Deux pôles connectés en un seul but

Dr. Michael LaitmanQuestion : Qu’est ce que la «Vérité et la Foi»?

Réponse : La vérité est une juste récompense et une juste punition, quand je travaille et reçois ce que je mérite par mon travail.

Cependant, nous voyons que la vie ne suit pas toujours ce principe. Et une personne qui travaille plus que tout le monde ne reçoit pas nécessairement plus que les autres. Si cela était le cas, le monde serait relativement simple.

Mais pour nous sortir de ce carcan égoïste, le Créateur fait Ses calculs et nous trouble grandement. Ainsi, nous voyons qu’un calcul juste, vrai ne transparaît pas toujours, et qu’il y a une place pour la foi, c’est-à-dire de l’espoir pour la bonne fortune ou une aide supérieure au-delà de sa propre compréhension.

La foi détruit le principe de la vérité équitable. C’est pourquoi, les gens deviennent si confus dans ce monde et espèrent un miracle, une bénédiction ou une guérison miraculeuse. La même confusion existe aussi bien sur le chemin spirituel : D’une part, tout nous est donné proportionnellement à notre propre effort, mais de l’autre, tout dépend de la chance.

Une personne doit travailler afin de réunir ces deux principes en un seul. Il est écrit : « Ta descendance sera nommée par Isaac, mais sacrifie-le ». Ce qui signifie, d’une part, tu le verras donner naissance à tes « petits-enfants », à tous tes descendants jusqu’à la fin de la correction, mais de l’autre, il doit être anéanti. Comment cela est-il possible ?

Maintenant, cela ne nous est pas clair, mais cette assertion constitue le tout premier principe permettant d’entrer dans le monde spirituel, principe qu’Abraham dût adopter selon cette histoire. Une personne corrige sa vision de telle manière, que pour la première fois, elle est en mesure de joindre deux opposés en un seul.

Cela signifie qu’il est monté au premier degré et qu’il a maîtrisé un principe spirituel, selon lequel deux opposés fusionnent en un seul tout. Et maintenant, il sait comment travailler simultanément avec la raison et la foi au-dessus de la raison – avec la haine, les crimes que couvre l’amour

Si une personne commence à saisir ce principe et en tient compte dans son travail, même sans l’avoir encore réalisé, elle ne fera plus l’expérience des obstacles difficiles qui la poussent par arrière. Elle sent que ces mêmes obstacles sont censés la faire avancer et voit que toutes ces contradictions ne sont pour elle qu’une occasion de s’élever. Et alors, elle s’élève.

Au contraire : «L’orgueil de l’homme doit le faire descendre ». S’il n’accepte pas cette condition et n’est pas disposé à unir deux opposés en un seul, cela devient un obstacle infranchissable. C’est pourquoi il sort de la piste et quitte la voie.

Par conséquent, il est important de se diriger correctement directement vers le monde de l’Infini, en comprenant que la différence entre ce monde et le prochain est dans notre capacité à réunir les deux pôles en un seul. Cela nous donne une direction, tout comme choisir un but.
Ce principe est exprimé de diverses manières : «Israël, la Torah, et le Créateur sont un »; les montées et les descentes, qui doivent devenir un tout; le groupe et moi devrions travailler ensemble pour que j’investisse en lui au moment de l’ascension et que je reçoive de lui au moment de la descente, ce qui signifie donc que le groupe me sert de courant électrique «de redresseur».

La principale conclusion qui en découle à l’égard de ce monde, c’est que nous ne devons pas détruire une seule qualité,  en nous ni dans le monde. Nous devons les amener toutes à la correction et les combiner en un seul tout—nous élever au-dessus d’elles en s’unissant avec le Créateur.

Nous ne serons pas en mesure d’établir une bonne vie et une société juste dans notre monde, si nous ne nous unissons pas entre nous comme des égaux. C’est-à-dire que tout le monde travaillera pour le bénéfice de la société dans la mesure de sa capacité et recevra selon ses besoins.

Mais nous ne pouvons remplir cette condition, que si nous aspirons à cela dans le but de s’unir au Créateur, ce qui signifie pour le bien de l’attribut de l’amour et du don, qui unit nos propriétés opposées en un seul état infiniment.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 23/08/2011, art. n°43 Shamati

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: