Le ridicule orgueil d’un fou

Dr. Michael LaitmanSi vous vous sentez mal, tout d’abord, vous devez comprendre pourquoi. La cause du mal est la brisure, qui eut lieu dans notre désir de recevoir du plaisir, après laquelle ce désir commença à travailler pour son propre bien.

Je dois apprendre tout cela. Si je travaille dans le groupe et le faire de manière correcte, je révélerai qu’il n’existe en réalité aucune autre force hostile, à part mon propre ego qui entrave tout ce que je fais et ne me laisse pas profiter de la vie.

C’est, actuellement, ce que l’humanité est en train de révéler progressivement. Il n’y a pas de mal en dehors de l’ego. Il est la cause de la souffrance dans le monde.

Je révèle tout cela, à la condition que j’essaie de me connecter aux autres et que je vois que je ne le souhaite pas. Alors, je découvre que «le Créateur a créé le mauvais penchant» et je réalise : «Ah, c’est le Créateur qui a fait tout cela» ….

En d’autres termes, je dois tout connecter au Créateur, et ce n’est pas facile. Je dois réaliser qu’Il a délibérément arrangé tout le mal pour moi et il l’a fait aussi cruellement et habilement afin de me révéler que je dépends complètement de Lui. C’est comme si Il me disait : «Tu devrais venir et t’incliner devant moi, et si tu demandes gentiment, je corrigerai ce mal pour toi. Mais si tu ne le fais pas, tu le recevras, portion après portion, à chaque fois de plus en plus fort, jusqu’à ce que tu n’ais plus d’autre choix que de t’incliner.  »

Nous devons réaliser que notre désir égoïste est plus grand que notre ego, plus grand que notre fierté. N’eut été l’inverse, nous nous battrions à mort, mais ne serions pas capable de nous incliner. Le salut est dans notre désir égoïste qui grandit à travers les niveaux minéral, végétal, et animal. Sous les coups, il s’amenuise qualitativement.

 

Je monte jusqu’au sommet de mes désirs et soudainement, je reçois un coup. Après cela, je ne vise plus aussi haut et deviens plus modeste. Puis, je reçois un autre coup et je m’incline encore d’avantage. Ainsi, coup après coup, je deviens plus intelligent et commence à chercher : Qui me frappe tout le temps, qui est au-dessus de moi ?

En conséquence, je réduis mes désirs au point de me sentir comme un misérable animal, dépendant et intimidé. Le désir de recevoir du plaisir est la substance de la création. Tout le reste est juste un supplément, qui découle de l’équivalence de forme ou du manque d’équivalence avec le Créateur.

Ainsi, notre fierté disparaît sous les coups, pour ne laisser que le désir animal. Quand j’atteins un tel état, je suis prêt à incliner ma tête, je suis prêt à supplier. Mon orgueil insensé a disparu.

La question reste maintenant à savoir si je suis assez intelligent pour réaliser que je suis vraiment un animal et que toute mon auto suffisant orgueil est une tromperie. Je dois y renoncer à l’avance, m’abaisser, et demander au Créateur de me corriger. La correction réside dans le fait que le Créateur prend, à ma demande, le pouvoir sur moi. Si je parviens à une telle demande, c’est ma prière. Il n’y a aucune autre prière.

Cela exige beaucoup de force et de soutien des amis. Après tout, si vous parvenez à vous abaissez devant eux, ils vous donneront la force, multipliée de nombreuses fois, de vous incliner devant le Créateur. En cela, vous accélérez le temps, vous réduisez les coups, et à leurs places, vous faites avancer votre esprit.

Si vous vous abaissez un peu devant le groupe, ou comme Rabash écrit, si vous faites un zéro (0) de vous-même et faites du group un (1) et que vous le mettez face à vous, vous transformerez le 0 en « 10. « Si vous faites deux zéros de vous-même, vous les transformer en » 100 « , c’est-à-dire que vous recevrez 100 fois plus de force.

Voilà l’amplitude de la force que vous recevez de l’environnement, si vous vous abaissez devant lui même un peu. Plus vous vous ferez petit, plus vous obtiendrez de force de l’environnement pour avancer vers le Créateur. C’est une relation inverse.

Grâce à cela, vous économiserez beaucoup de temps et vous vous épargnerez des cycles de vie pleine de souffrances, des guerres et de graves problèmes. Voilà de quoi traite tout notre travail.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: