Pas des boulons, mais les créateurs d’un nouveau monde

Dr. Michael LaitmanIl est extraordinairement difficile pour nous de changer les idées que nous avons formées au cours de toute notre vie. En fait, c’est tout simplement impossible. D’une façon ou d’une autre, nous restons avec notre perception périmée, même s’il semble que nous sommes en train de changer. En fait, rien ne bouge. Cependant, maintenant nous devons changer notre perspective erronée pour en acquérir une nouvelle, et ce changement doit se produire dans le monde entier. Alors, où pouvons-nous acquérir cette nouvelle perception, cette vision intégrale ?

Supposons que demain tout le monde veuille se transformer en un réseau solidaire où chaque personne consacre toute son énergie à travailler pour le bien de la société (même si aujourd’hui personne ne veut cela et ne le ressent de cette manière, mais permettons nous de rêver un instant). Comment saurons-nous comment construire ce système, comment être connecté et interagir l’un avec l’autre ?

Comment peut-on construire un tel gouvernement et une telle société, la production et le commerce, car tout cela doit exister aussi longtemps que nous vivons dans un corps matériel ? Par conséquent, nous sommes obligés d’organiser l’ensemble du système des relations qui assure notre vie sur terre afin de satisfaire les besoins de nos corps animal.

Pour ce faire, nous avons besoin de nombreux systèmes, mais comment les construire selon les lois de l’attribut du don, où chaque personne est libre et peut agir librement pour donner aux autres de façon maximale, où chaque personne sait ce qu’elle doit faire dans cette machine parfaitement organisée, dans laquelle tous les rouages ​​tournent harmonieusement ? Cela semble être une utopie, alors comment est-il possible de faire réellement cette transition ?
Il est possible d’écrire un roman sur ce sujet, mais comment pouvons-nous rationnellement imaginer une structure économique qui convienne à une telle société, au gouvernement et au système judiciaire, ce mécanisme tout entier, des éléments les plus larges aux moindres boulons, y compris l’approvisionnement de biens, les soins pour les personnes âgées, les familles ou les enfants, la construction et la culture ? L’organisation de tout cela est très complexe car tout doit fonctionner en un « mouvement perpétuel » sans utiliser le carburant auquel nous sommes habitués !

Tout doit fonctionner sur une autre source d’énergie – l’amour du prochain. Mais d’où viendra-t-elle ? Si je la reçois simplement d’en haut, de la façon dont maintenant je ressens de l’amour pour mes propres enfants, je fonctionnerai alors à nouveau de façon automatique, comme une machine. Alors, quelle est la différence ? Au lieu d’être dirigé par un amour égoïste, je le serai par l’amour du prochain, quel est le changement ?

Par conséquent, nous devons construire une chose sur l’autre, pour  travailler au-dessus de la résistance, l’ascension, la sensation de nous-mêmes entre deux mondes ou deux désirs, où chaque personne s’élève constamment au-dessus de son égoïsme, qui le retient sur terre.

De la 5ème partie du cours quotidien de Kabbale du 06.09.11, « La Nation »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: