Entre le désiré et la réalité

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pendant la lecture du Zohar, devrions-nous essayer de chercher la connexion entre nous dans l’esprit ou dans les sensations?

Réponse : Nous devrions la chercher dans nos sensations. Si nous sommes incapables de la trouver, l’esprit doit nous y aider. Toutefois, d’abord et avant, tout nous devons essayer de trouver une connexion par l’émotion.

Le Zohar décrit la connexion qui existe déjà entre nous. Cette connexion se révélera en tant que Malkhout du monde de l’Infini, remplie de la Lumière de l’Infini, de la présence et de la révélation du Créateur. C’est ce à quoi nous devons aspirer.

Ainsi, lors de la lecture du Zohar, nous essayons d’imaginer la connexion correcte entre nous. Aujourd’hui, la nécessité pour ce type de connexion entre toute l’humanité devient évidente. C’est pourquoi la sagesse de la Kabbale se révèle à tous. Elle demande à ceux qui ont reçu un éveil et ont commencé à étudier un peu avant les autres, de la diffuser dans le monde entier, afin que chacun puisse se rendre compte que nous sommes dans une crise, que notre connexion actuelle ne fonctionne plus, et que nous devons révéler une nouvelle connexion entre nous.

Cette nouvelle connexion ne peut être discernée de manière naturelle, égoïste, comme cela fut fait auparavant, parce que cette connexion existe déjà dans le système global et intégré, imprégné de la garantie mutuelle, le système qui est en train de se révéler un peu au monde. Par conséquent, un problème se pose : un meilleur type de connexion se manifeste à nous, mais nous nous y rapportons encore de façon égoïste. La crise est l’écart entre l’état désiré qui commence à se révéler dans le monde et l’état dans lequel nous sommes actuellement. Voilà ce qu’est une crise.

La lecture du Livre du Zohar, l’étude de la Kabbale dans son intégralité, et tous nos efforts doivent nous conduire à un état où nous devenons semblables au réseau de connexion qui se révèle entre nous. Après tout, il s’est révélé bien plus corrigé que nous sommes dans notre état de rupture. Lorsque nous analysons la situation, nous nous disons que le monde est devenu interdépendant, alors que nous ne le sommes toujours pas.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 05/09/2011, Le Zohar

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: