Daily Archives: 12 octobre 2011

Vers la lumière!

каббалист Михаэль ЛайтманEn lisant le livre du Zohar chacun doit se demander ce qu’il considère comme le plus important. Mais nous devons comprendre qu’en lisant des livres kabbalistiques, surtout le Zohar, nous éveillons la lumière qui ramène à la source. Cette lumière nous touche, dans la mesure où nous devenons comme elle.

Disons que le vent souffle. Si je me déplace directement vers lui, exactement sur la même ligne, je m’expose à un effet maximal. Si je vais vers lui sous un angle, je réduis  son impact sur moi. Si je me déplace perpendiculairement au vent, je sens l’impact comme s’il me jetait de côté. Si je suis opposé au vent, c’est-à-dire détourné à 180 degrés, il m’influence dans la direction opposée.

Tout dépend de mon orientation par rapport à la lumière. Si je me connecte à elle, alors la Torah devient mon élixir de vie. Si je suis opposé à elle, la Torah devient pour moi un poison mortel. Mais la lumière est permanente.

C’est pour ça que les kabbalistes prévenaient: ne pas ouvrir les livres kabbalistiques juste comme ça, sans les intentions correctes. Donc il y avait une interdiction, et les kabbalistes intimidaient les gens parce qu’ils ne voulaient pas leur causer de dommage.

Mais aujourd’hui nous sommes dans un état où tout le monde peut apprendre la Kabbale parce que nous sommes tous interconnectés, et ce sont d’autres lois qui fonctionnent. Mais, en désirant découvrir le monde spirituel, nous devons nous adapter à la lumière, s’orienter directement vers elle. Elle sera la lumière qui ramène à la source, ou vice versa – tout le monde doit le décider pour soi-même.

De la leçon sur le Livre du Zohar, 10.10.2011

Salon du livre 2011 de Francfort

Chers amis,

Nous avons besoin de vos pensées pour la réussite de notre effort de diffusion au Salon du livre de Francfort. Le salon se déroule su 12 au 16 Octobre, et plus de dix amis de toute l’Europe viennent nous aider. Lors de l’événement l’an dernier, nous avons signé 10 contrats de droits étrangers, et en 2011 nous en avons signé plus de 20.

Ouvrages Publiés en 2011: En Italie, trois livres, en Espagne, deux livres, en Norvège, un livre, au Brésil, un livre, en France, un livre, en Allemagne-deux livres, en Macédoine-un livre, en Chine-et-un livre, en Suède, deux livres, en Corée du Sud-et-un livre, en Slovénie, un livre, et en Turquie-cinq livres.

S’il vous plaît regardez les couvertures de livre dessous.

2011-10-12_-frankfurt_bookfair

Aoors vous sortez pour protester? Vous avez un message!

Dr. Michael LaitmanQuestion: Le 15 Octobre il y aura des manifestations de protestation sociale qui se tiendront partout dans le monde. Quelles actions doit-on faire en réponse?

Réponse: Tout d’abord, nous ne pouvons pas rester à l’écart, loin du monde, et nous ne pouvons pas nous éloigner des gens. Il est écrit: «J’habite au milieu de mon peuple. » Tout au long des siècles les kabbalistes étaient tenus au courant de tout ce qui se passait, sont restés néanmoins à l’arrière plan.

Sentant l’humeur du public et le processus qui se produit dans la société, ils ont modernisé la science de la Kabbale en conséquence. Après tout, l’objectif de la Kabbale est de révéler la force supérieure dans ce monde. Quand elle se manifeste parmi nous, à l’intérieur de nous, alors nous atteignons la perfection.

C’est pourquoi nous allons à des manifestations en collaboration avec les gens. Et il est préférable que les gens ne nous ressentent pas et ne nous reconnaissent pas lors de ces manifestations. Après tout, une manifestation n’est pas un endroit pour donner des explications. Nous devons seulement distribuer nos documents, qui doivent être pensés et vérifiés à l’avance. Laissons nos tracts trouver leur chemin à travers différents pays et dans différentes langues. En eux, les gens vont lire au sujet des vrais problèmes et de leur solution, et ils y trouveront également un lien vers notre site, qui fournit des explications développées et détaillées.

Il est très important d’utiliser des citations des scientifiques qui soutiennent notre point de vue. Leur avis doit être mis en évidence sur les pages de nos sites.

Ainsi, lors de manifestations nous ne devons  pas sympathiser avec les personnes ou nous identifier avec quiconque, mais simplement donner des dépliants. Nous enveloppons de ce fait les masses avec nos informations, au lieu de perdre du temps avec des conversations personnelles. Dans ces circonstances, c’est tout ce qui est exigé de nous. Tout le reste appartient à des tables rondes, des discussions et des clarifications, qui sont des formes qui ne sont pas appropriées dans ce cas. Donner à une personne notre dépliant, laissez-la le mettre dans sa poche ou dans son sac à main, et dans un jour ou deux, elle nous trouvera.

Ainsi, nous ne représentons personne mais tout simplement nous travaillons comme «postiers», offrant une remise en main propre. De sages paroles sont entendues dans le silence. Elles sont révélées par la discussion, à travers une recherche de réponses.

Par conséquent, tout d’abord, ne prenez pas nos méthodes en Israël comme un exemple. Tout est différent dans votre situation donc agissez indépendamment. Insérer des opinions scientifiques sur les matériaux et donner à chaque participant des manifestations votre flyer avec des messages clairs et les coordonnées nécessaires. Aussi, essayez de vous exprimer sur les espaces Internet des manifestants. Pour cela vous ne devez avoir aucun contact avec les organisateurs par tout moyen.

Question: Quel devrait être notre message?

Réponse: Le message est simple: tous les problèmes du monde sont causés par le fait que le monde est devenu une partie intégrante et mondiale, mais nous ne lui correspondons pas encore. Au contraire, nous avons du retard parce que nous ne sommes pas unis et nous n’allons pas dans le sens de l’unité. Et à l’appui, on cite les paroles des scientifiques comme preuve.

Par ailleurs, afin de nous unir, nous n’avons pas à provoquer des dégâts ou renverser quiconque par tout moyen. Tout d’abord, nous devons comprendre que l’unification est vraiment nécessaire, et ensuite nous passons à la discussion. Nous devons organiser des lieux où l’on va communiquer avec l’autre et où nous allons jeter les bases de notre unité. Ces lieux seront le plus souvent virtuels et donc nous invitons tout le monde sur notre site.

Le schéma est le suivant: la cause du problème-solution- l’avis des scientifiques de renommée et le lieu où nous invitons les gens afin de démarrer une discussion et d’arriver à une solution, au lieu de sortir dans les rues encore et encore à nouveau. Combien de temps allons-nous nous maintenir en place de cette manière et qu’est ce que cela va nous donner ?

Par ailleurs, notre flyer doit établir clairement que nous ne sommes pas en faveur du désordre. Après tout, il y a beaucoup de forces impliquées dans une manifestation qui sont intéressés de la continuer.

De la 5ème partie du 10/10/11 du cours quotidien de Kabbale  « La paix dans le monde »

Les problèmes mondiaux exigent une solution globale

Dr. Michael LaitmanQuestion: Les autorités en Israël tentent de trouver une réponse aux demandes avancées par la protestation sociale.  Quelles sont vos suggestions?

Réponse: Avec tout le respect dû au président du comité, nommé par le gouvernement, M. Trachtenberg, je suggère la création d’une organisation qui saura, surtout, où nous nous dirigeons.  Notre objectif final est l’unité du peuple et du pays tout entier.

Une fois que nous aurons choisi cette voie, nous allons voir par où commencer.  Évidemment, nous devons d’abord relever ceux qui vivent dans la pauvreté.  Puis nous avons à travailler sur la rééducation: créer un programme pour chaque sphère d’activité qui nous permettra de mettre progressivement la production, le commerce, le système de gouvernement, le système de santé, le système bancaire, et d’autres sur une nouvelle piste.  Étape par étape, nous avons à les réorganiser en un seul complexe intégré.  Nous aurons à enseigner, à éduquer les gens en les impliquant dans l’environnement, afin qu’ils comprennent contre quoi ils doivent travailler, quel genre de crise nous traversons, et comment nous pouvons améliorer la situation.  Nous devons leur donner une explication de la solution, le remède à la maladie que nous avons diagnostiquée; comment prendre ce remède, à quelles doses, et pour quelle période de temps.  Dès lors, ils voudront utiliser ce recours.

Cela nécessite un système de propagande qui ouvre les yeux des gens à ce qui se passe. Je veux me réveiller demain matin et me sentir que je suis avec la nation tout entière, dans une compréhension commune du monde dans lequel nous vivons. Je sors dans la rue, monte dans un bus, parle à mes collègues de travail, écoute la radio, regarde la télévision, et partout les gens parlent des choses importantes, tout le monde est informé et pas aveuglé; contrairement à ceux qui sont ignorants et ne savent que nous diriger vers une plus grande crise. 

Aujourd’hui les économistes ont effrayé les gens avec la famine, alors que les médecins au lieu de nous guérir, calculent combien la grève va leur coûter.  Assez!  Allons au fond des choses.  Faisons comprendre pourquoi les employés médicaux sont insatisfaits, pourquoi les financiers sont pris de panique, et pourquoi les gens ne peuvent plus joindre les deux bouts, jusqu’à la prochaine paye.  Regardons la situation générale plutôt que des fragments séparés, peu importe l’envergure de leur gravité. 

Afin de résoudre les problèmes, nous devons nous élever au-dessus.  Mais en attendant, les gens sortent dans la rue sans même savoir pourquoi.  Souvent, ils n’ont pas d’exigences claires ou de programme clair, mais seulement la douleur, ou tout simplement une raison personnelle d’être insatisfaits.  Alors, prenons un organisme impartial, plongeons notre regard sur les événements mondiaux.  Ces phénomènes ne se montrent pas seulement sur une base régulière, à court terme, dans un pays distinct ou dans les classes sociales, mais ces problèmes sont communs et humains.  Tous de la civilisation humaine est maintenant dans un nouvel état, alors pourquoi ne pas le comprendre, en montrant une attitude mature et intelligente? 

Au lieu d’agir ainsi, nous crions: «Le marché boursier est en baisse!  L’Europe est sur le point de s’effondrer!»  C’est ainsi que nous sommes impressionnés au lieu d’avoir une vie normale, une approche constructive.  De toute évidence, les gens sont incapables de ce genre d’approche, mais en plus ils n’admettent pas leur impuissance.  En essayant de lutter contre les symptômes de la maladie, ils déplacent simplement les meubles d’une cabine à une autre dans un navire en perdition.

Par conséquent, nous devrions nous méfier des décisions précipitées et irréfléchies.  

De la 5ème partie du cours quotidien Kabbale 11/10/11, «La paix dans le monde »

Brèves pensées sur Shamati: l’essenciel du travail de l’homme

Dr. Michael LaitmanL’essenciel du travail de l’homme est d’arriver à la reconnaissance de l’importance de la lumière, l’attribut de don, qui est opposé à nous,à notre désir et à tous les plaisirs auxquels nous pensons aujourd’hui.  Je dois changer mon système de valeurs.  Atteindre un état ​​où toutes les valeurs qui sont sans importances pour moi aujourd’hui, totalement opposées à toutes mes vues, que mon ego traite en déchets, deviendront des diamants.

Je dois complètement changer leurs significations.  Après tout, aujourd’hui j’évalue avec mon désir de recevoir, selon ce qui est important pour lui.  Mais je le transforme en désir altruiste, à ce qui a de la valeur pour lui.  Ceci est le travail principal de l’homme: réaliser l’importance du don. 

De la 6e à la leçon du congrès de Toronto 18/09/11

Ce que les kabbalistes révèlent

Dr. Michael LaitmanQuestion : Je ne comprends pas ce qui est écrit dans L’étude des dix Sefirot, en quoi cela se rapporte à nous, et pourquoi j’ai besoin de l’étudier ?

Réponse : Tout ce que nous pouvons percevoir et parvenir à connaître (nous-mêmes et notre environnement)  forme notre vie, la sensation de notre existence. Si nos sens  disparaissaient, nous cesserions de percevoir à la fois nous-mêmes et le monde. Nous ne sommes que divers désirs de satisfaction de recevoir du plaisir, qui sont différents les uns des autres. Nous sommes tous connectés entre nous, par un réseau de connexions, comme les cellules d’un organisme vivant. Et nous tous, reliés ensembles par de nombreuses connexions, nageons dans une «soupe» d’attribut d’amour et de don, appelé notre Créateur.

Notre perception de la vie et de ce monde est la perception du lien entre nous. La perception est soit l’atteinte ou l’absence de ce lien dans les désirs individuels de chacun. Les désirs de recevoir du plaisir nous donnent la perception de ce monde. Les désirs de satisfaire les autres, le système de connexion entre nous ou le Créateur, nous donnent la perception de la connexion générale, sa similitude avec l’attribut du don, la « soupe », le Créateur.

Ainsi, l’étude des dix Sefirot et de tous les livres de la Kabbale traitent en général de la révélation de ce système de liens entre nous, le Créateur, à la hauteur de nos efforts. Autrement dit, ils nous racontent comment ce système se révèle, dans quel ordre, et traitent aussi de ses interconnexions.

C’est ce que les kabbalistes ont découvert, et c’est ce qu’ils nous décrivent. Nous ne comprenons pas ce que nous lisons, car il nous est seulement possible de comprendre ce que nous percevons déjà, et nous n’avons pas encore perçu le monde supérieur. Cependant, même une lecture de ce système, sans le comprendre éveille l’influence de forces sur nous, c’est-à-dire la Lumière qui ramène vers le bien (la qualité du don), notre Source, et approche de nous sa révélation.

A nouveau sur la crise …

Dr. Michael LaitmanQuestion : Vous avez écrit que le mot «crise» a un sens opposé, mais qu’a-t-elle à voir avec la Kabbale ? Après tout, nous ne voyons pas que la crise se corrige, et nous avons besoin pour cela, comme vous écrivez, de révéler la sagesse de la Kabbale ?

Réponse : Regardez ce que Baal HaSoulam écrit à ce sujet dans l’article « La paix” : « Cela signifie que les comportements corrompus dans les états de l’humanité sont ceux-là mêmes qui génèrent les bons états. Et chaque bon état n’est rien d’autre que le fruit du travail dans le mauvais état qui l’a précédé.  »

En effet, le bien et le mal ne doivent pas être évalués en fonction de l’évaluation de l’état, tel qu’il est, mais cela doit se faire en fonction de l’objectif général de la création, où chaque état, rapprochant l’humanité de l’objectif, est considéré comme bon, et les états, distançant l’humanité de l’objectif, sont considérés comme mauvais. La «Loi du développement» est basée uniquement sur cela. Selon cette loi, l’absence de correction et le péché, contenus dans l’état, cause et construire un bon état.
La durée d’existence de chaque état est strictement prédéterminée ; c’est le temps nécessaire à la croissance de la quantité de mal contenue dans l’état, jusqu’à ce qu’elle devienne suffisamment grosse pour que les gens ne soient plus en mesure d’y demeurer. Alors, la société aura besoin de s’unir, de briser cet état, et de se déplacer vers un meilleur état du point de vue de la correction de la génération donnée.

La période d’existence du nouvel état dure aussi jusqu’à ce que les étincelles du mal s’élèvent en lui et mûrissent si bien qu’il ne sera plus possible de les tolérer. Et alors, une fois de plus, l’humanité devra briser cet état et construire un état plus confortable à la place. C’est ainsi que les états se s’alternent et sont évalués l’un après l’autre, un degré à la fois, jusqu’à atteindre un état, qui soit corrigé de manière à ce qu’il n’y ait même plus en lui une étincelle de mal.

Il s’ensuit donc que l’essence de toutes les graines, qui poussent et sont à l’origine des bons états, n’est rien d’autre que les états actuels non corrigés. Cela signifie que toutes les mauvaises actions, révélées et réalisées par les pécheurs de la génération, sont rassemblées et pesées, jusqu’à ce qu’elles deviennent si lourdes que la société ne puisse plus les tolérer. Alors les gens s’élèveront, briseront cet état, et en créeront un plus désirable. Ainsi, tous les maux séparés deviennent la condition de l’apparition de la force du rejet, qui permet le développement d’un état juste.

Maintenant, comparez cela texte d’origine sur la crise.

Tout le monde n’attend que vous

Dr. Michael LaitmanLes âmes incluses dans Malkhout du monde d’Atsilout l’éveille par leurs demandes de leur passer la Lumière qui corrige. Ainsi, chaque âme se construit.

Quand nos âmes s’élèvent vers Malkhout du monde d’Atsilout et s’y connectent, elles révèlent là tout un système complet. Malkhout ne semble pauvre et misérable que selon chacun de nous – voilà comment nous la voyons.

Toutefois, lorsque nous nous y connectons, dans la mesure où nous voulons lui donner sans réserve, nous atteignons cet attribut du don et découvrons que toutes les âmes sont là : Tous nos amis, toute notre famille et le monde entier sont effectivement là ! Je suis le seul, qui vient juste d’arriver et qui vient juste de me connecter à eux, pour commencer à travailler ensemble.

Il est dit : «Chaque personne juge les autres selon ses propres défauts. » Le système corrompu n’existe que par rapport à la personne non corrigée, qui l’atteint. Ce n’est que pour elle que ce monde, rempli de gens, qu’elle doit corriger, semble exister.

Mais en réalité, elle doit se corriger elle-même. Alors, tout ce qu’elle voit autour de lui se transformera en système de son âme, et ne sera plus que cela.

De la 3e partie du cours quotidien de Kabbale 06/10/2011, « Pticha »

Comme une mère attentive qui nous regarde imperceptiblement

Dr. Michael LaitmanAprès que Baal HaSoulam ait fait ses grands discernements: quel est le désir du Créateur, l’objectif de la création, et les moyens d’y parvenir; il est descendu vers nous et il a expliqué, et tout ce qui nous reste à faire est de nous connecter à nsa méthode.  Nous devons essayer de comprendre avec notre esprit et sentir avec notre cœur la lumière qui passe à travers nous pour nous remplie, nous permettant ainsi de comprendre l’essence intérieure de ses paroles.

Que chaque mot qu’il écrit commence à s’animer en nous comme un mécanisme interne, un moyen, un récipient qui va commencer à travailler en nous sans que nous ayons à y penser.  Ne planifions pas.  Cet enseignement commencera seulement à vivre en nous par la réalisation d’actions à travers nous, par notre vertu à s’annuler.  C’est le travail de Galgalta ve Eynaim, qui s’annule pour AHP, absorbant ses désirs, et d’autres parts, s’unissant avec la Lumière qui commence ensuite à agir à travers nous.

Nous ne sommes pas conscients de ce que nous faisons et ne savons pas ce que nous avons à faire.  Mais la Lumière fournit les objectifs et réalise tout.  Il est écrit: «Je suis le premier et je suis le dernier » et « il n’y a rien hormis Lui. » 

Le monde entier s’annule dans cette voie.  Mais si nous nous annulons devant les actions de la lumière avec nos propres efforts au lieu d’être simplement gouverné par la main qui nous anime de l’intérieur, comme une marionnette dans laquelle la main du marionnettiste s’habille, alors c’est une très grande différence.  En nous annulant hors de notre propre libre choix, nous arrivons à sentir cette main qui contrôle le monde entier à travers nous.  Cette main nous apprend l’ensemble de ses coutumes, tout le match, l’ensemble du programme.  Nous commençons à le reconnaître, celui qui gouverne, la force supérieure. 

Le monde entier s’annule, n’ayant pas d’autre choix.  Mais nous devons nous annuler par notre propre désir, et si nous le faisons, nous serons en mesure de devenir semblables à Baal HaSoulam, qui a fait de même, et à d’autres kabbalistes.  En vertu de cela, il est passé d’un simple esclave du Créateur à son loyal serviteur à travers lequel les flux de la sagesse tout entière l’amenèrent à être inclus dans le système de Malkhout du monde de l’infini afin de sentir tout l’univers et la pleine Lumière le remplir.

Nous devons être reconnaissants envers le Créateur pour avoir envoyé une telle âme.  Le Baal HaSoulam écrit qu’il ne pouvait pas supporter de regarder la souffrance des gens plus longtemps.  Cela ne signifie pas la souffrance de petits égoïstes.  Après tout, nous ne sommes pas à la recherche d’une meilleure réalisation pour notre corps, comme une verte prairie pour notre vache, mais nous voulons connaître celui qui nous gouverne et fait tout bouger.

  Nous voulons le comprendre, le rencontrer, le révéler de telle manière que son esprit et ses sentiments s’habilleront en nous, afin de s’unir à lui pour que notre cœur et notre esprit fusionnent avec Lui.  Puis toute la création, son but, tous les mondes que les kabbalistes nous parler, même ce qui est encore plus élevé qu’eux puis ce que nous n’avons pas réussit à nommer encore, tout ceci va devenir notre véritable sensation et notre atteinte.  C’est l’état que cette personne a préparé pour nous.

Dans l’ensemble de notre histoire, il n’y a personne qui nous est plus cher et plus important.  Évidemment, nous sommes incapables de mesurer la hauteur réelle de tous les kabbalistes.  Ils sont tous sacrés pour nous.  Mais Baal HaSoulam a fait pour nous ce que personne n’a fait tout au long de l’histoire.  Donc, nous sommes fiers d’avoir un père spirituel de cette envergure qui se soucie de nous.  Nous devons sentir à chaque jour qui passe combien nous avançons, il nous suit et se réjouit à chaque étape que nous franchissons, une étape après l’autre.  

D’un discours lors du repas consacré à jour commémoratif du Baal HaSoulam, 8/10 /11