Le chemin vers la garantie mutuelle

Dr. Michael LaitmanIl est important d’expliquer, lors des discussions autour de nos tables rondes, que la garantie mutuelle ne s’atteint pas d’elle-même, mais plutôt grâce au résultat d’une étude sérieuse sur le système naturel de la dépendance mutuelle, afin d’y introduire l’homme comme en étant une composante intégrale. Seule une connexion entre la nature et tous les êtres humains, une fois que toutes les personnes sont en parfait équilibre, c’est-à-dire, quand un individu, dans la société humaine, donne et reçoit en parfaite harmonie, comme cela se fait parmi les cellules du corps, seule une telle connexion est appelée garantie mutuelle.

Mais nous devons d’abord étudier les éléments : la garantie mutuelle, le rendement mutuel et celui de la connexion au-dessus de toutes les différences qui nous séparent et que l’ego nous présente à dessein. Nous devrions voir les différences entre nous, au-dessus desquels nous devons nous élever et ainsi grandir, comme des exercices, tout comme les enfants grandissent grâce aux jeux qu’ils jouent. C’est l’essence même de notre progression vers l’état de la garantie mutuelle – la connexion mutuelle complète, tout comme dans un seul corps sain.

C’est le but de la création tout entière, ainsi, dans la mesure où nous atteignons cette connexion, nous ressentons l’attribut du don mutuel, l’amour, la participation, la fusion de nos désirs, l’adhésion à tout ce qui servit à nous barrer la route. Rien ne disparaît. Toutes les différences demeurent, et c’est au-dessus que nous construisons nos relations.

Nous devons patiemment expliquer cette méthode de connexion, malgré toutes les contradictions. Ensuite, la conscience des gens évoluera progressivement, dans la mesure où ils maîtrisent la connexion mutuelle générale au-dessus des contradictions qui se manifestent.

C’est un long chemin de restauration des liens brisés entre nous. Nous avançons de cette façon et arrivons à la fin de la correction de l’humanité et à sa connexion avec la nature en un seul tout.

Voilà comment nous atteignons Malkhout du monde de l’Infini, où toutes les différences et contradictions sont réunies : un égoïsme extrême avec au-dessus de lui un altruisme extrême, – et la reconnaissance de la pensée de la création se révèle en nous.

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed