Nous avons besoin d’un nouveau carburant

Dr. Michael Laitman Nous avons besoin de recevoir d’en Haut la puissance de la foi appelée «art». Naturellement, nous, nous ne l’avons pas. Et sur ce chemin une personne voit à quel point elle est faible. Il est écrit que le travail intérieur « affaiblit la personne», car elle commence à sentir qu’elle n’a rien d’autre qu’un désir égoïste.

Et si, par hypothèse, elle parvient à surmonter son égoïsme, cela signifie simplement qu’un plus grand désir égoïste a vaincu un désir plus petit. De cette façon, au lieu d’avancer dans le sens de la spiritualité, il se déplace dans la direction opposée, en utilisant un égoïsme encore plus grande.

Parfois, les gens réussissent très bien dans leurs études, ils travaillent et étudient beaucoup, et on pourrait penser qu’une grande force de don les dirige. Mais ce n’est pas le cas. C’est tout simplement la grande force de l’égoïsme, parce qu’ils voient un plus grand avantage devant eux.
Nous avançons toujours en partant de «Lo Lishma » (pour soi-même) vers « Lishma » (pour l’amour du don) et nous agissons naturellement avec l’aide de notre ego. Pourtant, notre responsabilité est toujours d’évaluer notre véritable position et les intentions qui nous animent.

Peu à peu, en exerçant un effort dans l’étude, la dissémination et principalement dans le travail au sein du groupe, une personne révèle à quel point elle n’est capable de rien. L’homme réalise son véritable état, quand il voit que, malgré tous les efforts qu’il fait pour essayer de surmonter son ego, il reste incapable de faire quoi que ce soit avec lui-même.

Bien qu’une personne ait passé tout son temps à travailler pour l’importance du but, elle finit par perdre sa force et par révéler son mal. Elle comprend qu’elle n’a rien d’autre que son ego et que chacun de ses mouvements est entraîné par un but égoïste. En conséquence, elle atteint un état profond de désespoir, décrit de la façon suivante : «Il n’y a un moment plus heureux dans la vie d’une personne que celui où elle devient complètement déçue de ses pouvoirs, se sent absolument impuissante, et devient ainsi prête pour une prière complète.  »

Une prière complète est une demande pour obtenir le pouvoir de la foi. Alors, la puissance de la grandeur de la foi, la grandeur du Créateur l’habille, et ainsi une personne continue à travailler, mais avec un autre type de «carburant».

 De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 08/11/2011, Ecrits du Rabash

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: