Les kabbalistes sur la perception de la réalité, la partie 17

Dr. Michael LaitmanChers amis, s’il vous plaît, posez des questions sur ces passages des grands kabbalistes. Les commentaires entre parenthèses sont les miens.

Pensée. Mouvement. Temps.

Une pensée est le résultat du désir. Une personne pense à ce qu’elle veut, et ne pense pas à ce qu’elle ne veut pas. Par exemple, une personne ne pense jamais au jour de sa mort. Au contraire, elle pensera toujours à son éternité, car c’est ce qu’elle veut.

Cependant, la pensée a un rôle particulier : elle intensifie le désir. Si une personne a un petit désir, qui manque de force pour se développer et pour atteindre ce qu’elle désire, mais qu’elle pense et analyse un sujet, elle peut faire grandir le désir, l’étendre, et commencer à exiger sa satisfaction.

Il s’avère que la pensée sert le désir et que le désir est l’«ego» de la personne. Un grand désir domine les petits désirs. Et si une personne veut augmenter certains petits désirs, le conseil est de renforcer sa pensée persistante sur le désir, puisque le désir grandit dans la mesure où l’on pense à lui.

Nous devrions donc étudier la Kabbale en permanence pour que l’effort persistant de la pensée croisse notre désir spirituel jusqu’à ce qu’il devienne la règle actuelle.

– Baal HaSoulam, Shamati (j’ai entendu), l’article n°153, «La pensée est le résultat du désir »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: