L’enfance de la créature

Dr. Michael LaitmanLe désir de recevoir du plaisir, créé par le Créateur, est opposé à Lui, la Lumière, la Qualité du Don, et c’est pourquoi il ne souhaite que recevoir. Cependant, quand la créature révèle son opposition au Créateur et désire devenir comme Lui, son désir de donner, elle s’élève toujours plus haut dans les qualités du désir de donner, qu’elle reçoit directement du Créateur. Pourtant, son point originel très central reste caché.

Le désir de recevoir, qui se révèle à nous dans Malkhout du monde de l’Infini, ne sait absolument rien de lui-même. Il est comme un enfant voyant quelque chose se dérouler devant lui et souhaitant y participer, en pensant que tout ce que les adultes font est bien.

De la même manière, Malkhout du monde de l’Infini se restreint et dit qu’elle désire être comme le Créateur et rien d’autre. La Lumière accepte et joue avec l’enfant. Elle donne à Malkhout toute la force nécessaire. Si vous voulez un écran, le voilà. Voici les Partsoufim de Galgalta, AB, SAG, MA, et BON, et le monde de Nékoudim.

La première fois que la Lumière, le Créateur, révèle à la créature sa véritable essence, se fait lors de la brisure des récipients. Imaginez la «cruauté» avec lequel, cela fut fait. Toutefois, à ce stade, il n’y pas de créature. Nous nous référons seulement à la matière du désir de recevoir du plaisir. A quel point la créature est opposée à la Lumière se révèle juste pendant la brisure.

Cependant, ce n’est pas encore sa propre révélation. C’est la Lumière qui brise le désir, et elle-même avec le désir. De cette façon, le système du monde d‘Atsilout et les mondes de BYA (Briya, Yetsira, et Assiya) sont créés, et un certain état parfait est atteint, où tout est préparé pour la naissance de l’homme.

L’homme est né de l’union particulière de Malkhout et Bina. Quand cette créature unique, basée sur l’union des attributs de réception et de don, apparaît, elle acquiert la possibilité de faire ses propres actions conscientes, avec l’objectif d’atteindre progressivement le but de la création.

C’est un sujet très compliqué, et il n’y a pas assez de mots pour l’exprimer. L’étude des dix Sefirot révèle la structure de l’homme sous une forme très générale, sans entrer dans des détails particuliers. Nous savons seulement que l’homme s’élève tiers de la Sefira Tifféret du monde de Yetsira, mais il est impossible d’en comprendre le sens, sans ressentir le monde spirituel. C’est la même chose que si nous parlions d’un phénomène dans ce monde que vous n’avez encore jamais rencontré.

Ainsi, l’homme naît et commence à travailler avec l’ensemble du système créé avant lui, le système duquel il est sorti et grâce auquel il est né. Le système des mondes a une imbrication particulière de forces de réception et de don, dans le but de quitter de son gré, cette créature spéciale appelée homme. Une fois que la créature fut brisée, les âmes brisées commencèrent à élever une prière, MAN, et à construire Malkhout du monde d’Atsilout.

Voilé en quoi consiste notre travail intérieur. Si nous voulons nous connecter entre nous et devenir comme «un homme dans un seul cœur», nous devons nous inclure dans cette Malkhout et l’obliger à s’élever vers Zeir Anpin du monde d’Atsilout, pour qu’elle se connecte à Lui. Nous devons travailler dans les mêmes limites et aux mêmes niveaux, d’où le Créateur jouait avec la créature, quand elle ne connaissait ou ne comprenait rien: dans Malkhout du monde de l’Infini et dans tous les mondes qui se propagent à partir de là jusqu’en bas, jusqu’à ce que la créature acquière une perception individuelle et une conscience.

Nous ne sommes pas capables de travailler dans le domaine de nos attributs originels, dans notre propre «moi». Nous ne pouvons que nous efforcer à nous inclure dans le niveau supérieur, le Créateur. Cela, parce que notre racine demeure cachée jusqu’à la fin absolue de la correction.

Ainsi, lorsque nous éveillons Malkhout, nous le faisons par la foi au-dessus de la raison. Nous demandons seulement à être inclus dans le niveau supérieur, à devenir comme Lui, nous unir à Ses actions. Cette adhésion est également faite par le supérieur, tout comme la descente de l’ensemble des mondes de haut en bas. De la même manière, nous devons obliger le supérieur à nous tirer du niveau inférieur vers le haut.

Cependant, nous n’atteignons jamais notre vrai « moi » naturel tout au long de ce chemin, et nous ne jouons jamais avec lui. Nous n’atteignons pas l’essence du Créateur, mais seulement Son attitude envers nous. De la même façon, nous n’atteignons pas notre propre essence, mais seulement notre attitude envers Lui. Nous travaillons avec toute la gamme des attitudes entre nous, excepté ces deux extrêmes, ces derniers points où, pour l’instant, nous sommes absolument impuissants.

Lorsque nous aurons terminé notre pleine intégration l’un dans l’un autre, Malkhout dans Bina et Bina dans Malkhout, moi dans le Créateur et le Créateur en moi, une union particulière, appelée «Rav Paalim ouMekabtziel», se produira, et la fin de la correction, Gmar Tikoun, sera atteinte.

De la 3e partie du cours quotidien de la Kabbale 02/10/2011, TES

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: