Les devoirs qui se font ensemble

Dr. Michael LaitmanBaal Ha Soulam: La Nation: …En observant la vie, nous voyons que le processus d’une nation ressemble vraiment à celui d’un particulier et le rôle de chacun dans la nation équivaut aux rôles des organes d’un corps. Ainsi dans le corps humain, les organes sont tenus de vivre en complète harmonie les uns avec les autres : les yeux voient, le cerveau avec leur aide pense et conseille alors que les mains travaillent ou luttent et les jambes marchent etc.… chacun se tient prêt et attend son rôle. Il en est de même pour les organes qui sont le corps de la nation : les conseillers, les employeurs, les travailleurs, les dirigeants etc.…doivent eux aussi agir entre eux en complète harmonie, pour que la nation ait une vie normale et une existence assurée.

 Comme la mort naturelle d’un individu est le résultat d’absence d’harmonie entre les organes, idem pour la nation, son déclin naturel résulte d’un obstacle précis dans ses membres, comme les sages en témoignent (Tossafot, Baba Metsia, chapitre 2) « Jérusalem fut détruite à cause de la haine gratuite existant à cette génération »

Il est évident que notre corps est capable d’une existence saine que si tous ses organes sont  reliés entre eux avec dévotion, où chaque organe connaît son rôle par rapport à l’ensemble du corps. Ensuite, l’organe fournit tout le corps avec ses travaux et toutes les substances, il donne et reçoit en pleine harmonie, selon des lois correctes et la correspondance entre eux.

C’est clair pour tout le monde. Cependant, nous ne réalisons  toujours pas que cette loi fonctionne  à  l’échelle de toute la création, de  l’univers entier. Même si des explosions ou des émissions ne se produisent que dans certaines parties du corps, en définitive, tout  forme ensemble un grand système vivant. Ainsi, il est fort possible que l’univers entier vive  en harmonie, tout comme un organisme, et c’est seulement nous qui ne le comprenons pas !

Une société humaine doit vivre de la même manière. Petit à petit, nous nous rapprochons du fait de réaliser qu’un certain processus nous conduit à une forte connexion et  à une  dépendance les uns envers les autres. Nous avons juste besoin de clarifier ce qu’il y a dans cette interdépendance, croissante et de plus en plus évidente,  que la connexion dépend de nous et de  ce qui est mis sur la nature.

La nature est constamment en train de nous révéler  notre interdépendance, et notre tâche est de  lui répondre : en se connectant  correctement. C’est comme la façon dont une vie régulière nous joue des tours en nous donnant des problèmes et des exercices, en nous poussant, en  exigeant le changement, pendant qu’en réponse nous devons changer, faire tous les exercices, et nous adapter à ce monde.

C’est ce qui se passe de nos jours. Nous n’avons pas d’autre choix que de comprendre que la nature nous offre une nouvelle forme de relations, que nous ne pouvons discerner encore. C’est pourquoi il est important de décider comment l’accepter et faire correctement l’exercice que nous avons reçus aujourd’hui. 

De la 4e partie du  cours quotidien de Kabbale du 17/08/2011, « La Nation »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed