Est-ce l’économie ou quelque chose de plus?

Dr. Michael LaitmanCe que les économistes, les politiciens, les sociologues et les politologues appellent aujourd’hui à une «crise», n’en est pas une en réalité. La vraie crise arrive quand une personne doit soit trouver une réponse, soit mourir. Les kabbalistes écrivent que cette condition apparaîtra, alors nous devrons révéler la méthode de l’unité et de la garantie mutuelle et la présenter au monde. C’est le destin du peuple d’Israël.

C’est pourquoi tout le monde blâme les Juifs pour leurs propres problèmes. Nous devrons tout d’abord expliquer au peuple juif que nous devons réaliser la garantie mutuelle, que sans cela nous ne résoudrons aucun problème. Nous ne pouvons pas exister dans une forme rationnelle, cela est possible uniquement au-dessus de la nature, dans la garantie mutuelle. C’est ce vers quoi nous pousse la situation actuelle, et les gens commencent à le sentir.

La vague de protestations, qui n’est pas encore terminée, est une réaction interne des gens à la nécessité de faire quelque chose avec eux-mêmes. Les gens demandent la justice sociale, du logement, des salaires plus élevés, toutes sortes d’avantages, mais en réalité, il n’en est rien. Ce n’est pas un hasard si le chef de la commission  du changement social, écrit que ces revendications contiennent un désir de compensation interne, mais pas d’argent. Il manque quelque chose à l’intérieur de la personne, et elle ne se plaint généralement pas de problèmes matériels. Finalement, comme en conclut la direction de la Commission, les gens manquent d’amour et d’unité.

Et cela est vrai. En observant les lois de la nature, nous verrons que c’est ce qui nous est demandé. La crise actuelle est globale et intégrale. En d’autres termes, nous découvrons que nous sommes liés les uns aux autres, que nous dépendons les uns des autres, et que nous sommes reliés par d’innombrables technologiques, virtuelles, commerciales, et par d’autres liens, si fortement qu’il est impossible de les briser. Notre interdépendance est devenue vraiment totale.

Nous sommes fusionnés les uns aux autres, nous haïssons les autres, nous nous sentons insécurisés et impuissants dans cette masse de sept milliards de personnes, qui exigent de chacun, se plaignent, et montrent de la cruauté. Il n’y a pas de fin. Chaque moment, la nature nous « compresse » de plus en plus, et nous ne savons pas comment y échapper, comme un couple marié qui se haït l’un l’autre, mais toujours en instance de divorce et qui se dispute entre quatre murs.

C’est ainsi que nous ressentons la réalité aujourd’hui. Les kabbalistes écrivirent que c’est un état merveilleux, que la nécessité de trouver une solution au problème se manifeste enfin dans la nation et dans le monde. Tout d’abord, ce sera la solution économique, dont dépend notre vie matérielle. La Nature commence par les choses élémentaires et nous pousse vers l’unité. En conséquence, nous devrons nous unir juste pour nous sauver, comme dans les temps anciens lorsque les fils d’Israël ont dû fuir la famine en Egypte. Littéralement, le même processus se déroule à notre époque.

De la leçon 1, la Convention Achziv 01/09/2011

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: