le reste, au-dessus tous les obstacles et les perturbations qui viennent d’en haut, la force supérieure, que nous la voyions ou non.

Tout vient de Malkhout du monde de l’Infini, où nous sommes tous reliés: la Lumière et le récipient. Tous les désirs et les Lumières existent dans le monde de l’infini dans l’unité absolue et l’adhésion, dans l’état initial créé par le Créateur, ou l’état de la correction finale (État 1 et État 3). Cependant, nous nous sentons comme si nous existons dans l’état intermédiaire (état 2), soit quelque part le long de l’échelle spirituelle, voir en dessous, sur son tout dernier degré appelé «notre monde».

C’est pourquoi tout ce qui nous arrive vient de Malkhout du monde de l’Infini. C’est le seul endroit où nous devons nous tourner pour obtenir de l’aide-la forme où nous existons comme un seul homme avec un cœur, plein de révélation du Créateur, la Lumière, selon notre ressemblance avec Lui.

Et la règle du «Aime ton prochain comme toi-même » est la loi de l’existence de l’âme collective qui existe dans le monde de l’Infini. C’est pourquoi cette loi est vraiment une « grande, règle générale» ou, comme Rabbi Akiva a dit, un récipient énorme pour toute la Lumière infinie qui devient révélée en lui.
De la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale 20/07/2011, l’article du Rabash

Distance extérieure et proximité intérieure

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam, L’étude des dix Sefirot, partie 1, « Tableau des réponses pour le sens des mots, » Question 48: Qui est « proche » (Karov)? Plus la Tsoura  (forme) [désirs] est proche de l’autre, plus proche ils se considèrent comme étant.

La distance et la  proximité sont évaluées uniquement en fonction de l’équivalence de forme, de la correspondance des propriétés. Mais la correspondance des propriétés ne veut pas dire que je suis identique à Lui. Après tout, je ne peux rien changer en moi. Mais selon la façon dont j’utilise mes propriétés, mes désirs, et comment ils deviennent semblables à la façon dont l’autre utilise les siens ou les siennes, nous mesurons notre proximité en conséquence.

On peut être très grand, tandis que l’autre très petit. Mais si celui qui est petit désire acquérir la même forme que le grand, il est considéré comme quelqu’un qui est proche de ce dernier, qui s’attache à lui et se trouve dans ses mains ou à l’intérieur de lui. Tous ces éléments sont des degrés  différents de connexion entre les Partsoufim.

On peut être trouvé à l’intérieur de l’autre s’il s’annule complètement lui-même et accepte de permettre à celui supérieur de travailler sur lui tout le temps, alors que le premier a juste besoin de trouver la force de renoncer à lui même. Cet état est le plus familier pour nous, et est considéré comme « embryon ». C’est l’étape de la montée initiale à des degrés spirituels supérieurs.

Une fois qu’il est né, il pourrait sembler que, maintenant qu’il est à l’extérieur: Il ne s’agit pas d’un tel lien très fort, comme celui qui existait à l’intérieur. Mais étant à l’extérieur, il complète la connexion qu’il avait à l’intérieur avec son égoïsme, qui est maintenant corrigé. Et donc, bien qu’il ne soit plus un embryon mais un « petit » enfant (Katan) assis dans les bras de l’adulte, il s’attache toujours à lui. Son existence apparente à part le grand n’est que la forme extérieure. Mais cette différence nous montre l’ego corrigé qui peut exister même en dehors de la forme supérieure, et pourtant, il reste attaché à lui.

La troisième forme, c’est quand il n’est plus dans un état d’ «allaitement» (Yenika) dans les bras de celui supérieur, dans un petit État (Katnout), mais dans  les transitions vers l’âge adulte (Gadlout) et se situe à côté de l’adulte. Et puis il a déjà son propre «corps» et un monde. Entre eux, il y a maintenant une distance qui ne lie pas les deux par un «cordon ombilical» ou l’allaitement.

Cependant, toute cette séparation n’est que dans nos yeux, tandis que dans un état spirituel, cela signifie qu’il a atteint une connexion encore plus grande, une nouvelle forme de l’adhésion. Même existants totalement en dehors de celui supérieur, il fusionne avec lui complètement. Après tout, même si tous ces désirs semblent exister en dehors de l’autre ils sont incapables de se séparer.

Ce sont les étapes que nous traversons: l’embryon, l’allaitement, et la maturité. Mais tout commence avec un total renoncement de soi, quand on a du mal à passer outre tous les obstacles c’est ce qui nous sépare de celui supérieur.

De la 3e partie de la leçon quotidienne de Kabbale 07/07/2011, Talmud Esser Sefirot

Tirez les leçons des crises

Dr. Michael LaitmanOpinion: (Harold James, professeur d’histoire et d’affaires internationales à l’Université de Princeton, professeur d’histoire à l’Institut universitaire européen de Florence, auteur de la création et la destruction de valeur: Le cycle de la mondialisation): «Les crises, surtout celles qui sont très graves, sont souvent des occasions d’apprentissage. Malheureusement, jusqu’à présent, le monde semble avoir appris très peu de la récente crise financière …. 

«Apprendre des crises est en partie un exercice dans l’analyse de ce qui n’allait pas. Mais il s’agit aussi de trouver des solutions. Collectivement, nous avons bien fait sur la précédente, et très mal sur cette dernière. …

« Nous ne savons pas comment traiter les problèmes budgétaires posés par la crise financière ….

« En conséquence, l’incertitude budgétaire touche tous les grands pays industriels, et produit une paralysie politique. Ainsi, alors que nous comprenons très bien ce qui pourrait avoir produit la crise financière, nous nous retrouvons impuissants à tirer des leçons utiles d’elle.  »

Mon commentaire: L’erreur, c’est qu’ils pensent qu’ils connaissent les causes de la crise. Par conséquent, la solution est incorrecte. La cause de la crise est que l’humanité « s’est effondrée »  à partir d’un système fragmenté en un système intégral, mais ses dirigeants continuent de fonctionner selon les anciennes méthodes en raison de l’inertie et d’un manque de compréhension du nouvel état du monde.

D’abord, ils doivent imaginer le nouveau monde comme un seul système fermé, entièrement interdépendant, comme une seule famille. Et sur cette base, ils devraient commencer à résoudre tous les problèmes régionaux, nationaux et mondiaux. Ils doivent trouver des solutions complexes, ensemble.

Une globalité, l’éducation obligatoire et intégrale doit être le principal point à l’ordre du jour afin de fournir des connaissances sur le monde nouveau à chaque citoyen de la planète. Pour ce faire, il est nécessaire d’utiliser tous les médias, d’exiger des connaissances intégrées complexes pour obtenir un certificat d’achèvement de la 1ère partie, 2ème partie, et ainsi de suite.

Seul en soulevant les masses au niveau des connaissances sur les lois modernes de la société, il sera possible de comprendre ce qui se passe et d’effectuer toutes les réformes sociales.

La principale tâche de l’Etat

Dr. Michael LaitmanAvis: (Alexander Paliy, politologue, gazeta.ua): « L’impact de l’assassinat de la foule en Norvège sur l’Europe sera double. La Société et les agences de sécurité sont maintenant obligés de suivre les caractéristiques psychologiques des personnes atteintes de différentes orientations politiques ou philosophiques, de restreindre leurs activités ….

« Il semble que dans une société libérale où les droits humains sont garantis, le terrorisme ne doit pas exister; un Norvégien ne pouvait pas tuer des Norvégiens. Maintenant la société reconnaît qu’un fondement idéologique doit être donné à une personne.  »

Mon commentaire: Tout le monde devrait apprendre les fondamentaux du comportement de similarité avec la nature d’une société mondiale intégrale intolérante d’un égoïsme étroit, du nationalisme, ou toute autre manifestation de l’égoïsme comme un vice détruisant l’humanité, comme une tumeur cancéreuse dans le corps humain. L’introduction d’une telle éducation pour la société tout entière doit devenir la principale tâche de l’Etat.

Vers la garantie mutuelle!

Dr. Michael LaitmanEditorial aux informations (par le professeur Y. Zair): Les événements des derniers jours ont montré que la société israélienne résiste minimisant la participation du gouvernement dans la gestion du pays car les gens veulent vivre dans une société unie qui ne prône pas une concurrence à tout prix, mais qui soutienne la garantie mutuelle, le soucis de l’autre, et une société plus humaine.

Toutes les classes sont liées les unes aux autres. La jeunesse nous donne une merveilleuse leçon de relations fraternelles entre les personnes.

 Il n’y a pas un seul parti en Israël, qui proclame l’égalité comme une valeur. Peut-être le phénomène que nous observons en Israël est l’un des signes avant-coureurs d’abord une nouvelle tendance dans le monde entier.

 Mon commentaire: Tout ce qui reste est de discerner comment tourner cette tendance dans de nouvelles relations sociales dans le but de révéler le monde nouveau, supérieur à l’intérieur d’eux.

Page 1 des 212