Les pierres de construction de la Création

Dr. Michael LaitmanLe livre du Zohar, Pékoudé Point 157: Les eaux montent et descendent dans les chaises, éclairant de bas en haut et de haut en bas. Celles qui descendent creusent les profondeurs et les brisent. Celles qui montent entrent par ces trous  dans les pierres, dans le Massakh de Pé de Rosh ZA, montant et descendant pendant sept jours, qui sont les sept Malchouts  de Kahzé et en haut .

Le Zohar ne parle que de la connexion des désirs: comment ils se rencontrent, quelles combinaisons de connexions sont créées à la suite de cela, et quelles Lumières sont révélées selon l’équivalence de forme entre les connexions des désirs et la Lumière, avec La lumière comme attribut du don sans réserve qu’ils découvrent entre eux.

Dans la mesure où vous corrigez le régime général et que vous connectez les différents désirs et leurs groupes ensemble, dans cette mesure, vous animez le système. Et vous découvrez que l’attribut du don sans réserve,  la Lumière, la vitalité et la vie, coule en lui. Il n’y a rien d’autre que cela. En dehors de ce système, ni le  Créateur ni les êtres crées n’existent, tout est à l’intérieur de lui. Il se tient devant nous comme brisé parce que c’est la façon dont nous le découvrons de l’intérieur de nos attributs non corrigés. C’est pour que nous puissions atteindre, en dépit de notre connexion, de ses attributs, tendances et parties, et de la façon dont ils travaillent ensemble.

Nous traitons avec  des « pierres de construction » vivants : vous joignez les parties séparées, elles deviennent vivantes. Ainsi, progressivement,  comme vous joignez de plus en plus de pièces, vous faites revivre l’ensemble du système. Cela commence à fonctionner, et vous  y découvrez les différents phénomènes.

Nous n’avons pas d’autre travail. Maintenant, en ce moment, nous abordons le travail pratique d’unir nos désirs, nos pensées. Ils se révèlent à nous comme de plus en plus connectés de jour en jour. Ainsi, il nous semble que le monde est confus, mais c’est nous qui sommes confus. Nous ne comprenons pas que le monde devient  plus connecté que nous ne le sommes. On nous montre qu’il y a une rupture entre nous, une crise.

Nous devons comprendre que cette rupture est dans notre perception. Nous devons commencer à relier, à unir nos désirs. Les kabbalistes ne nous parlent que de cela,  d’un seul endroit qui doit être corrigé: les liens entre nous 

 De la 2ème partie du cours quotidien de Kabable du 10/10/2011, Le Zohar

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed