« Quiconque est en deuil de Jérusalem, est récompensé de voir sa joie»

Dr. Michael LaitmanLes degrés plus élevés dans le monde spirituel diffèrent par leur qualité et non leur quantité. C’est la façon dont une personne sent la différence entre son intention égoïste et le don sans réserve par rapport aux autres personnes et le Créateur. Elle commence progressivement à comprendre que sa souffrance doit être construite sur sa connaissance du mal, la profondeur de son égoïsme.

Il est écrit: «Quiconque est en deuil de Jérusalem est récompensé de voir sa joie. » Quelle est cette souffrance et ce chagrin à ce sujet? S’agit-il de mon manque de satisfaction? Et cela se réfère à l’état préliminaire, les stades de développement « Lo Lishma. » Mais dans le même temps, parfois on comprend déjà qu’on ne doit pas faire des calculs pour soi-même.

Peut-être qu’une personne est prête à révéler qu’elle souffre parce qu’elle n’a pas reçu le désir -afin qu’elle puisse s’élever au-dessus. Elle ne veut pas être satisfaite dans ce désir, elle veut être satisfaite au-dessus, acquérir la possibilité de donner sans réserve  au lieu de recevoir. En d’autres termes, elle fait un calcul au-dessus de son ego.

Il y a beaucoup de « héros » qui sont supposés se surpasser et réprimer leurs désirs par le jeûne ou de faire d’autres efforts. Mais tout cela se fait selon un calcul égoïste. Un désir est tout simplement remplacé par un autre, un désir plus fort, et donc la personne se sent comme s’il y avait beaucoup à y gagner puisque tout dépend de l’importance.

Mais il est impossible de justifier l’importance de la spiritualité dans notre précédente perception-Je suis tout simplement incapable de ressentir ou de me convaincre que je dois atteindre la spiritualité. Il n’y a aucune justification pour cela.

Je peux imaginer que je vais avoir à la fois ce monde et le monde futur, l’éternité et la perfection. Mais il arrive un moment où je comprends que je n’ai rien. Alors, que dois-je faire alors, comment dois-je passer? L’énergie pour passer provient de la Lumière, à partir d’une source additionnelle d’énergie qui m’est révélée , qui me permet de s’élever au-dessus moi-même.

C’est pourquoi il existe différents degrés de l’état qu’un homme qui souhaite atteindre le monde spirituel traverse. Il est « censé » spirituellement ne pas savoir ce qu’il est, et seulement en quelque sorte s’imagine au niveau zéro de son égoïsme. Puis je descends au premier degré de mon ego, de construire le premier degré de mon avancement dans la spiritualité selon lui, et je commence l’évaluer un peu.

Et cela continue jusqu’à ce que je complète toutes les ruptures, toutes les chutes des temples de la sainteté que j’ai bâtis, vu, et a atteint en moi. J’arrive à un état où je révèle que tous ces désirs brisés de moi, sont en réalité, sainteté absolue.

Et tous les états passé, toute la «destruction de Jérusalem, » de la « ville idéale » ou « la peur absolue» (Ira Shlema), deviennent inclus en moi sur tous les degrés 1-2-3 du désir égoïste, jusqu’à ce que je atteigne le 4ème degré, la fin complète de la correction, qui n’est même pas ma propre correction, mais la correction générale. Tous ces degrés antérieurs déjà inclus en moi comme des degrés de sainteté, étant dans l’état du don sans réserve-même si ce n’est pas encore en valeur absolue le don sans réserve, un désir parfait (récipient). Cela va jusqu’à ce que je vois une « Jérusalem reconstruite» dans sa joie, la ressentant dans mon désir, la perception corrigée de la réalité.

Et puis je vois que tous les états passés ont été nécessaires pour moi afin de comprendre cet état parfait, où j étais dès le début. Il n’y a pas de moments différents ou des états différents-tout se passe seulement dans ma perception à la mesure de mon désir créé par le Créateur. Mais grâce à mes propres efforts je révèle ce qu’Il a créé, et pour cette raison j’acquiers un récipient parfait, État 3 de la fin de la correction.

Essentiellement, toutes les chutes et les corrections qui se produisent à l’intérieur de notre réalisation sur le chemin de la révélation de la perfection. Il s’ensuit que ceux qui «ne sont pas en deuil pour Jérusalem» ne mériteront pas de voir sa joie.
[

De la 1ère partie de la leçon quotidienne de Kabbale 09/08/2011, Écrits du Rabash

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed