Evolution de la théorie de Darwin

Dr. Michael LaitmanLe Créateur a créé une volonté parfaite de plaisir, constituée de deux forces: la force de la réception et la force du don sans réserve. Elles étaient parfaitement équilibrées et la réception n’avait lieu que dans le seul but de donner. Plus tard cependant, afin de permettre à l’être créé de croître, le Créateur a brisé ces forces et les a totalement déconnectées du désir venant de Lui. De  la sorte l’être créé est en mesure de choisir la façon d’utiliser de lui-même les occasions qui lui ont été données, c’est à dire ces deux forces.

Notre monde commence à partir d’une minuscule étincelle. Elle contient une force énorme qui jusqu’à aujourd’hui se déplace dans le monde entier et l’amènera à la fin de la correction. Le désir de recevoir dans notre monde apparaît sous la forme de la matière. Nous percevons ce désir comme s’il y avait quelque chose de matériel à ce sujet.

A mesure que cette matière se développe, elle commence à se connecter, à s’unir. C’est sa correction après toutes les ruptures et la chute, à la suite de laquelle elle a atteint le point le plus bas possible et a finalement été brisée.

Ensuite, les différentes parties de la matière commencent  à se connecter. Au début, elles ne peuvent tenir à une autre que par les forces de gravitation physique. Puis la connexion devient plus proche, et elles peuvent échanger des matériaux. C’est ainsi que les connexions biologiques sont formées, dans lesquelles chaque partie donne et reprend et passe également du matériel à un tiers.

Cette connexion instinctive conduit à la création de la vie, à la croissance, à un processus de vie et de mort. C’est le niveau végétal qui apparaît après les niveaux inférieurs, dans lesquels il n’y avait que la matière inanimée. Le niveau végétal évolue en espèces spéciales comme le «chien du champ » mentionné dans les écrits du Ari, qui est quelque chose d’intermédiaire entre une plante et un animal.

Le niveau animé est beaucoup plus complexe et indépendant. Il se déplace facilement, et il absorbe et émet des matériaux d’une façon très claire. Chaque individu a son propre caractère unique, et ces créatures se connectent d’une manière spéciale. Ils portent de nouvelles créatures; ils vivent et meurent.

Ainsi nous pouvons voir que l’évolution va dans le sens de la connexion, de la constitution mutuelle des forces opposées. Plus il y a de forces plus elles sont éloignées en qualité, plus les créatures qu’elles produisent sont complexes et avancés  quand il s’agit de leurs propres sensations et de la façon dont elles ressentent leur environnement.

Et donc à travers le singe, le niveau animé, l’évolution atteint le niveau de l’homme, le niveau «parlant» . A ce niveau, il y a aussi ceux qui ne se soucient que de leur existence bestiale, de préserver leur vie, ce qui est juste un peu plus que le niveau d’un animal. Après tout, les animaux aussi se construisent une maison, cherchent de la nourriture, et prennent soin de leur progéniture. C’est aussi la vie des êtres humains sous-développés.

Cependant, plus une personne se développe, plus ses désirs «humains», qui sont au-delà du niveau de la vie, se réveillent en lui: les désirs pour l’argent, le respect, la puissance et la connaissance. Puis les sentiments humains s’éveillent en nous: la jalousie, la haine, la convoitise, et l’ambition.

Ainsi, les gens développés sont très différents dans leurs qualités et tendances. Ils sont divisés en différents niveaux en fonction de l’objectif de leur vie et de leurs désirs, qui peuvent être seulement matériels ou plus abstraits, comme le désir de profiter de la musique, de l’art, de la philosophie ou de la science.

Pourtant, chacun d’eux veut utiliser les autres, et plus une personne est développée, plus elle est attirée vers cela. La seule différence est ce que l’on veut gagner des autres, que ce soit l’argent, la domination, ou des connaissances. L’évolution de ces attributs est ce qui fait avancer l’humanité. Tout cela est en vue de contrôler le monde et de  le comprendre. Après tout, la connaissance est le pouvoir.

Mais il y a des gens qui ont un désir supplémentaire, le désir de comprendre le sens de la vie. Ils cherchent un moyen d’atteindre cet objectif totalement abstrait qui est au-delà des limites de la science ordinaire. Ces gens viennent pour étudier la sagesse de la Kabbale.

Ils sont différents des autres car ils veulent encore plus de contrôle-le contrôle de leur propre vie. Ils ne demandent pas des choses matérielles, mais plutôt sur ​​leur propre essence, leur objectif est au-delà l’existence corporelle. Ils ont le désir initial, qui est en dehors de cette vie et qui les attire au-delà des limites de ce monde. 

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 27/10/2011, Ecrits du Rabash

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed