Daily Archives: 11 septembre 2011

Les kabbalistes sur la perception de la réalité, la partie 14

Dr. Michael LaitmanChers amis, s’il vous plaît, posez des questions sur ces passages des grands kabbalistes. Les commentaires entre parenthèses sont les miens.

Tous les changements sont dans le désir, non dans la Lumière

Nous ne pouvons parler que de là où nos sens sont impressionnés par la lumière qui se répand, laquelle est « Son désir de faire du bien à Ses créations », laquelle parvient aux récipients dans les faits.

Pareillement, quand nous examinons une table, notre sens du toucher sent que c’est quelque chose de dur. Nous discernons également ses longueurs et profondeurs, tout en fonction de nos sens. Cependant, cela ne nécessite pas forcément que la table apparaisse ainsi à quelqu’un ayant d’autres sens. Par exemple, aux  yeux d’un ange, lorsqu’il examinera la table, il la verra en fonction de ses sens. De là, nous ne pouvons déterminer aucune forme selon un ange, puisque nous ne connaissons pas ses sens.

– Baal HaSoulam, Shamati (j’ai entendu), l’article n°3, «la question de l’accession spirituelle »

Crise: connexion par une explosion

Dr. Michael LaitmanQuestion: Lors de la brisure, comment se fait-il que le supérieur savait que la créature allait se casser, mais répondit encore à sa demande?

Réponse : Bien sûr, le supérieur savait. Il organisa Lui-même la brisure ! Sinon, comment Malkhout se connecterait-elle à Bina s’il ne l’avait pas brisé ?

Lorsque les gens parlent de la crise actuelle, ils se réfèrent également à elle comme étant une sorte de rupture (le mot «crise» vient de la même racine). Mais ce n’est pas correct. Une crise est la création d’une connexion entre deux qualités qui ne peuvent pas se connecter d’un autre façon.

En technologie, nous utilisons souvent cette méthode de connexion, lorsque les forces défensives de certains matériaux doivent être détruites afin de les connecter à un autre matériau. Cette méthode est utilisée pour souder les métaux, pour les incorporer l’un dans l’autre. Quand des choses ne peuvent pas se connecter, nous devons alors détruire leurs forces défensives, les frontières entre elles, et les forcer à se connecter, à entrez l’une dans l’autre. Cela devient possible grâce à leur brisure, par la force, au moyen d’une explosion.

Pourquoi devons-nous faire exploser et casser des choses, cela peut paraître étrange, mais nous ne les cassons pas, au contraire, nous réalisons une connexion. Et il nous serait impossible de nous connecter l’un avec l’autre, si chacun d’entre nous ne cassait pas sa barrière défensive. Après tout, la force de l’égoïsme, la force du désir de recevoir du plaisir, qui existe dans toutes les matières, ne permettra jamais à quiconque d’entrer sur son territoire. C’est pourquoi nous devons utiliser une force spéciale contre la force de l’égoïsme, ce qui briserait ses limites, afin d’introduire en elle un deuxième matériau, un second attribut, comme un invité indésirable.

C’est ce qui arrive lors de la rupture avec Bina et Malkhout. Mais si Malkhout ne reçoit jamais la qualité de Bina, elle ne sera pas capable de se corriger. Et elle ne peut pas recevoir les qualités de Bina, car elle a mis des restrictions sur elle-même, des écrans défensifs – elle ne souhaite rien recevoir. Elle doit être brisée par la force ! Elle ne sera jamais d’accord de le faire d’elle-même.

Elle ne sera pas d’accord de se briser et de recevoir pour son propre bien. Pourtant, sans la révélation du désir de recevoir égoïste, il est impossible de révéler les vraies qualités de Malkhout qui sont opposées au don et qui ne lui permettent pas de l’atteindre.

C’est pourquoi la brisure fut réglée d’en-haut. Nous l’appelons ainsi, mais en réalité, c’est la connexion de Malkhout et Bina, car dès qu’elle arrive, les qualités de la miséricorde et de la justice s’entremêlent.

A la fin, nous obtenons Bina et Malkhout, qui sont étroitement liées l’une à l’autre, mais brisées. Cela est aussi une atteinte, car même si elles se sentent éloignées du Créateur, elles ont la capacité de corriger cette distance, car elles sont connectées !

Il s’ensuit que la brisure est une grande correction dans la construction d’un récipient. Il est impossible pour nous d’atteindre la suite ou toute correction, sans cet état intermédiaire. C’est pourquoi nous avons besoin de voir un tournant, un point de «bifurcation», dans la crise actuelle-une possibilité de virage serré menant à un état totalement nouveau.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale du 04.09.2011, Préface à la sagesse de la Kabbale

Avant que le supérieur ne nous tourne le dos

Dr. Michael LaitmanLe succès de nos jours dépend de la façon dont nous exécutons le programme de la nature. La nature veut nous connecter, et aujourd’hui, elle nous le montre clairement de son côté, la partie de la force supérieure. Cette force se rapproche de nous, pour que nous la révélions, mais nous la percevons comme le mal.

Le supérieur vous révèle sa partie inférieure, le AHP, pour vous donner l’opportunité de vous joindre à lui. Il se révèle comme la forme du don, mais vous le percevez comme les ténèbres, la confusion, et la faiblesse. Et maintenant, indépendamment de tout cela, vous devez vous attacher à Lui.

Nous percevons des degrés voisins: le supérieur et l’inférieur. Et maintenant le degré supérieur, AHP de Bina, Elohim, le Créateur, nous est révélé au plus petit degré. Et nous devons faire un effort pour le percevoir avec compréhension. Telle est la nature, et rien ne peut être fait à ce sujet: Elle se révèle à nous, en montrant que nous devons être connecté.

Le AHP du degré supérieur l’exige de nous, en nous révélant la forme voulue, que nous devons accepter, et ainsi nous nous sentirons bien. Sinon, Il brillera pour nous, mais Son éclat sera pour nous l’obscurité, non la lumière (Ohr), mais la nuit (Orta). Et nous continuerons à recevoir de Lui cette influence, jusqu’à ce que nous nous sentions complètement mauvais, et nous aurons toujours besoin de changer sous la pression de ce mal et d’être d’accord avec Sa puissance.

C’est pourquoi ce que nous appelons la crise, n’est pas une crise dans la réalité, mais la révélation du degré supérieur, vers lequel nous devons nous élever. Plus vite nous comprendrons cela, plus ce processus tout entier nous sera facilité, processus par lequel nous devrons passer d’une façon ou d’un autre, de force ou de grè.

C’est pourquoi nous allons vers les gens et essayons de l’expliquer à tout le monde. Et plus les gens découvrent ce sujet, même s’ils n’écoutent pas ou ne comprennent pas bien, si cette information pénètre en quelque sorte les masses, elle commencera à les influencer. L’opinion de masse a un pouvoir spécial, car il est basé sur un grand nombre de gens, et c’est pourquoi les gens commencent soudainement à ressentir et à comprendre cela.

Ils vont commencer à agir dans le sens de l’unité, sans même savoir pourquoi ce désir soudain est apparu en eux. Si l’opinion se répand à travers les masses, il sera suffisant d’entendre une fraction d’un mot pour qu’il devienne évident pour tout le monde qu’ils doivent se connecter, et que c’est une bonne chose.

Cet état se réfère à la révélation du Créateur à Sa créature, une fois qu’Il est prêt à être en contact avec nous au tout premier degré. Et c’est pourquoi ce degré nous révèle sa partie inférieure, AHP. Mais nous appelons cela une crise – un manque de correspondance, d’équilibre, de connexion, d’harmonie et d’homéostasie entre l’inférieur et le supérieur.

Nous devons équilibrer nos qualités avec les Siennes, parce que la loi qui oblige à correspondre à la gouvernance supérieure fonctionne partout. Quand nous ne lui correspond pas, nous souffrons, et si nous commençons à y correspondre, nous serons heureux. Mais le supérieur ne change pas, il essaie simplement de nous rendre ses qualités plus clair -Son AHP, auquel nous devons nous attacher.

Et quand nous ne le faisons pas dans notre état actuel, Son AHP fonctionne selon un programme préétabli et progressivement se révèle de plus en plus. C’est comme s’Il nous tournait le dos, jusqu’à l’obscurité venant de Lui nous devienne totalement insupportable. Alors, sous l’influence de coups et de grandes souffrances, nous devrons faire quelque chose de nous-mêmes.

Le supérieur se révèle toujours dans une forme plus élevée, sous la forme d’une idée, et nous donne ainsi une chance de nous développer. Il ne se révèle pas sous la forme d’un manque de nourriture ou de sécurité ; Il se révèle essentiellement comme un manque de compréhension, comme de la confusion et de l’incapacité à se contrôler. Il s’efforce surtout de développer en vous le degré humain, Il veut que vous compreniez, que vous soyez d’accord, et que vous commenciez à vous changer vous-même et votre environnement-de reconstruire votre degré, le monde entier, conformément à Lui

Mais si vous ne vous y conformez pas, Il se tourne un peu plus, car cela fonctionne comme un mécanisme en Lui, appelé « en son temps» (Beito), comme une horloge. Il continue d’afficher son AHP de plus en plus, et ainsi à la fin, vous devrez réagir. C’est pourquoi nous ne devrions pas attendre !

Nous pouvons dire que nous sommes ici déjà face à la pratique de la Kabbale.

De la leçon quotidienne de Kabbale 02/09/2011, Lettre du Baal HaSoulam

C’est le temps de la réalisation pratique de la Kabbale

Dr. Michael LaitmanNous ne pouvons exercer notre libre choix que dans le groupe, dans l’environnement, en choisissant un bon environnement dans lequel nous voulons construire le modèle de l’humanité corrigée. Et pour cela, nous devons utiliser le pouvoir qui vient de l’étude de la science de la Kabbale, la plus puissante de toute. La Kabbale décrit les états spirituels directement, et il est plus facile de garder l’intention correcte avec elle.

Pour nous aider à atteindre la bonne intention, nous avons reçu des livres écrits dans la langue de la Kabbale au lieu de la langue de la Mishna (les légendes) ou le Talmud. Et donc, nous nous réunissons dans un groupe et voulons construire entre nous une relation dans laquelle chacun est relié à l’autre. La situation extérieure nous invite à nous relier; elle fait pression sur nous et nous oblige à nous unir pour aider à répandre la méthode de la correction dans le monde.

Il s’avère que nous sommes dans la période où la Torah est incarnée dans le travail pratique intérieure. Et cette Torah est bénie et efface tous nos péchés. Ainsi, notre seul péché, qui est notre ego, l’intention égoïste, est corrigé.

Il n’y a rien de plus important que d’imaginer notre état corrigé à l’égard de la connexion entre nous, ainsi que la révélation du Créateur et l’adhésion à Lui de sorte que finalement nous arrivions à l’intention du pur don sans réserve.

Nous devons réaliser cet objectif pratiquement dans le groupe et dans l’humanité tout entière, et nous étudions la Kabbale seulement dans ce but

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 11/08/2011, Écrits du Rabash

Israël va-t-elle tombée victime de la « Révolution Business»?

Dr. Michael LaitmanDans les nouvelles: Avec la crise mondiale imminente dans son fondement, certaines parties tentent de transformer le monde et occupent des positions stratégiques avant que le monde entre dans une nouvelle réalité géopolitique. Il y a un nouveau produit sur le marché mondial: une révolution dans un pays de son choix.

L’organisation CANVAS, un fournisseur d’élite des révolutions, organisera tout de la meilleure façon possible. Ses révolutions sont tout à fait convaincantes, ses technologies universelles, efficaces et en tout lieu.

Le travail des professionnels de CANVAS est parfaitement officiel. Ils sont utilisés pour être financé par le gouvernement américain, mais maintenant l’argent vient grâce à des sponsors qui sont indirectement liés aux États-Unis.

S. Popovic, un des dirigeants de l’organisation, admet ouvertement que son «entreprise» a obtenu cinq révolutions réussies, même avant la montée du «printemps arabe».

Le produit offert permet à des régions entières d’être jetées dans le chaos, et puis, en utilisant leur faiblesse, établir un pouvoir sur eux en utilisant les leviers économiques, politiques et militaires.

Mon commentaire: Seule la compréhension de la nécessité de s’unir (la garantie mutuelle) au-dessus de tous les conflits va produire un résultat positif. Sinon, les gens finiront dans une grande tragédie.

Contrairement à tous les autres pays, Israël a l’antidote – l’union! Si nous nous unissons, alors la force supérieure va émerger dans la nation d’Israël, et alors rien ne sera capable de lui nuire. Par ailleurs, il n’a pas d’autre choix. Elle fait face à la menace d’anéantissement total ou à la rédemption totale. Il n’y a pas d’autre alternative.

« Quiconque est en deuil de Jérusalem, est récompensé de voir sa joie»

Dr. Michael LaitmanLes degrés plus élevés dans le monde spirituel diffèrent par leur qualité et non leur quantité. C’est la façon dont une personne sent la différence entre son intention égoïste et le don sans réserve par rapport aux autres personnes et le Créateur. Elle commence progressivement à comprendre que sa souffrance doit être construite sur sa connaissance du mal, la profondeur de son égoïsme.

Il est écrit: «Quiconque est en deuil de Jérusalem est récompensé de voir sa joie. » Quelle est cette souffrance et ce chagrin à ce sujet? S’agit-il de mon manque de satisfaction? Et cela se réfère à l’état préliminaire, les stades de développement « Lo Lishma. » Mais dans le même temps, parfois on comprend déjà qu’on ne doit pas faire des calculs pour soi-même.

Peut-être qu’une personne est prête à révéler qu’elle souffre parce qu’elle n’a pas reçu le désir -afin qu’elle puisse s’élever au-dessus. Elle ne veut pas être satisfaite dans ce désir, elle veut être satisfaite au-dessus, acquérir la possibilité de donner sans réserve  au lieu de recevoir. En d’autres termes, elle fait un calcul au-dessus de son ego.

Il y a beaucoup de « héros » qui sont supposés se surpasser et réprimer leurs désirs par le jeûne ou de faire d’autres efforts. Mais tout cela se fait selon un calcul égoïste. Un désir est tout simplement remplacé par un autre, un désir plus fort, et donc la personne se sent comme s’il y avait beaucoup à y gagner puisque tout dépend de l’importance.

Mais il est impossible de justifier l’importance de la spiritualité dans notre précédente perception-Je suis tout simplement incapable de ressentir ou de me convaincre que je dois atteindre la spiritualité. Il n’y a aucune justification pour cela.

Je peux imaginer que je vais avoir à la fois ce monde et le monde futur, l’éternité et la perfection. Mais il arrive un moment où je comprends que je n’ai rien. Alors, que dois-je faire alors, comment dois-je passer? L’énergie pour passer provient de la Lumière, à partir d’une source additionnelle d’énergie qui m’est révélée , qui me permet de s’élever au-dessus moi-même.

C’est pourquoi il existe différents degrés de l’état qu’un homme qui souhaite atteindre le monde spirituel traverse. Il est « censé » spirituellement ne pas savoir ce qu’il est, et seulement en quelque sorte s’imagine au niveau zéro de son égoïsme. Puis je descends au premier degré de mon ego, de construire le premier degré de mon avancement dans la spiritualité selon lui, et je commence l’évaluer un peu.

Et cela continue jusqu’à ce que je complète toutes les ruptures, toutes les chutes des temples de la sainteté que j’ai bâtis, vu, et a atteint en moi. J’arrive à un état où je révèle que tous ces désirs brisés de moi, sont en réalité, sainteté absolue.

Et tous les états passé, toute la «destruction de Jérusalem, » de la « ville idéale » ou « la peur absolue» (Ira Shlema), deviennent inclus en moi sur tous les degrés 1-2-3 du désir égoïste, jusqu’à ce que je atteigne le 4ème degré, la fin complète de la correction, qui n’est même pas ma propre correction, mais la correction générale. Tous ces degrés antérieurs déjà inclus en moi comme des degrés de sainteté, étant dans l’état du don sans réserve-même si ce n’est pas encore en valeur absolue le don sans réserve, un désir parfait (récipient). Cela va jusqu’à ce que je vois une « Jérusalem reconstruite» dans sa joie, la ressentant dans mon désir, la perception corrigée de la réalité.

Et puis je vois que tous les états passés ont été nécessaires pour moi afin de comprendre cet état parfait, où j étais dès le début. Il n’y a pas de moments différents ou des états différents-tout se passe seulement dans ma perception à la mesure de mon désir créé par le Créateur. Mais grâce à mes propres efforts je révèle ce qu’Il a créé, et pour cette raison j’acquiers un récipient parfait, État 3 de la fin de la correction.

Essentiellement, toutes les chutes et les corrections qui se produisent à l’intérieur de notre réalisation sur le chemin de la révélation de la perfection. Il s’ensuit que ceux qui «ne sont pas en deuil pour Jérusalem» ne mériteront pas de voir sa joie.
[

De la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale 09/08/2011, Écrits du Rabash

Lorsque les malades ne sont pas prêts à être soignés

Dr. Michael LaitmanIl y a trois étapes devant nous. Tout d’abord, nous devons réaliser le mal de notre égoïsme (1). Le réaliser à un tel degré, afin que nous voulions dépasser l’égoïsme, pour atteindre la qualité de Bina (2). Et puis nous atteignons Keter (3), ce qui signifie que nous utilisons notre égoïsme en vue du don sans réserve.

La première étape est la période de préparation. Puis, nous nous élevons au degré de Bina, nous percevons déjà le monde spirituel et devenons inclus dans le monde d’Atsilout. Ensuite, nous commençons à sensibiliser l’ensemble de notre mal dans le monde d’Atsilout, le transformant en bien, en don sans réserve.

Nous sommes seulement en mesure de réaliser toutes ces étapes avec la puissance de la Lumière. Il est écrit: «J’ai créé le mauvais penchant (notre égoïsme), et j’ai créé la Torah, comme un épice car la Lumière en elle ramène vers le bien » Le problème est que l’humanité n’est pas consciente de la force destinée à corriger notre égoïsme, et c’est pourquoi les gens sont très confus et ne savent pas comment continuer.

Un moment critique qui sera suivie par une vague de problèmes aussi graves que les émeutes de masse, des révolutions et des guerres entre les nations et les pays est arrivé. La Kabbale avertit que la situation ne peut arriver au point d’une troisième et même d’’une quatrième guerre mondiale. La souffrance va continuer à augmenter jusqu’à ce que l’humanité trouve la méthode de correction, le remède qui ne peut venir que de la Lumière.

C’est pourquoi la méthode de la Kabbale a été révélée à des personnes à l’aube des temps, il y a 5771 ans, quand l’égoïsme avait juste commencé à apparaître chez l’homme. Il a continué à se développer progressivement jusqu’à notre époque, le stade où nous commençons à percevoir notre égoïsme comme le mal. Et maintenant, les quelques personnes qui ont développé cette méthode de correction pour nous peut être enfin présentée comme un remède.

Il faut expliquer à l’humanité comme un médecin qui explique la maladie à son patient, en lui disant quelle maladie il a, ce que le traitement sera, et comment retrouver la santé car il s’agit d’un traitement. Et si on se dépêche et présente au monde le remède, les gens n’auront pas besoin de le chercher sous la pression des problèmes et de la misère qui va les obliger à trouver cette solution de toute façon.

Après qu’une seule personne ait tué plus de soixante-dix personnes en Norvège, la télévision norvégienne a interdit la cruauté et la violence. Pourquoi sommes-nous seulement capables d’apprendre quand les choses comme cela arrivent? Pourquoi ne pouvons-nous pas faire la bonne chose à l’avance? Sommes-nous vraiment si désemparés? Pourquoi avons-nous créé un environnement si terrible pour nos enfants et les avons forcés à apprendre l’hostilité et la concurrence? Pourquoi les jeux des enfants ne leur apprennent qu’à tuer ou profiter, autant que possible? Pourquoi ne pas leur donner le message d’unité? Après tout, en réalité nous nous tuons nous mêmes; nous scions la branche, sur laquelle nous sommes assis.

Faut-il un scénario norvégien ou une situation similaire dans une proportion massive qui menace d’une guerre mondiale pour nous réveiller? Est-ce la seule façon pour nous de comprendre que c’est assez, que nous ne pouvons plus faire cela? Nous ne voyons toujours pas l’avancement réel. Les gens ne sont pas de plus en plus intelligents. Quels autres malheurs attendons-nous? Nous ne pouvons pas les attendre!

Nous avons besoin d’aller vers les gens maintenant, être patient et bon avec eux, comme si nous nous adressions à un patient qui ne comprend pas pourquoi il se sent malade encore. La douleur ne couvre que les yeux et les oreilles un peu plus. Nous avons besoin d’être doux et compréhensifs avec lui. Même s’il est contre, même si il nous maudit et ne veut rien entendre, nous avons encore besoin de continuer à essayer, à chercher des moyens de s’approcher de lui d’une manière aimante mais décisive et de lui expliquer qu’il n’y a pas d’autre solution.

Nous ne rejetons aucune des méthodes, nous ne rejetons rien. A la fin de la journée, nous ne nous opposons pas directement à l’égoïsme, et c’est pourquoi nous ne prévoyons pas l’écrasement de mouvement, d’approche, ou de parti. Il est impossible, et nous n’avons pas besoin de détruire ces structures égoïstes, de la même façon nous n’avons pas besoin de détruire l’ego en nous.

Nous avons seulement besoin de lutter pour l’unité au-dessus tous les désaccords. Et puis toutes les différentes formes égoïstes en nous et dans le monde extérieur, culturels et tous les autres différences se transforment en don sans réserve, en amour et en unité. Chacun apportera sa contribution à cette unité, non pas par la contrainte, mais doucement, d’une manière positive.

De la leçon 3, de la convention de l’Allemagne 06/08/2011

Prenons le bon chemin vers l’unité

Dr. Michael LaitmanQuestion: Que pensez-vous de l’actualité et de la tendance actuelle, et en particulier, comment sentez-vous les événements qui se sont passés ces derniers temps en Angleterre et au Chili?

Malheureusement, le monde entier sera bientôt enveloppé dans un feu chaotique car il n’y a aucun remède pour ce qui est en train de se passer, et personne ne le trouvera non plus. Pourquoi n’attendez-vous pas dehors jusqu’à ce les gens voient que rien n’aidera, et alors ils seront d’accord pour vous écouter?

Il y a plusieurs années, lors de son poste en tant que policier militaire de Grande-Bretagne, l’historien, Gordon Brown, avec beaucoup d’autres personnes influentes ont dit que le monde était un. Ils ont compris que seule l’union de tous les gens donnera à ce monde la solution à toutes ces questions et toutes ces crises. Pourquoi, alors, n’ont-ils pas résolu ces questions à travers l’union, en introduisant un nouveau type d’éducation promouvant la garantie mutuelle, comme vous le faites?

Réponse: Tout au long de l’histoire, l’humanité a été poussée en avant par l’égoïsme qui s’est développé individuellement au sein de chacun de nous. Nous aspirions à le réaliser et à le contenter. Notre existence entière s’élève à présent. Mais à notre époque la nature ne nous guide pas davantage vers le développement de notre égoïsme parce qu’il est développé au maximum et sa vacuité nous est montrée depuis 50 ans maintenant.

Notre égoïsme est devenu étroitement lié et c’est pourquoi nous révélons que nous sommes interconnectés. C’est ce que nous appelons «le monde global. » En réalité, ce n’est pas le monde, mais nous qui sommes devenus mondiaux. Et donc, comme les scientifiques le vérifient, nous ne devrions pas nous développer égoïstement, mais globalement, ce qui signifie que nous devrions corriger les liens entre nous.

C’est là que tous les scientifiques du monde s’arrêtent, car personne dans le monde ne sait comment faire. Et plus troubles apparaissent dans le monde, plus cela signifie que le monde a besoin de correction de façon plus urgente.

Une fois que le monde est devenu une partie intégrante et interconnectée, il a commencé à être régi par deux forces: non seulement la force de l’égoïsme, qui nous pousse par derrière de manière systématique, par le programme de la nature, la manière dont elle l’a fait tout au long de son histoire, mais aussi par la force d’attirance vers le but – de notre état uni. Cependant, nous devons pour obliger cette force à nous influencer de façon similaire comme pour un enfant qui resterait un animal s’il n’aspirait pas à devenir un adulte.

La méthode de la Kabbale est destinée à évoquer sur nous l’influence de la force qui aspire « de l’avant », vers l’unité. Sinon nous serons poussés par la seule force négative « par derrière», qui provoquera en permanence plus de souffrance globale, régressant vers des guerres. C’est pourquoi la Kabbale est révélée précisément à cette époque. Tous les kabbalistes ont écrit à ce sujet. Par exemple, voir les articles du Baal HaSoulam « Le don de la Torah», «la Garantie Mutuelle», et «la Paix. »

Par ailleurs, nous devons comprendre que plus la souffrance est exprimée dans le monde sous l’influence de la force négative qui nous pousse en avant, plus cela indique que le monde a besoin d’une force le tirant vers l’avant pour notre mouvement vers l’avant, vers l’union cela ne se fera pas en raison de la souffrance qui nous poursuit, mais par le bon chemin, la force du bien qui nous entraîne vers l’avant.

Parce que la nation d’Israël a été créée sur la base de la méthode d’union les gens, selon le principe: «Aime ton prochain comme toi-même», donc, même après la chute de ce niveau moral elle a conservé un « gène altruiste» qui peut évoquer une force qui accélère le progrès et déplace les gens en avant, vers l’unité. Mais si Israël n’évoque pas cette force et si le monde bouge vers cet objectif, pressé par la souffrance, alors les nations du monde ont raison d’affirmer que la nation d’Israël est la source de toutes les souffrances dans le monde.

Bien que cette nation n’ait pas choisi d’être le chef d’orchestre de la méthode de correction, elle est incapable de se libérer de cette mission. La souffrance de toutes les nations du monde évoquera  une telle grande pression de leur part, et une telle furie envers la nation d’Israël que cela obligera Israël à devenir le leader dans la correction du monde.

Le monde entier sous un parapluie

Dr. Michael LaitmanÊtre une personne dans ce monde, je suis construit  automatiquement et constamment en pensant à moi: Qu’est ce qui  est le plus profitable à faire pour moi, et comment? C’est ainsi que le Créateur m’a créé, car il est écrit: «J’ai créé le mauvais penchant » Je ne révèle que ce mal de plus en plus et j’ai déjà compris que je ne pense qu’à moi, et je décide que c’est mal. Et c’est déjà un état particulier.

Maintenant, je veux le transformer en bien, car je déteste cet égoïsme. Le bien signifie penser à tout et tout ressentir comme si cela m’appartenait. Cela signifie établir un lien entre tous comme une partie inséparable de moi.

Mais si nous effaçons ce « comme, » alors que « je » resterai une fois de plus, juste un peu plus égoïste! Supposons que je dois tout d’un coup révéler que tous les gens autour de moi sont mes enfants et que je les aime infiniment, de tout mon cœur.

Qu’est-ce que je réalise en faisant cela? Maintenant j’ai vraiment traité chacun d’entre eux comme moi, mais égoïstement! Après tout, je les considère comme les miens. Ils sont les mêmes que moi, comme mon bébé.

Par conséquent, je dis: «Non! La haine et la séparation restent! « Et l’amour couvrira tous les crimes. » Sinon, vous n’aurez pas l’opposition, l’écran, la force de surmonter. Que surmonterez-vous? Je ne surmonte rien par rapport à mon bébé, je suis prêt à tout lui donner parce que mon amour naturel m’oblige à agir de cette façon.

Quand nous disons que nous voulons percevoir le monde entier comme nous-mêmes, nous ne comprenons pas quel genre d’oppositions est juxtaposé dans ce cas ni comment ce genre d’approche est construite. Je n’élimine pas la répulsion, mais je construis l’amour au-dessus d’elle.

C’est pourquoi un état très particulier est révélé dans le monde aujourd’hui. Il y a des luttes, des arguments, des collisions, et des différences qui s’expriment tout autour du monde. Le monde entier est en plein désarroi et personne n’est capable de vivre avec quelqu’un en paix. Et ils ne seront pas en mesure de le faire. Les querelles se poursuivront s’enflammant de plus en plus jusqu’à ce que nous comprenions que tous les péchés doivent se révéler et nous devons nous unir au-dessus.

Nous ne devrions pas avoir peur quand ils sont révélés, mais au contraire: quand ils sont révélés et vous montrent votre faiblesse, c’est exactement quand vous allez comprendre que vous avez besoin d’aide. Vous verrez que vous ne pouvez rien faire par vous-même et que vous avez besoin de la Lumière que ramène vers le bien.

C’est pourquoi nous voyons tant de différences, de forces et d’objectifs qui se heurtent, et personne ne comprend personne. Au-dessus de tout cela, nous devons construire un parapluie immense de la garantie mutuelle.

En attendant, toutes ces différences et ces désaccords demeurent à l’intérieur. C’est un miracle que nous ne comprenions pas! Mais le miracle est qu’ils restent ensemble avec le parapluie qui est créé par amour et par la garantie mutuelle s’élevant au-dessus d’eux.

Nous nous aimons les uns les autres, en dépit de toutes nos différences contradictoires. Nous sommes si différents, parce que c’est la manière dont Malkhout a été révélée par le supérieur. Et je ne veux pas changer une autre personne. Je veux seulement lui expliquer que c’est intéressant pour nous d’avoir une attitude bienveillante l’un envers l’autre, et je lui suggère: «Avec nous deux gardant notre position, unissons-nous les uns aux autres au-dessus de cela. »

Si nous avons reçu ces qualités opposées par le supérieur, le Créateur, et si nous sommes si différents par nature, alors c’est précisément en vertu de la différence entre nous que nous pouvons exprimer l’harmonie de la création. Il est impossible de jouer de la musique classique avec une seule note de musique. Il doit y avoir des sons différents: mineur, majeur, toutes sortes d’instruments, et chacun doit jouer ensemble. C’est ce qui produit l’harmonie et la créativité.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale du 10.08.11Préface à la sagesse de la Kabbale

Entre le désiré et la réalité

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pendant la lecture du Zohar, devrions-nous essayer de chercher la connexion entre nous dans l’esprit ou dans les sensations?

Réponse : Nous devrions la chercher dans nos sensations. Si nous sommes incapables de la trouver, l’esprit doit nous y aider. Toutefois, d’abord et avant, tout nous devons essayer de trouver une connexion par l’émotion.

Le Zohar décrit la connexion qui existe déjà entre nous. Cette connexion se révélera en tant que Malkhout du monde de l’Infini, remplie de la Lumière de l’Infini, de la présence et de la révélation du Créateur. C’est ce à quoi nous devons aspirer.

Ainsi, lors de la lecture du Zohar, nous essayons d’imaginer la connexion correcte entre nous. Aujourd’hui, la nécessité pour ce type de connexion entre toute l’humanité devient évidente. C’est pourquoi la sagesse de la Kabbale se révèle à tous. Elle demande à ceux qui ont reçu un éveil et ont commencé à étudier un peu avant les autres, de la diffuser dans le monde entier, afin que chacun puisse se rendre compte que nous sommes dans une crise, que notre connexion actuelle ne fonctionne plus, et que nous devons révéler une nouvelle connexion entre nous.

Cette nouvelle connexion ne peut être discernée de manière naturelle, égoïste, comme cela fut fait auparavant, parce que cette connexion existe déjà dans le système global et intégré, imprégné de la garantie mutuelle, le système qui est en train de se révéler un peu au monde. Par conséquent, un problème se pose : un meilleur type de connexion se manifeste à nous, mais nous nous y rapportons encore de façon égoïste. La crise est l’écart entre l’état désiré qui commence à se révéler dans le monde et l’état dans lequel nous sommes actuellement. Voilà ce qu’est une crise.

La lecture du Livre du Zohar, l’étude de la Kabbale dans son intégralité, et tous nos efforts doivent nous conduire à un état où nous devenons semblables au réseau de connexion qui se révèle entre nous. Après tout, il s’est révélé bien plus corrigé que nous sommes dans notre état de rupture. Lorsque nous analysons la situation, nous nous disons que le monde est devenu interdépendant, alors que nous ne le sommes toujours pas.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 05/09/2011, Le Zohar

Page 1 des 212